AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 A la découverte de la civilisation [TERMINE]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mar 03 Nov 2020, 11:28
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

La journée s'annonçait prometteuse. Non seulement, le ciel s'était presque totalement éclairci, fini les quelques nuages éparses qui tâchait le bleu azuré de la veille, mais il allait pouvoir rencontrer le Roy dès le lendemain de son arrivée à Ophel. Il ne pouvait espérer mieux pour cette mission qu'il s'était lui même assignée, évidemment après en avoir discuté avec son frère Mareck. Il faisait parti des plus à même à savoir surfer entre le comportement adéquat à tenir face à la noblesse, mais celui aussi à avoir au sein d'une armée, voire même avec de simples gens. Cotoyant de nombreux soldats et marins, il était évident que Uiseann avait bien plus d'une carte dans sa main.

Et cette journée débutait avec la présence rayonnante de Sei qui l'avait déjà rejoint à sa table. Il lui avait fait part des nouvelles, notamment celle concernant leur affaire et la visite de la forteresse blanche pour rencontrer le Roy de Faye. Elle n'en fut d'ailleurs pas spécialement déçue, même si elle avait effectué quelques grimaces enfantines indiquant son impatience de découvrir cela au plus tôt, et lorsqu'il lui avait dit qu'elle avait donc la journée de libre, elle lui expliqua ce qu'elle comptait en faire. Voir Fay, bon, ça il s'en serait douté de toute façon. Chercher Demême, c'était aussi à prévoir mais il ne s'attendait pas spécialement à ce qu'elle s'y attèle dès le premier jour, puis voir des artichauts. Enfin... Plutôt des artisans.

Cette dernière partie de phrase l'avait fait sourire, cela montrait bien clairement l'importance qu'elle donnait au travail fait main, à toutes ces petites choses que nous, avons fini par ne plus voir car habitués à vivre avec. Elle était fascinante. Si bien qu'il dut rester peut être un peu trop longtemps à l'observer alors qu'elle venait de lui poser une question.



« Euh.. Navré, j'étais perdu dans mes pensées. »



Un sourire en guise d'excuse et il reprit alors.



« Je n'ai rien de prévu ce jour ci pour tout vous dire. Je comptais attendre l'entretien avec le Roy avant de faire ce que j'ai à faire ici. »



C'était assez mystérieux certes, mais il avait besoin de l'accord du Roy pour agir de toute façon, alors autant se prendre cette journée en journée de repos pour se remettre pleinement du voyage. Il reporta néanmoins son attention sur Sei car il avait besoin de lui éclaircir quelques points.



« Je ne pourrais que vous conseiller d'éviter les lieux où vous croiserez un grand nombre de soldats... Des hommes en fer si vous préférez. Ces lieux sont souvent réservés à ces soldats et les visiteurs ne sont généralement pas les bienvenus. Concernant les artisans, c'est une excellente idée ! N'hésitez pas à revenir vers moi si vous avez des interrogations sur la valeur de certains produits ou objets, vous aurez vite fait de vous faire avoir sinon. Certains objets peuvent valoir beaucoup, ou être échangés contre beaucoup d'autres objets. »



Si cette femme vivait vraiment dans une meute de loup, alors la notion de valeur, d'argent, n'avait pas vraiment d'existence pour elle. Elle serait donc capable de troquer une vulgaire fourchette en bois contre un objet en or qui ne lui sert pas. Alors certes, cela faisait parti du commerce, mais il ne pouvait pas la laisser se faire avoir aussi facilement.



« Je peux vous accompagner lorsque vous déciderez de vous rendre en ville pour voir ces fameux artisans si vous le souhaitez. »



Etant donné qu'il n'avait rien de mieux à faire, il pouvait bien lui proposer sa compagnie un peu plus longtemps. Cela dit, elle n'était pas non plus obligée de l'accepter. Et qu'importe son choix, il saura parfaitement s'occuper jusqu'au soir de toute façon. Cette journée lui permettra de réfléchir à la manière d'aborder et de traiter certains sujets avec le Roy de toute façon. Il se demandait d'ailleurs s'il avait beaucoup changé depuis la dernière fois qu'il l'avait vu.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] - Page 3 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mar 03 Nov 2020, 20:17
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane








Comme il ne répondit pas tout de suite, Sei le fixait avec insistance en retour de son propre regard et fini par pencher la tête sur le côté, se demandant silencieusement si elle n'avait pas dit quelque chose d'étrange ou d'incompréhensible. Avant qu'elle ne songe à l'interpeller plus directement ou à agiter la main pour le réveiller, il eut enfin une réaction et répondit après quelques excuses – qu'elle déclina en secouant doucement la tête, car elles n'étaient pas nécessaires. Il n'avait donc rien de prévu, rien ni personnage à visiter. Il comptait juste rester là et … attendre toute la journée ? Quel dommage cela serait, que de gâcher un jour entier à rester assis entre quatre murs en bois ! Cela venait peut-être de son éducation de louve ou de son tempérament naturelle à l'aventure et la curiosité, mais Sei ne supporter pas de faire du sur place. Il faut dire aussi qu'elle ne connaissait pas dans la nature de confort appelant à la l'oisiveté, même si elle s'adonnait parfois à une agréable sieste dans un lit d'herbe et de fleurs, particulièrement agréable au printemps.

Toujours prévenant et bienveillant, le 'Roy des Marins' prit le temps de lui donner quelques conseils afin qu'elle ne s'attire pas trop d’ennuis. Elle prit note pour les hommes en fer mais n'était pas certaine de vraiment savoir ce qu'il entendait par le concept de valeur … qui lui était effectivement très personnel. Ses quelques connaissances parmi le peuple nain avaient essayé de lui apprendre la valeur des pierres précieuses ou de certains minerais, mais la seule chose qu'ils avaient obtenu était qu'elle leur apporte toutes ses trouvailles en la matière. Elle avait été remercié par l'amélioration de sa guisarme, mais le fait est que Sei n'avait que faire d'objet que le commun des mortels désignait comme étant de valeur. Elle savait se nourrir seule, elle avait son territoire et sa tanière et était la bienvenue dans nombre d'autres domaines de Salem. Même en voyage, elle n'éprouvait aucun mal à se nourrir et à se loger par ses propres moyens. A quoi bon être riche, alors ? Ses seules dépenses visaient la gourmandise – ô jambon, tu es si bon – ou son goût pour les collections qui n'avaient rien de primordiales.

— Apporter jambon pour haut Soleil, plus tard.

Dans la nature, il n'y avait aucune heure défini pour le repas, on mange quand on a faim et quand la chasse le permet. Cependant, avec la profusion de nourriture qu'apportaient ces contrés civilisées, Sei s'adaptait aussi à cela et le Zénith était le moment préféré des humains pour manger du jambon – enfin, manger tout court, mais elle, ça serait du jambon.

— Voir artisans maintenant, alors. Tu venir avec moi, pas rester tout le jour dedans.

A ces bonnes paroles, elle descendit un dernier grand verre de jus, ayant déjà terminé son jambon et englouti quelques fruits, elle se leva avec détermination. Elle monta chercher sa cape, sa fourrure et ses armes – n'étant pas de sûre d'où les mènerait cette promenade – et retrouva Uiseann devant l'auberge. Le temps de prendre leur petit déjeuner, le ciel s'était coloré d'un mélange de jaune et de rose chatoyant. Sei inspira profondément l'odeur du matin qui n'était pas la même que sur son domaine et exhala la buée blanche caractéristique de la fraîcheur. Elle ne semblait cependant pas souffrir du froid, bien qu'elle ait le ventre toujours à l'air.
Pour trouver les artisans, Sei chercha à retrouver le chemin emprunté la veille, car ils avaient croisé pas mal de choses susceptibles de l'intéresser. Ce qu'elle avait principalement en tête, c'était de retrouver l'échoppe de pot. Dans un premier temps, ils croisèrent surtout des étales de produit de la mer ''de la pêche du matin'' hurlaient-ils à tout vas. A chaque fois que les hurleurs demandaient d'approcher, Sei s'exécutait, contrairement à la majorité de la populace qui ne faisaient que passer. Elle le faisait par politesse, car elle n'avait aucune envie de manger du poisson cru, ce matin. Elle se laissa tout de même tentée à goûter quelques fromages de brebis, un goût très inhabituelle pour elle, mais elle en trouva quelques uns à son goût.

— Fay peut-être aimer aussi.

Elle jeta finalement son dévolu sur un petit chevron cendré, sortant alors sa bourse qu'elle ouvrit devant Uiseann pour qu'il l'aide à trouver de quoi faire l'échange parmi toutes les monnaies … et autres pièces de métal aplati vaguement ronde qu'elle prenait pour de la monnaie. Il y avait aussi quelques petites pierres brillantes, peu étaient réellement précieuses.

Après ça, ça serait au tour des pots ! Ils ne devraient plus être trop loin, maintenant … mais bon, il y avait des étales de forgerons et elle avait déjà aperçu de loin ce qui ressemblaient à des fourchettes. Elle ne pouvait pas repartir sans fourchette.  



_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Dim 08 Nov 2020, 11:48
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

Le Prince s'était donc contenté d'acquiescer lorsqu'elle évoca le fait qu'elle irait apporter le fameux jambon à Fay lorsque le soleil sera au plus haut dans le ciel. Elle préférait donc commencer sa journée par une petite visite des artisans présents dans la ville, et sans qu'il n'ait la possibilité de réagir, il se retrouvait presque contraint de l'accompagner. Elle ne voulait pas qu'il reste toute la journée dans cette auberge finalement, à attendre que l'heure de la visite de la forteresse blanche. Même s'il avait annoncé qu'il n'avait rien de prévu, il lui restait encore quelques courriers à écrire et ordres à donner à ses soldats pour la suite du séjour, mais qu'importe cela pouvait être fait plus tard après tout.  

D'ailleurs, elle n'avait pas attendu de réponse puisqu'après sa phrase, elle s'était empressée de finir son jus matinal, et de retourner dans sa chambre pour récupérer quelques affaires. Quand elle fut de retour, Uiseann l'attendait avec un sourire. Il avait perdu depuis la veille toute trace de son appartenance à Envel. Plus aucune armoirie, le fameux collier de Maréchal avait lui aussi disparu, il était simplement vêtu comme un homme d'armes aisé, en quelque sorte comme un mercenaire pouvant vendre ses services au plus offrants. C'était ce qui était prévu pour les jours à venir, il n'était plus le Prince d'Envel aux yeux de tous.



« Et bien, recherchez vous quelque chose de précis ? »



Il pourra peut être l'orienter vers tel ou tel étale s'il savait ce qu'elle pouvait rechercher. Mais à y réfléchir, c'était probablement une question impossible à répondre pour elle puisqu'elle allait certainement tomber devant des étales d'objets qu'elle n'avait peut être jamais vu, ou jamais eu entre les mains. Il n'attendait donc pas grand chose de sa réponse. Il se contenta donc pour commencer de l'accompagner et marcher à ses côtés dans les ruelles du quartier du port. Il y avait dès cette heure, déjà beaucoup d'artisans qui avaient préparé leur étales, et pas que des artisans d'ailleurs, il y avait des cultivateurs, des marchands de volailles, des chasseurs, des pêcheurs, en bref il y avait non seulement quelques endroits où l'on pouvait trouver des produits travaillés, mais aussi des produits bruts et surtout de la nourriture.

C'était d'ailleurs ces derniers qui donnaient le plus de la voix dans les rues, appelant les passants à venir voir, goûter, admirer la qualité de leurs produits, et le Prince avait d'ailleurs failli perdre de vue une ou deux fois la sauvageonne puisqu'elle s'avançait devant chaque étales lorsque le vendeur l'interpelait avec plus ou moins de tact. Il l'avait retrouvée devant un stand de fromages de chèvre ou de brebis, elle était tout simplement en train de déguster l'un des fromages mis en avant par le vendeur. Visiblement, certains des fromages présentés lui plaisaient, et en la voyant ouvrir sa bourse, Uiseann comprit qu'elle avait donc l'intention d'en ramener un à l'auberge, ou à Fay.

Lorsqu'elle lui montra sa bourse ouverte, comme une demande silencieuse de trouver le bon objet à échanger contre ce fameux fromage, il attrapa une pièce de cuivre qui ferait largement l'affaire pour l'obtention de ce petit plaisir. Le marchand lui offrit d'ailleurs un grand sourire lorsque la monnaie arriva dans sa paume, puis il lui tendit le fromage choisi dans une sorte de sac en toile, ou en tissu, et lui donna en retour deux plus petites pièces en cuivre. La transaction effectuée, ils se remirent en chemin et déjà, Sei avait aperçu un peu plus loin un autre étale, celui d'un forgeron. Il ne s'agissait d'ailleurs pas vraiment d'un étale à proprement parler, derrière cet étale, il y avait la forge et l'atelier dans lequel l'homme produisait ses oeuvres. Ils s'avancèrent donc jusqu'à lui et alors qu'elle semblait s'intéresser à ce qui s'apparentait à des fourchettes, Uiseann lui observait les armes que le forgeron avait placé sur son étale.

Normalement, ce qu'il présentait n'était pas forcément ce qu'il faisait de mieux, mais plutôt ce qui pouvait être vendu facilement et pour le plus grand nombre. Ainsi, ses plus belles oeuvres devaient être plutôt exposées dans son établissement et ici. Uiseann se tourna vers Sei et lui demanda un peu intrigué.



« Pourquoi vous intéresser à ces fourchettes ? »



C'est vrai ça, pourquoi s'intéresser à cela quand il y avait des armes de choix présentées face à eux. Il doutait tout de même sincèrement qu'elle utilisait ce genre d’ustensiles avec sa meute. Elle n'avait pas eu l'air d'être habituée à cela lorsqu'ils avaient mangé ensemble la veille au soir. C'est donc bien que cet objet avait certainement une autre utilité pour elle. Il se tourna ensuite vers le forgeron et lui demanda tout simplement.



« Est-il possible de voir vos œuvres les plus abouties ? »



Tout en annonçant la couleur, il lui montra, attachée à sa ceinture, la bourse pleine qui l'accompagnait. Même s'il n'avait pas ses habits de prince, sa stature, son assurance annonçaient très clairement qu'il n'était pas un client parmi les autres, non il était plus intéressé par le travail plus abouti. Le forgeron afficha alors un large sourire, plein d'espoir de pouvoir montrer ce qu'il savait faire à un connaisseur et pourquoi pas, se faire un petit pactole s'il pouvait intéresser suffisamment l'un des deux qui lui faisaient face.



« Bien sûr mon Seigneur ! Venez venez ! C'est ici ! »



Il pivota son buste légèrement, puis pointa dans un coin de la forge, un endroit où se trouvaient d'autres objets en tout genre. Uiseann attrapa le bras de Sei et l'entraina de lui même à l'intérieur du batiment dans lequel ils étaient donc seuls avec l'autre homme qui faisait les aller retour entre son établi et l'étale sur rue.



« Est-ce que quelque chose vous plait ? »



Il avait relâché le bras de Sei, et s'était tourné vers elle pour lui poser cette question. Il y avait du coup face à eux un étale bien plus large que celui présenté sur la rue. Posés et bien mieux rangés et espacés, il y avait sur leur gauche les armes de poing et les dagues les plus travaillées. La plupart des lames étaient gravées et présentaient quelques dessins très fins, pour les autres il s'agissait du manche qui était davantage travaillé. Un peu plus loin, il y avait les armes longues comme les épées et autres, puis sur leur droite, à l'extrémité de la table se trouvaient les objets du quotidien comme des petits couteaux de table, des fourchettes ou cuillères tous polis et ornés de minutieuses gravures sur le fer, sur le mur étaient accrochée une bonne vingtaine de clés de toute taille.

Un peu plus loin, ils pourront, une fois qu'ils en auront terminé ici, voir un stand sur lequel sont exposés divers objets du quotidien en bois verni, en os ou en ivoire. Par la suite, il y avait surtout de nombreux étales de pêcheurs puisqu'ils se rapprochaient de plus en plus du port et donc de la criée.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] - Page 3 Sean10

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Lun 09 Nov 2020, 09:14
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane








Après avoir donc obtenu son précieux chevron cendré – et avoir reçu en plus deux piécettes sans trop savoir pourquoi – la princesse des loups et son compagnon anonyme se dirigèrent vers l'étale d'un forgeron. Les objets très basiques exposés à l'extérieur suffisait déjà à émerveiller la jeune femme qui était toujours fascinée de ce talent qu'avait ces artisans pour manipuler et modeler le métal. Elle avait déjà vu faire, notamment chez les quelques camarades qu'elle avait chez le peuple nain, elle savait donc qu'il fallait chauffer la matière pour la rendre maniable, mais cela demandait la maîtrise de nombreux outils, car il était évidemment impossible de manipuler le fer en fusion à main nue. Elle était elle-même plutôt douée de ses mains, que ce soit pour la gravure ou la sculpture – sur le bois et l'os, principalement – ou les peintures murales dont elle avait d'ailleurs recouvert les parois de sa tanière. C'est donc de son regard d'artiste et d'artisanes qu'elle estimait ce travail à sa juste valeur.

La question de Uiseann resta en suspens, car elle ne recherchait en fait rien de particulier si ce n'est satisfaire sa curiosité. Elle voulait voir ce dont les humains étaient capables, découvrir le fruit de leur labeur, l'étendu de leur créativité. L'art et l'artisanat, étroitement liés, en disait long sur une culture, chaque objet existant correspondant à une pratique ou une tradition qui formait les fondations d'un peuple.

S'intéressant aussitôt aux fourchettes et divers couverts exposés, Sei n'eut pas même un regard pour les épées présentées. Des armes, elle en avait déjà et elle en était très satisfaite. Sa guisarme et son arc avaient subit de nombreuses modifications au fil du temps, elle les décorait de fourrure, de plumes, de perle et autres petites trouvailles. Elle avait sculpté et gravé leur bois pendant de nombreuses années et continuait encore à le faire au gré de ses envies et inspirations. Elles avaient été renforcées et améliorées, mais jamais encore changée. La lame de sa guisarme présentaient d'ailleurs un style typiques des artisans nains de Salem, toute en courbes.

« Pourquoi vous intéresser à ces fourchettes ? »

Elle détacha son regard des petites merveilles pour porter son attention sur Uiseann, elle sourit et passa un instant ses doigts sur la petite fourchette argentée qu'elle portait justement dans ses cheveux, là où une ficelle retenait une partie de ses cheveux pour dégager son visage.

— Fourchettes jolies. Elle en attrapa une sur l'étale et la leva devant son visage, observant les dents remarquablement modelées. Précision et finesse pour faire. Et utile pour beaucoup faire ! Brosser poil, gratter terre, pierre, os …

La petite sauvageonne avait effectivement trouvé beaucoup d'utilités à cet objet … si ce n'est celle que les peuples qui la fabriquaient en faisaient réellement. On pouvait s'attendre à ce qu'une jeune femme-louve de son genre ne soit pas matérialiste, mais que voulez-vous ? Sei n'était pas totalement louve et elle aimait décorer sa tanière de divers ustensiles, en faisant des sortes de mobiles qui pendouillaient un peu partout. Cette collection improbable était aussi un témoignage de ses nombreux voyages en Nehem.

Son camarade ne sembla cependant pas impressionné par ce qui était présenté ici et réclama à en voir plus auprès du forgeron qui sembla très enthousiaste de cet intérêt. Bon cœur, Sei aimait voir les gens sourire, les rendre heureux, alors, tout comme Uiseanne, elle tapota sa bourse après avoir remarqué que le geste semblait lui avoir fait plaisir. Le prince anonyme l’entraîna ensuite à la découverte de nouveau objet encore plus luisants et raffinés. Cette fois-ci, Sei eu un bref regard pour une lance mais se dirigea tout de même plutôt vers les couverts. Elle repéra une jolie fourchette dont le manche formait deux spirales avant de terminer en tête de serpent. C'est cependant une petite cuillère qu'elle attrapa, elle était orné d'une pierre rouge terne qui ressemblait à l'éclat subtile de ses propres iris.

— Quoi c'être pour ?

Elle avait déjà vu des gens manger leur soupe ou des ragoûts avec de grosse cuillère, mais celle-ci semblait minuscule, cela devait prendre des heures de vider un bol avec ça …

— Oh, chausse pour poney ! S'exclama-t-elle en reconnaissant un fer à cheval, objet qu'elle trouvait barbare avant qu'une jument lui explique que c'était plus confortable pour mener à bien leurs tâches.

Elle eut quelques interrogations concernant un chandelier et quelques armes qu'elle n'avait jusqu'alors encore jamais vu, comme le fléau qu'elle imaginait être un outils pour battre le blé ou quelque chose comme ça. Non. Pas du tout.
Après ce petit tour d'horizon, elle choisi de rester sur ses premiers coups de cœur, choisissant la fourchette serpent et la jolie cuillère. C'est avec cela en main qu'elle se dirigea vers Uiseann, espérant qu'elle aurait le nécessaire à cet échange.

— Tu penser que je pouvoir prendre deux ? Elle se pencha un instant vers lui pour voir sur quoi il avait jeter son dévolu. Tu prendre quoi ?

Quand l'artisan reparut pour s'enquérir de leur choix, Sei lui servit quelques compliments sur son talent, exprimant son admiration pour son artisanat. Flatté, le regard d'expert de l'homme s'intéressa alors à la lame courbe de la guisarme que la demoiselle portait dans son dos, demandant s'il s'agissait d'une création Envelienne, comme il ne connaissait personne avec une telle patte dans la région.

— Non, pas Envel. C'être ami de forge Ceinturon. Elle avait toujours déformé le nom de cette forge pourtant si reconnue en Salem. Dans Est. 



_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Lun 16 Nov 2020, 15:30
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

La question de Sei fit froncer les sourcils du Prince incognito le temps d'un bref instant. Qui pouvait ne pas savoir à quoi pouvait servir une petite cuillère ? Mais finalement ce n'était pas si illogique que cela vu qu'elle se servait des fourchettes pour se peigner et pour gratter la terre. C'était vrai que le travail de précision était bien plus marqué sur ce genre de couverts, mais peut être était-il déjà habitué à tout cela. C'était presque normal pour lui en fait d'avoir de pareils objets à ses côtés. Il dut donc réfléchir à deux fois pour apporter la meilleure des réponses possibles à la sauvageonne. Elle voulait du savoir, elle n'allait pas être déçue !



« Ceci ? Et bien, c'est un extracteur d'oeil. Vous mettez le bout de la cuillère contre le haut du nez, juste dans le creux à côté de l'oeil, puis d'un coup sec, on enfonce et on appuie dans la direction opposée pour faire sortir le globe occulaire ! C'est assez pratique car cela permet de garder l'oeil quasiment intact ! »



Tout en parlant, Sean avait mimé la manière de faire en prenant un des yeux de Sei en guise de volontaire. Il avait même fait un petit bruit d'un claquement de langue, un "plop" pour évoquer l'oeil quittant son orbite, terminant par un large sourire plein de fierté.



« On s'en sert aussi pour nourrir les enfants, c'est plus pratique pour eux par rapport aux grandes cuillères. »



Oui bon, ça ne vendait pas vraiment du rêve cette partie, mais l'utilité de la petite cuillère en extracteur d'oeil était clairement quelque chose qu'il avait déjà vu, mais pas vraiment pour le plaisir du "patient" en effet. Dans la torture, n'importe quel ustensile pouvait se montrer des plus efficaces pour faire souffrir. C'était probablement le domaine dans lequel les hommes excellaient le plus : faire souffrir leurs semblables. Et même si le Prince ne s'y intéressait pas plus que ça, il n'était en rien contre aucune de ces pratiques car des informations précieuses pouvaient être obtenues de la sorte. Évidemment, officiellement ce n'était pas expliqué ainsi, mais dans les faits, la guerre c'est sale, et chercher à la faire proprement c'était signer son propre arrêt de mort, et la défaite assurée de son camp.

Elle s'intéressa ensuite aux fers à cheval, les appelants des chausses pour poneys, l'expression était plutôt bien choisie pour une fois. Uiseann s'intéressait plus à elle qu'aux articles qui étaient en vente chez ce forgeron de toute façon, alors lorsqu'elle lui demanda si elle pouvait prendre les deux, donc cette petite cuillère et la fourchette ouvragée avec son manche serpentin, il ne put qu'acquiescer, il faudra juste vérifier qu'il y avait assez dans sa bourse. Au besoin il lui avancera ce qui manquerait, le temps qu'il passait avec elle était une forme d'investissement dans un avenir encore inconnu pour lui.

Quand elle lui demanda ce qu'il comptait prendre ici, le prince haussa les épaules puis pointa du doigt une des ceintures qui étaient exposées un peu plus loin. Le travail sur le cuir ainsi que les pièces de métal était très bien réalisé et il n'avait pas besoin de quoi que ce soit, donc c'était ce qu'il voyait le plus utile pour lui à l'heure actuelle. L'armement n'était clairement pas un problème, alors il avait passé en revue simplement les armes présentes, mais sans s'y intéresser plus que cela.



« Je pense prendre cette ceinture. »



Le forgeron échangea quelques formalités avec Sei par la suite, puis il lui posa une question sur la provenance de son arme. En effet, elle n'était pas vraiment dans le style le plus habituel de la région, ni même celui d'Envel, alors Uiseann tendit l'oreille pour en savoir plus. La forge des ceinturons donc... ? Elle devait certainement parler de la Forge des Centurions. Il en avait déjà entendu parlé et Envel avait aussi une forme de comptoir à Ophir où les nains oeuvrant dans cette forge, exposaient leurs oeuvres, ou du moins celles qu'ils voulaient bien montrer aux Enveliens.

Mais le forgeron ne sembla pas faire la correction lui même de cette prononciation, si bien que lorsqu'ils en eurent terminés, le Prince donna les quelques pièces nécessaires pour la ceinture, et chercha avec Sei ce qui pouvait faire l'affaire en guise d'échange dans ce qu'elle avait avec elle. La seule chose qui aurait pu avoir l'intérêt du forgeron aurait été l'une de ses armes probablement, ou encore cette pierre précieuse qu'elle gardait dans son fourre-tout, mais il aurait été dommage de la donner en échange de ces simples couverts, elle avait selon lui bien plus de valeurs et intéresserait certainement plus un joallier.



« Si tu veux, je peux acheter la fourchette et la petite cuillère. Ce caillou pourrait faire l'affaire, mais tu devrais plutôt le garder pour l'échanger ailleurs. »



Et des joalliers ce n'était pas non plus ce qui manquait dans la capitale de Faye. Une fois les achats effectués, ils se remirent en marche dans les allées, le prince marchant ou tentant plutôt de suivre Sei car elle pouvait disparaitre à n'importe quel moment en fait, s'intéressant à tout et à n'importe quoi, surtout à n'importe quoi d'ailleurs. Il profita d'ailleurs d'une petite accalmie où les stands se faisaient un peu plus rares, et donc son attention serait plus grande.



« La pierre verte que tu as dans ton sac, elle peut être échangée contre des pièces que tu pourras échanger contre à peu près tout et n'importe quoi. De la nourriture, des outils, même une bonne compagnie si tu le souhaites ! Des hommes utilisent ce type de pierre pour faire des bijoux. »



Il ne s'agissait évidemment pas des bijoux de familles, mais ça elle avait certainement du le comprendre rapidement. Ils passèrent d'ailleurs devant un étale où de nombreuses pierres scintillantes étaient exposées. A y regarder de plus près, il ne s'agissait pas que de pierres, mais parfois des bagues, boucles d'oreilles, colliers, bref tout ce qui pouvait servir d'apparat aussi bien pour les femmes que pour les hommes.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] - Page 3 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mer 18 Nov 2020, 13:11
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane








Un extracteur d’œil ! Mais pour quoi faire ?! C'est ce que l'on pourrait traduire du visage emprunt de surprise, voir d'indignation, de la sauvageonne. Etait-ce là leur manière de soigner les yeux malades ? Elle regarda avec réticence l'objet pourtant si joli, elle ouvrait la bouche pour demander plus d'explication sur l'intérêt d'une telle pratique – la torture étant quelque chose de complètement étranger pour elle – quand Uiseann indiqua que l'ustensile servait également à nourrir les enfants.

Au nom du Nom … Prononça-t-elle en elfique tant elle était choquée par cette pratique. Nourrir enfant avec œil ?!

L'espace d'un instant, elle regarda Uiseann différemment en imaginant qu'il avait lui aussi bénéficié de ce régime alimentaire quand il était petit. Mais attendez, trop de détails manquaient, là ! Ils prenaient les yeux de qui pour nourrir les enfants ? Celui des parents ? Elle n'avait jamais remarqué tant de personnes borgnes en Faye … c'est peut-être une pratique plus courante dans le Sud d'Envel qu'elle n'avait jamais vu ? Ou alors … est-ce que les gens qui vendaient d'autres gens servaient à ça ? Ils étaient vendus pour leurs yeux ? Mais ce n'était même pas bon, les yeux, en plus. Enfin, elle n'avait jamais mangé d'œil d'humain, elle avait juste croqué dans celui d'un sanglier qui avait été chassé par la meute, elle était encore petite à ce moment-là, à cet âge où on a envie de tout mâcher. Et bien elle ne retenta jamais l'expérience !

Après ce bref instant de stupeur, elle se racla doucement la gorge et repris donc un peu de contenance, craignant de paraître irrespectueuse. Elle voyait pourtant beaucoup de pratique avec pragmatisme, ce n'était pas son genre de porter le moindre jugement sur les cultures de chacun, mais là, elle s'était laissée surprendre.
Non, elle n'était pas là pour juger. Alors, quoi qu'ajoute Uiseann, elle avait décidé de prendre cette petite cuillère. Elle était certaine que cela aurait son petit effet lorsqu'elle raconterait l'histoire à sa meute en leur montrant le fameux objet …

Le prince marin jeta son dévolu sur une ceinture que Sei admira un instant avant d'approuver le choix. Au moment de verser le tribut pour ce qu'elle avait choisi, Uiseann lui proposa un marcher honnête, car il semblerait qu'elle n'ait pas le nécessaire pour faire l'échanger d'elle-même. Elle montra son approbation d'un signe de tête quand il lui expliqua que la pierre devait être échangée ailleurs. C'était bien compliqué, le commerce !

Sei ressortit donc avec ses deux précieux souvenirs qu'elle attacha aux cordelettes qui pendouillaient le long de sa cuisse avec diverses pièces de tissus. Voilà une jolie parure ! Elle ne put s'empêcher de les regarder bringuebaler au rythme de ses pas, comme une enfant heureuse de sa toute nouvelle tenue, risquant par son manque d'attention de heurter plusieurs passants.

Arrivés dans une rue plus calme, Uiseann donna quelques précisions pour l'échange d'une des pierres brillantes que Sei avait en sa possession. Si la troque avait cela de compliquer qu'il fallait trouver la bonne personne intéressé par ce que vous avez à échanger – et il fallait que cette personne ait en plus ce qui vous intéresse – les ''pièces'', elles, pouvaient être échangées partout et contre tout, comme elle l'avait fait pour le fromage. On pouvait même acheter de la ''bonne compagnie'' et Sei commença à se dire qu'elle était alors coupable de vole depuis des années, notamment envers Uiseann ! Elle n'avait jamais payé les gens avec qui elle se sentait bien … personne ne l'avait prévenu !

— Oh, Uiseann bonne compagnie. Tu vouloir pièces ? Elle avait attrapé sa bourse pour remédier tout de suite à son erreur … Mais quand même, est-ce que tout le monde devait vraiment donner des pièces aux gens qui les accompagnaient ? Enfin, à tout ceux dont la présence était agréable … est-ce que ce paiement ne s'annulait pas si le bon sentiment était réciproque ? Toute la question était là, mais elle n'était pas certaine d'être d'une très bonne compagnie, de toute façon.

Toujours sa bourse en main, elle s'intéressa à l'étale d'objet très raffinées qui se présenta à eux. La plupart étaient composés de métal argentés, d'autres en métal jaune et bien souvent incrustés de jolies pierres colorés. Sei regarda les boucles d'oreilles avec curiosité, se demandant quel partie du corps c'était censée décorer, puis elle s'intéressa à un joli bracelet doré, dont les rubans de métal formait des motifs linéaires.

— C'être pour prince et princesse. Elle reposa l'objet et entreprit d'entrer dans la boutique. Si cette personne utiliser les pierres brillantes pour fabriquer ses bijoux, alors c'était sûrement ici qu'elle devait faire ce fameux échange.
— Bon le jour ! J'avoir caillou vert, tu vouloir ? Après avoir ouvert sa bourse, elle en vida l'intégralité sur le comptoir du bijoutier sans plus de cérémonie, triant devant lui toutes les petites pierres qu'elle avait à lui proposer.
— C'être pour échanger contre bonne compagnie.



_________________

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mar 24 Nov 2020, 09:37
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

On pouvait dire que Seann s'amusait particulièrement de la situation. L'utilisation de la petite cuillère comme extracteur d'oeil était sorti tout seul, ou presque. Avoir autant de lacune sur leur monde offrait tant de possibilités d'histoires loufoques à raconter que le prince ne se privait pas d'en jouer dès qu'il le pouvait. Ainsi, lorsqu'elle s'offusqua presque que l'on puisse donner des yeux à manger aux enfants, Uiseann se mit à rire, ne pouvant clairement pas rester longtemps à garder son sérieux devant pareille crédulité.



« Aha ! Seulement lorsqu'ils ne sont pas sages ! »



Vu son état, il ne savait pas si elle plongerait à nouveau dans ses délires, mais cela devait certainement ressembler à la petite blague qu'il avait faite la veille quand il lui avait annoncé qu'il devait lui couper le bras pour éviter toute forme d'infection après le combat qu'ils avaient fait. En tout cas, il finit par retrouver un peu de son sérieux, et offrit de quoi payer l'ensemble des objets au forgeron avant de tendre la fourchette et la cuillère à Sei. Ils s'éloignèrent ensuite de la boutique, profitant de cette petite accalmie pour lui expliquer davantage le commerce dans cette ville. Tout était question de valeur en fait, et tout s'échangeait contre ces pièces qu'il lui avait montrées un peu plus tôt. Mais une nouvelle fois, il alla peut être un peu trop loin dans ses explications, la notion de bonne compagnie n'était pas vraiment sortie pour évoquer des moments passés avec des gens que l'on appréciait, mais soit, cela n'avait pas trop d'importance.

Quand ils arrivèrent près de l'étale du joailler, elle lui demanda si elle devait lui donner des pièces en échange de sa compagnie. Le Prince arqua un sourcil d'étonnement, puis se remémora les paroles qu'il avait eu. Encore une fois, il allait falloir qu'il expliquer de manière très terre à terre. Mais ce n'était pas le temps pour cela. Elle était déjà en pleine observation des chefs d'oeuvres que le joaillier avait confectionnés, avant de s'adresser directement au marchand et vider le contenu de sa bourse sur un coin de l'étale. L'homme, perplexe à première vue, fut rassuré par un signe de tête de Uiseann qui lui avait montré la bourse qui restait attachée à sa ceinture, il pouvait être sûr qu'ils ne formaient pas un duo de fous au moins. Il se pencha alors davantage sur les quelques pierres qui étaient dispersées ci et là, puis en fit un rapide tri.



« Ceux-ci, aucune valeur pour moi, ce ne sont que de vulgaires cailloux. Ceux là par contre pourraient m'intéresser ! Combien en proposez vous ? »



Ah, les tractations commençaient déjà, et visiblement l'homme était intéressé par un lot de 4 ou 5 pierres de taille modeste qu'elle avait sorties de sa bourse. A cette question, Uiseann prit les devant et marchanda au mieux le prix des quelques pierres qui valaient le coup pour le marchand. Il n'y connaissait certes pas suffisamment pour en récupérer le prix idéal, mais il savait qu'il y en avait au moins une qui pouvait déjà valoir pas mal, cette fameuse pierre verte. Il commença donc dans une forme de démesure en réclamant énormément, ce que le marchand s'empressa de refuser avant de donner un prix nettement inférieur à ce qu'il avait demandé. Les échanges de prix durèrent bien cinq minutes avant de trouver un accord qui devrait satisfaire les deux, enfin, les trois pour être exacte.

Le marchand attrapa alors les pierres pour les ranger dans un tiroir assez fin, puis il récupéra un peu plus loin une bourse en cuir qu'il remplit de nombreuses pièces avant de le tendre à Uiseann. Il refusa poliment avant de désigner Sei.  



« Ce sont ses pierres, l'argent lui revient »



Déposant alors le paiement dans les mains de Sei, le marchand lui adressa un large sourire, plutôt satisfait de sa tractation. Elle se retrouvait donc désormais avec une bourse d'une bonne cinquantaine de pièces en tout genre. Uiseann la laissa un moment observer voir compter s'il le fallait ce qu'elle venait de récupérer, puis se permit de lui expliquer à nouveau une petite chose qui n'avait peut être pas été des mieux assimilée, évidemment, lorsque le marchand aura pris suffisamment de distance pour ne pas laisser ses oreilles trainer et écouter leur discussion.



« Pas besoin de me donner des pièces. Tout à l'heure, lorsque j'ai évoqué la notion de "bonne compagnie", ce n'était pas pour cela. Au sein de notre société, nous pouvons acheter avec ce genre de pièces des objets, des aliments, mais aussi des services. Par exemple, il serait possible de payer quelqu'un pour partir chasser à ta place par exemple. Et ces services sont extrêmement variés, ils vont de la sécurité en protégeant celui qui les paie, à toute forme de plaisir artistique comme la musique par exemple, mais aussi de plaisir charnel pour réchauffer nos couches une fois la nuit tombée. Evidemment, il faut savoir s'adresser aux personnes adéquates pour ce genre de choses, mais vous finirez par vous y faire. »



Bon, cette fois, il avait pris le temps qu'il fallait pour lui expliquer les choses convenablement alors ça devrait être plus facile à comprendre pour elle toutes ces notions. Il ne savait pas si c'était courant également dans sa meute de pouvoir s'offrir ce genre de service, mais il en doutait quand même pas mal.



« Quelque chose vous intéresse dans cette boutique ou souhaitez vous continuer notre chemin ? »



Il ne restait plus grand chose à voir en guise de marchands et ils pouvaient déjà sentir l'odeur iodée de la mer, le port se présentait déjà devant eux, signe de la fin du petit "marché", sauf évidemment si elle souhaitait se rendre à la criée pour y acheter du poisson ou des crustacés frais. Il y avait d'ailleurs un petit groupe d'enfants qui jouaient les uns avec les autres à se courir après, criant parfois ou riant à gorges déployées. La foule était bien moins dense dans cette direction alors ils avaient nettement plus de place pour jouer.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] - Page 3 Sean10

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Jeu 26 Nov 2020, 11:08
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane








Un regard soupçonneux et un léger froncement du nez accompagna le rire de Uiseann qu'elle prit le temps de déchiffrer quelques instants, se demandant si c'était sa réaction qui la faisait rire ou si il se moquait encore d'elle … oh, le vil gredin ! Bien sûr qu'il était en train de se payer sa tête ! C'était le cas, n'est-ce pas ? Vrai ou pas, c'est ce qu'elle choisi de croire, car donner des yeux tout fraîchement extraits à manger à des enfants était tout de même une pratique qu'elle préférait laisser à l'imaginaire.

— Tu moquer, Ouichane ! L'air fâché, elle avait alors légèrement poussé son camarade au niveau de l'épaule. S'il avait été un loup, elle l'aurait attrapé par la peau du cou ou tiré les oreilles avec les dents, comme elle le faisait avec Fay … mais l'espace dans lequel ils se trouvaient ne leur permettait pas de faire des roulé-boulés.

Un point pour Sei, deux pour Uiseann.

Les négociations pour la vente des pierres se firent sous le regard attentif du prince farceur. On lui avait déjà fait promettre de ne pas échanger ce genre de pierre contre n'importe quoi, mais elle avait confiance en son nouveau compagnon, il saurait la conseiller, n'est-ce pas ? Heureusement qu'il était là, d'ailleurs, car quand le bijoutier lui demanda son prix, Sei avait simplement levé sept de ses doigts après une brève réflexion, parce qu'il fallait bien proposer quelque chose. Il y eut ensuite un curieuse échange entre Uiseann et le marchant, cela ressemblait à un jeu dont elle ne parvenait pas à saisir les règles subtiles … dommage, cela avait l'air amusant ! Dans le doute, elle répétait parfois les chiffres – qui n'avait pas de réel sens pour elle – que disait Uiseann, juste pour le soutenir et essayer de lui donner plus de poids. Elle ressortit finalement de la boutique avec une bouse bien pleine et un sourire satisfait, essayant d'imaginer tout ce qu'elle pourrait échanger contre ça.

Mais pour commencer … elle devait des pièces à Uiseann pour sa compagnie ! Elle avait ouvert sa bourse pour fouiller dans les pièces du bout de l'indexe quand le prince s'exprima justement à ce sujet, précisant un peu plus de choses au sujet de l'échange de biens et de services. Sei avait hoché la tête pendant ses explications, l'air pensif, elle visualisait dans sa tête des scènes de vies concrètes pour illustrer les paroles de son camarade. Elle sembla particulièrement intéressée par le concept de ''réchauffeur ou réchauffeuse de couche''.

— Oh, réchauffer … Fay faire d'habitude, mais pas Fay ici …

Maintenant, elle se demandait où elle pouvait bien s'adresser pour trouver quelqu'un qui pourrait s'assurer que ses couvertures soient bien chaudes lorsqu'elle rejoindrait sa couche ce soir … elle n'était pas frileuse et avait toujours connu un confort très archaïque voir inexistant avec son mode de vie, mais elle avait toujours dormi au chaud contre son petit frère … et aussi confortable que soit ce lità l'auberge, ce n'était pas agréable de rentrer dans des draps froids ! Oui, il manquait quelque chose.

Les objets de cette boutique étaient très jolis, si brillants … mais ils semblaient également très fragiles et Sei n'avait pas envie de les casser, alors elle préféra ne rien prendre pour le moment. Elle retenait cependant l'emplacement de la boutique en se disant que cela pourrait finir par être utile, peut-être qu'un de ces objets pourrait faire plaisir à ses amis ? Un cadeau de retrouvaille pour Demême ou un souvenir de voyage pour son amie Elfe qui vivait à Sioun et ne pouvait malheureusement pas autant voyager qu'elle. Sei était cependant plus adepte de cadeaux fait de ses propres mains, mais il était clair qu'elle ne pouvait pas faire de choses aussi raffinées !

Ils se dirigèrent alors vers le port qui avait un tout autre visage en plein jour, animé d'une population plutôt dense et très actives. Sei avait toujours ce sourire ravi de découvrir ce paysage nouveau, elle s'émerveilla des échanges entres les poissonniers et divers dockers qui hurlaient. Il y avait même des navires qui avaient déployé leurs superbes voiles blanches, comme les ailes d'un oiseau immense. Elle regarda avec amusement des enfants passer près d'eux en riant et fut prise dans leur jeu de ''chat'' qu'elle eut beaucoup moins de mal à comprendre que le jeu du marchant avec Uiseann ! Elle avait d'ailleurs encouragé ce dernier à venir jouer, lui aussi, mais la bonne humeur vola en éclat quand une petite fille la heurta soudainement, suivit de près par un homme qui semblait furieux.

— Sale p'tite voleuse, t'vas voir ! J't'ai vu, t'sais c'que ça vaut l'poisson qu't'as pris ? T'sais c'qu'on leur fait, aux voleurs ?

Sans que Sei n'ai le temps de réagir, elle était outrée qu'on puisse hurler si violemment sur une si jeune créature, l'homme avait attrapé le poignet de la petite, la décollant brutalement des jambes de Sei qu'elle avait heurté.

— J'vais t'couper la main sale voleuse !
— Non !!
Pleura l'enfant.
A cette menace – qu'elle avait également subit avant qu'on lui apprenne qu'il fallait toujours donner en échange de ce que l'on prendre – Sei fronça les sourcils et attrapé la main que l'homme levait pour frapper la petite.
— Pas taper ! Protesta-t-elle. Et pas couper main.
— T'es qui, toi ? Sa mère, sa sœur ?
— Non.
— Dégage de là, clocharde, si t'es personne !
— Toi, lâcher.


Il tenta de dégager la main que Sei tenait, mais la jeune femme avait une poigne qui sembla le surprendre … alors il lâcha l'enfant en premier, Sei lâcha à son tour et avait attrapé doucement la petite pour la reculer et la mettre à l'abri derrière elle. Elle vérifia rapidement l'état de l'enfant qui serrait le poisson volé contre elle.

— Tu prendre poisson … rien donner en échange ?
— Je … j'ai rien à donner en échange, m'dame … j'ai faim …
— C'qu'une sale petite voleuse ! Qu'elle me rende le poisson et qu'on lui donne une correction !


Sei se redressa et se tourna vers l'homme, elle attrapa quelques pièces au hasard dans sa bourse, lui donnant de quoi compenser au moins cinq fois ce que l'enfant avait pris.

— Je donner en échange. Rien couper. Oui ?



_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mer 02 Déc 2020, 15:40
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

Les diverses transactions s'étaient effectuées correctement, sans un quelconque problème venant du vendeur ou bien de Sei. Pas d'incompréhension majeure non plus, l'essentiel était là, et ils allaient pouvoir continuer leur chemin tranquillement. Le Prince avait simplement souri lorsqu'elle comprit enfin qu'il se moquait d'elle concernant le fait de nourrir les enfants avec des yeux, il fut néanmoins un peu amusé aussi de l'entendre comparer le fait de "réchauffer sa couche" avec une quelconque mention de son frère loup Fay. Pour sûr, elle ne pensait évidemment pas à ce qu'il avait réellement évoqué, et finalement ça n'avait pas tant d'importance. De toute façon, au pire des cas, elle devrait pouvoir se débrouiller seule face à un paysan du coin ou un quelconque habitant ayant compris ce qu'il n'aurait pas du comprendre dans le fait de réchauffer sa couche. Rien que d'imaginer une quelconque scène cocasse amusait particulièrement Sean.

C'est d'ailleurs peut être pour ça qu'il était moins attentif, qu'il n'avait pas vraiment cherché à rentrer dans le jeu de Sei avec les enfants, non il était simple spectateur, observateur distrait, ne portant pas de réel intérêt à ce qui se passait finalement sous son regard. Et pour cause, les voilà qui étaient arrivés au port de la ville, l'air marin, le bruit des vagues s'écrasant sur les quelques coques des navires amarrés, le vent plus présent qui venait vivifier un peu plus leur visage avec cet air frais de la matinée, en bref, il était dans son élément et un peu dans ses pensées. Enfin, jusqu'à ce qu'il perçoive un haussement de ton dans la voix d'un homme, puis celle de Sei. Il se rapprocha alors de la scène, en quelques pas puisqu'il n'était pas non plus très éloigné, puis se teint non loin de sa comparse, légèrement en retrait pour inspecter les attentes de ce marin pêcheur. Attention, à ne pas confondre avec le Martin pêcheur qui lui avait plutôt tendance à battre de l'aile qu'à battre des enfants. Enfin, si ça se trouve, il s'agissait d'un Martin marin pêcheur qui ne saurait battre de l'aile ? Sauf peut être celle d'une raie fraichement pêchée ? Et par raie, il faut évidemment penser à ce poisson aussi plat qu'une carpette qui nage généralement au fond des eaux, et non pas à ces deux vallées venteuses souvent comparée à ce magnifique astre lunaire par les plus talentueux poètes du coin.

S'il comprenait bien la situation, il s'agissait d'une petite voleuse aux dents de lait et d'un marchand poissonnier qui voulait obtenir réparation sur le crime commis. Sei s'était interposée, prenant la défense de l'enfant et proposant même au marchand de lui acheter ce poisson avec sa propre bourse. Une générosité toute bienveillante que le Prince appréciait, mais était-ce là la bonne solution ? Le marchand d'ailleurs semblait hésiter, il ne s'était pas vraiment rué sur la proposition de Sei car visiblement le préjudice n'était probablement pas que matériel. Uiseann profita alors de l'hésitation de l'homme pour poser sa main sur le crâne touffu de l'enfant, l'enserrant suffisamment pour la faire marcher à sa guise, mais sans lui faire de mal. Il l'extirpa donc du dos de sa "sauveuse" et la planta pile face au marchand. Le visage impassible, il fit bien comprendre à cet homme qu'il n'était pas là non plus pour plaisanter, même s'il n'avait pas eu à faire à sa poigne comme avec Sei.



« Le préjudice n'est malheureusement pas que matériel. Un vol reste un vol et ne doit point rester impuni, sinon comment cela se passera t-il demain, la semaine prochaine lorsque la petite aura de nouveau faim ? »



Le marchand sembla bomber un peu plus le torse aux paroles du Prince, comme s'il avait perçu dans sa prise de position, qu'il était de son côté. Il allait d'ailleurs rajouter quelque chose quand Uiseann l'arrêta d'un signe de la main.



« Toutefois, l'ordre et la justice ne sauraient être incarnés par une même personne au sein d'un Royaume digne de ce nom, et je crois comprendre que vous n'êtes ni garde, ni juge, et n'avez un quelconque pouvoir de décision en matière d'ordre ou de justice de ce pays ou de cette ville. »



Cette fois, il se tut littéralement et attendit la suite qui n'allait certainement pas tarder.



« Voici l'accord que je vous propose à tous les deux. Mon amie ci présent, se chargera aujourd'hui de vous racheter la marchandise volée avec ses propres sous. Pour les temps à venir, offrez donc à cet enfant la possibilité de vous aider dans votre travail, je sais pertinemment à quel point l'écaillage des poissons est long, je suis sûr que quelques petites mains supplémentaires pourraient vous accorder plus de temps pour mieux appréhender vos étales et donc favoriser vos ventes. En contrepartie de ce travail, une partie de vos poissons invendus pourraient servir de nourriture pour cet enfant, ainsi cela n'affectera pas vos revenus, et donnera même à cet enfant l'occasion de se rendre utile plutôt que voler pour se nourrir. »



Il regarda Sei pour vérifier qu'elle était bien en accord avec sa proposition, bien qu'il était presque certain qu'elle devrait normalement lui plaire, puis il attendit l'accord oral de la petite ainsi que du poissonnier. C'était du gagnant-gagnant normalement donc ça devrait être assez facile à faire accepter par les deux parties. Il retira sa main de la tête de la gamine, la laissant libre de ses actes ou de ses paroles, puis se tourna vers Sei avant de déclarer pour terminer.  



« Bien, je vous laisse régler cela avec elle. Sachez que si j'apprends que des vols sont à nouveau commis, ou qu'un enfant a été amputé, je saurai aussi me faire juge et bourreau.  »



Cette fois, il plongea son regard dans celui du marchand, lui faisant bien comprendre que ses paroles étaient tout sauf de la plaisanterie, d'ailleurs le ton qu'il avait employé était nettement plus tourné sur de la menace qu'autre chose. Régler des conflits, il faisait cela à longueur de temps sur ses navires, alors il en avait l'habitude, aussi bien avec le fait de se séparer de récalcitrant s'interdisant l'obéissance à des ordres simples et logiques, que de proposer des solutions arrangeantes pour chaque partie. Et dans le cas de conflits opposant deux hommes, une bonne bagarre aux poings pouvaient aussi régler le désaccord quand il n'y avait pas d'autre option possible. Sauf que là, le match était gagné d'avance avec la différence de gabarit. Il laissa donc Sei s'occuper de régler cette mésentente en s'éloignant un peu, allant flâner du coté des quais pour observer les quelques navires accostés. Parfois, il y avait encore l'équipage qui s'occupait de vider les cargaisons, ou de remplir la soute du navire, ce lieu était bel et bien vivant. Il s'était donc éloigné de plusieurs pas, mais restait tout de même à vue pour être rejoint si besoin par Sei une fois qu'elle en aurait terminé.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] - Page 3 Sean10

φ apprécie le geste.

Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Dim 06 Déc 2020, 20:20
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane








Mais à quoi il jouait, Uiseann ? Dans quel camp était-il ? C'était quoi le problème de ces gens avec l'amputation ? Sei regarda son camarade avec perplexité – et même une pointe d'indignation – alors qu'il commençait à expliquer qu'un vol ne pouvait décemment pas rester impuni. Bien entendu, le concept de vol était très flou pour quelqu'un comme elle qui n'avait finalement appris les règles d'échange qu'assez récemment. Dans la nature, le ''vol'' n'était pas aussi préjudiciable que dans les contrés civilisés, le mot n'avait même pas vraiment d'équivalent. Les animaux se contente de prendre ce dont ils ont envie, et quand cela se trouve sur le territoire ou entre les pattes d'un autre animal, ce dernier se défend, mais cela n'allait pas jusqu'à un concept d'éthique ou de justice.

Sei commença cependant à réfléchir quand Uiseann souleva cette question pourtant inévitable : et ensuite ? Oui, l'enfant aurait encore faim à l'avenir et Sei ne serait pas toujours là pour la couvrir et s'assurer qu'elle aurait de quoi se nourrir. Elle ne pouvait décemment pas protéger et nourrir tous les démunis … Cependant , elle trouvait inadmissible qu'un être se retrouve dans l'impossibilité de se nourrir, surtout quand il s'agissait d'un enfant. Chez les loups, quand une femelle donne naissance à ses petits, toute la meute se mobilise pour que la mère et ses enfants aient tout ce dont ils ont besoin jusqu'à ce qu'ils soient capable de se débrouiller par eux-mêmes. Pourquoi cet homme refusait-il de nourrir une si jeune enfant ?

C'était une autre culture.

Malgré sa désapprobation, elle faisait toujours confiance à Uiseann et s'en remettait à lui pour régler efficacement les problèmes en prenant en compte les us et coutumes de ces contrées étrangères. Conformément à la règle qui implique de donner en échange de ce que l'on prend, il proposa un marché plutôt raisonnable, la petite devrait aider le poissonnier dans ses tâches en échange d'un peu de nourriture. Après avoir observer Uiseann pendant sa médiation, elle regarda tour à tour le marchant et l'enfant pour examiner leur réaction. La petite semblait encore un peu intimidée, mais elle avait levé les yeux avec une pointe d'espoir vers l'homme qui semblait maintenant réfléchir.

— Oui ? Dit-elle après un moment à l'enfant, cherchant son accord. Oui ? Répétât-elle pour le marchand, dans la même intention.

L'homme l'observa un instant de la tête au pied, il semblait très réticent à son égard, comme si lui parler le dérangeait et il avait même jeté quelques coups d’œil autour de lui, soudainement inquiet de ce que l'on pouvait bien penser de lui.

— C'est d'accord, mais t'as intérêt à travailler dur, p'tite !

L'enfant, encore intimidée, hocha vivement la tête en guise de promesse et Sei les obligea ensuite à se serrer la main, on lui avait appris un jour que c'est ainsi qu'on scelle un accord. Elle prit ensuite le temps de discuter un peu avec l'enfant et lui confia une petite amulette censée lui porter force et chance : un oiseau sculpté dans l'os. Après quelques minutes, elle rejoignit donc Uiseann sur les quais.

— Quand tu battre, tu êtres comme ours. Mais tu être très doué pour paix.

Les grands guerriers de l'est n'étaient pas aussi diplomates que pouvait l'être Uiseann, c'était une qualité qu'elle accordait très volontiers aux soldats de l'ouest et du sud, ou en tout cas au prince qu'elle connaissait : il ne misait pas tout dans les muscles et la force brute, il savait usait de l'un ou l'autre selon les situations. Ces deux arts étaient rarement réuni en une seule personne, de là où elle venait.

Elle observa avec admiration un grand voilier prendre le large, l'océan était un domaine si différent de sa terre natale … elle en était curieuse, même si elle n'était pas certaine d'apprécier à long terme, ce domaine lui inspirait un sentiment particulier qu'elle ne saurait décrire ni vraiment interpréter. C'était une sorte de nostalgie mélangée à une forme d'affection et … d'abandon. Mais on ne pouvait nier que du déploiement de ces grandes voiles blanches émanait une forme de beauté. Comme la veille au soir, elle était tentée d'aller voir de plus près, de monter sur l'un de ces navires qu'elle pensait être des créatures d'une toute nouvelle nature … Mais elle se souvenait bien que Uiseann lui avait expliqué que les propriétaires ne seraient pas contents d'une telle incursion, alors elle renonça. Son nouvel ami lui avait promis qu'il lui ferait découvrir son propre navire, elle devait juste patienter un peu – bon, d'accord, ce n'était pas vraiment son fort.

Elle jeta ensuite un œil sur la position du soleil qui s'était bien haut et jugea qu'il était temps pour elle d'aller se procurer du jambon et de retrouver son petit frère qui lui manquait tant.

— Aller retrouver Fay, maintenant. Revenir avant soleil bas pour voir Roy … Oh, Roy ! Cadeau pour Roy. Roy aimer cerf frais ? Sanglier ?

Elle ne pouvait décemment se présenter à un si grand chef de meute sans apporter un présent ! Et chez les loups, la viande fraîche était un cadeau très apprécié.



_________________
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: