AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 A la découverte de la civilisation [TERMINE]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mar 20 Oct 2020, 10:38
Sujet : A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

Lorsque la petite troupe arriva en bordure de la ville d'Ophel, une nouvelle halte allait s'imposer. Non pas qu'il avait besoin de prendre un peu de repos, ou qu'il avait une envie pressante, non il avait juste un petit détail... non sans importance... à évoquer avec son invitée. Ainsi, il se tourna vers elle et, toujours perché sur sa monture, il mit les deux pieds dans le plat si l'on peut dire ainsi.



« Si je peux me permettre de vous donner un conseil, votre loup ne devrait probablement pas pénétrer dans l'enceinte de cette ville. Les habitants ne comprendront pas et il pourrait être pris en chasse par la garde de la ville. Vous restez évidemment la seule à décider, mais il serait dommage qu'il se fasse blesser. Pensez vous qu'il serait possible qu'il vous attende dans les bois des alentours ? »



Allez savoir pourquoi, le Prince s'attendait à devoir tenir une longue discussion avec Sei à ce sujet, il était prêt à la tenir, mais pas à ce qu'elle dure non plus éternellement. Il n'y avait pas beaucoup de possibilités concrètement de toute façon. Soit ils tentaient d'intégrer la ville avec un loup géant... Sachant que beaucoup de bergers vivent dans le coin et que les habitants sont assez frileux avec les étrangers, soit le loup en question se débrouillait tout seul pendant quelques jours dans les environs. Et rien ne l'empêchait de toute façon de le rejoindre par moment si le coeur lui disait.

Quoi qu'il en soit, il attendit patiemment la prise de décision de Sei vis à vis de sa monture, puis, dans le cas où elle se rangerait à son avis, il lui tendit la main afin qu'elle puisse monter derrière lui. Bah oui, il n'allait pas non plus lui imposer une marche au trot pendant qu'eux étaient tous à cheval. Après, encore une fois, c'était son choix, et il n'allait pas non plus insister sur ce sujet. Le groupe finit donc par pénétrer dans la ville et un homme de sa garde les devança pour annoncer l'arrivée du Prince d'Envel ainsi qu'une escorte armée au sein de la ville. C'était la moindre des choses car les divers représentants de Faye se devaient d'être au courant de la venue de ce genre de personnes.
Alors qu'ils avançaient dans les plus grandes rues de la ville, Uiseann se permit une petite touche d'humour auprès de la sauvageonne.



« Vous voyez, la ville c'est comme la forêt... En moins désorganisé dirons nous. »



Bon, ce n'était clairement pas une affirmation légitime, mais si ça pouvait la rassurer un brin, c'était toujours ça de pris. Evidemment, ils passèrent devant bon nombres de petits commerces, des marchands ambulants qui vendaient toute sorte de ripailles du coin, d'autres des tissus, quelques bijoux, bref il y avait de tout pour satisfaire la curiosité et le besoin de chacun, à défaut de n'avoir besoin de quelque chose de très spécifique. Après quelques instants à parcourir la ville, ils s'arrêtèrent devant une grande échoppe qui avait tout d'une auberge. Là, un homme vint à leur rencontre et s'adressa directement au Prince.

Une tractation se fit en très peu de temps, et l'ensemble des gardes, le Prince compris, quittèrent leurs montures avant qu'une petite tripotée d'enfants ne viennent les guider jusqu'à la partie de l'auberge utilisée en guise d'écurie. Il y avait de la place pour l'ensemble de leurs montures, alors autant en profiter. Le Prince donna quelques pièces au gérant de l'auberge, puis fut conduit à l'intérieur du bâtiment. Mais avant cela, il se tourna vers "elle", et lui fit signe de le suivre. 



« Nous allons récupérer nos chambres et nous installer. Je suppose que vous devez avoir beaucoup de questions
! Suivez moi, je tâcherai de vous répondre dès que nous serons installés. »



Le Prince s'occupa donc de tout, à savoir de privatiser l'ensemble de la bâtisse pour une durée indéterminée, de toute façon, il avait largement de quoi faire pour y loger plusieurs mois durant. Il avait même demandé à cet aubergiste qu'il fasse venir ces fameuses femmes de chambre pour la Dame qui l'accompagnait, et si possible, des femmes expérimentée en la matière, car il allait certainement y avoir du boulot avec elle.

La journée était déjà bien passée, ils allaient pouvoir dorénavant prendre possession de leurs chambres, certaines individuelles, d'autres non, avant de redescendre pour prendre le repas du soir et bavarder, ou plutôt répondre aux mille et une questions potentielles de Sei sur leur arrivée en ville.



« Nous allons prendre le repas ici, puis passer les nuits à venir dans les chambres nous ayant été affectées. Voici les clés de votre chambre d'ailleurs, elle se trouve au même étage que la mienne, ainsi si vous avez quelconque problème, vous saurez où me trouver. »



Après avoir prononcé ces quelques paroles, il lui fit donc signe de le suivre vers l'escalier qui se situait au font de la plus grande salle du rez de chaussée de l'auberge, celle qui faisait office de réfectoire, puis il la guida jusqu'à l'étage, où il lui montra, expliqua comment se servir de ces clés, toute l'importance de les avoir toujours sur soi, et que sa chambre pouvait faire office de lieu de recueillement où elle seule était autorisée à y pénétrer, évidemment sauf si elle y invitait du monde. Le discours fut assez bref et terre à terre, car il n'était pas non plus son père, mais il tenait tout de même à ne pas la laisser face à toutes ces nouveautés peut être pour elle. Après tout, il ne savait pas lui si dans son clan, ils avaient des portes à leurs logements, ou si c'était ouvert dans le respect de tous. Donc dans le doute, il valait mieux prévoir ce genre de chose.

Sean ne mit pas énormément de temps pour quitter sa propre chambre. Une fois ses affaires placées, il n'y avait plus grand chose à y faire, alors il descendit prendre place dans le réfectoire et s'installa à une table dans un coin où il pouvait avoir la vue sur à peu près tout ce qui pouvait se passer. Il ne restait plus qu'à attendre que son invitée surprise fasse son apparition pour passer commande et entamer la soirée comme il se devait. Demain sera un autre jour, il ira se présenter à la Cour de Faye. 





_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mar 20 Oct 2020, 18:29
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane








D'une manière général, on pouvait avancer sans se tromper que Sei avait plutôt bon caractère. Bonne âme, généreuse, peu susceptible et bonne joueuse, il n'était pas aisée de la contrarier. Cependant, elle était assez sensible et très protectrice avec son petit frère, ce qui était parfaitement réciproque, soit dit en passant, si bien qu'elle se trouvait agacée quand on ne l'estimait pas à sa juste valeur. Encore une fois, elle voulait bien comprendre qu'il puisse intimider, voir effrayer les populations urbaines qui n'étaient généralement accoutumés qu'à la présence d'herbivores, comme les équidés ou les bovins, ou à la limite de petits carnivores comme les chiens et les chats, mais pourquoi se montrer si méfiants, même après avoir vu qu'il ne leur voulait aucun mal ? Et pourquoi est-ce qu'ils ne la craignaient pas autant, elle ? C'était un peu vexant, quelque part … elle aussi pouvait être impressionnante, non ?
Bref. Le sentiment de rejet que lui inspira le conseil de Uiseann la rendit un peu triste. Elle n'avait rien contre lui, au contraire, elle lui était plutôt reconnaissante de porter à sa connaissance les risques d'un lieu inconnu … mais elle trouvait réellement regrettable que la population d'Ophel soit si hostile. Ce n'était pas ce qu'elle avait imaginé, mais ce n'était pas non plus pour rien qu'elle été toujours restée loin des grandes villes de l'ouest et du sud.

Ne se laissant pas démonter si facilement, elle proposa quelques idées pour essayer de faire passer la présence de Fay. Après tout, ils étaient inséparables, ils ne s'éloignaient jamais beaucoup l'un de l'autre et jamais très longtemps, même quand ils se disputaient – car oui, cela arrivait, ils n'étaient pas frère et sœur pour rien. Au delà de l'affection qu'ils avaient l'un pour l'autre, leurs parents leur avait appris à rester ensemble, leur faisant comprendre qu'ils devaient toujours veiller l'un sur l'autre, surtout en des terres étrangères. Cette promesse les liait dans une mesure qui les dépassait.
Alors non, Sei ne se séparerait pas si facilement de son petit frère adoré. Parmi ses idées, elle avait proposé de se déguiser. Lui mettre une selle, comme pour un cheval se révéla inutile et le déguisement de mouton bien peu convainquant. L'armure et le casque aurait pu faire l'affaire si Fay les avait supporté sans grogner et été parvenu à aligner plus de trois pas sur les pattes arrières …

Sei avait poussé un profond soupir avant de se résigner. Elle s'était agenouillée devant son petit frère, prenant sa tête entre ses mains pour déposer son front contre le sien. Elle trouvait cela injuste pour lui, elle aurait aimé découvrir la ville avec lui, il aurait sûrement adoré les étales de jambon ! Mais pour le moment il était plus sage qu'il reste dans la forêt. Cela ne dérangeait pas le loup en soit de rater la visite du grand nid de bipèdes, mais il n'était pas rassuré à l'idée de laisser sa sœur seule avec ces étrangers couverts de fer. Sans que leur entourage ne puisse vraiment comprendre la nature de leur échange, ils se promirent mutuellement de rester prudents, elle ferait de son mieux pour éviter les problèmes – et ce n'était pas gagné – quant à lui, il tâcherait de rester discret et se tiendrait loin des humains et de leurs élevages d'herbivores en tout genre.
Avant de s'en aller de son côté, l'imposant Sköll s'approcha du prince Uiseann pour planter son regard argenté dans le sien, les oreilles droites, la tête bien haute. « Veille sur elle, humain, je t'en donne la responsabilité jusqu'à nos retrouvailles », semblait-il invectiver solennellement, bien qu'il y ait peut de chance pour que le prince ai comprit quoi que ce soit … si ce n'est, peut-être, une sorte de menace silencieuse. Après ce long regard, il ferma doucement un œil, comme il avait appris à le faire à son contact, espérant que l'imiter suffirait à lui faire comprendre qu'il cherchait bien à communiquer directement avec lui. Puis il inclina légèrement la tête avant de s'en aller disparaître dans les broussailles des bois qui bordaient la grande cité d'Ophel.

Après quoi Sei sembla un peu moins enthousiaste qu'à l’accoutumé. Elle avait accepté de monté derrière Uiseann en s'assurant qu'elle n'était pas trop lourde pour l'étalon, ce dernier était très sûr de lui, très fier aussi, alors il assura à la princesse des loups qu'il ne la sentait même pas.

« Vous voyez, la ville c'est comme la forêt... En moins désorganisé dirons nous. »
— Hm ….


Sei était justement occupée à observer les nombreuses activités qui animaient la cité quand son nouveau camarade lança la comparaison. Moins désorganisé ? Elle n'était pas sûre de ce que cela voulait dire, elle connaissait le mot ''organiser'' et il lui semblait que ''dé'' désignait parfois une négation au devant d'un mot commun. Si c'était bien ce qu'elle croyait, alors soit il mentait, soit il se trompait. C'était bien plus bruyant que la forêt, déjà : le bruit des roues de bois qui frottaient le pavé, des sabots qui claquaient, des humains qui hélais çà et là pour attirer l'attention comme autant d'oisillons affamés. Aux yeux de Sei, la circulation semblait tout aussi chaotique, la densité de la population était telle qu'elle n'en avait jamais vu, les gens se bousculaient, se passaient devant avec peu de courtoisie, des groupes s’amassaient parfois, rendant les artères un peu moins praticables encore.
Tout n'était pas à jeter, cependant, cela restait autant de découvertes fascinantes. Sei avait notamment noté la présence de nombreux pots en terre cuites exposés sur un étale ainsi que des musiciens aperçu au loin aux abords d'une grande place. La musique l'avait toujours fascinés, entre autres choses. Elle avait d'ailleurs son propre ocarina dont elle jouait régulièrement.

La traversée de la ville ne fut qu'une visite succincte et ils arrivèrent bientôt sur leur lieu de repos. Auberge ! Après être descendue de l'étalon de Uiseann et l'avoir remercié, elle leva la tête pour observer le bâtiment dans son ensemble. Elle avait retrouvé un peu de cet émerveillement naturel qui la caractérisait, bien qu'elle regrettait que Fay ne soit pas là pour voir ça. Elle fut tirée de sa contemplation par une horde de petits humains et suivit le mouvement. Une partie d'entre eux la dévisageait de loin, mais deux des plus téméraires osèrent lui adresser la parole.

— Eh m'dame ! Pour q't'es habillée tout déchiré ?
— Eh, eh, m'dame ! C'est quoi sur ta figure ?
— Eh m'dame, et ça, c'est quoi sur ton ventre ?


Mais ils furent très vite rappelé à l'ordre avant que Sei n'envisage d'essayer de leur répondre et furent bien vite sommer de laisser la ''dame'' en paix. Suivant son hôte de près, Sei profitait qu'il soit occupé à régler diverses formalités pour passer ce qui l'entourait au peine fin. C'était beau, une taverne ! Il y avait tellement d'objets, tellement de meubles en bois si bien taillés. Ce qui n'était que du mobilier basique en bois brute était à ses yeux autant de merveille d'artisanat. Oh, ai-je déjà précisé que l'artisanat aussi fait partie des choses qui la fascinent ?

« Nous allons prendre le repas ici, puis passer les nuits à venir dans les chambres nous ayant été affectées. Voici les clés de votre chambre d'ailleurs, elle se trouve au même étage que la mienne, ainsi si vous avez quelconque problème, vous saurez où me trouver. »

Elle hocha énergiquement la tête pour assurer qu'elle était d'accord et qu'elle avait – à peu près – tout compris. Pour ce qui aurait pu lui échapper, les explications ne tardèrent pas, notamment en ce qui concerne ''les clefs''. Fascinant, une fois de plus ! En une simple rotation, cette petite merveille de technologie était capable de sceller une pièce ! Uiseann lui montra dans la même démonstration l'endroit qui serait son lieu de repos privé. Sei n'avait jamais eu d'endroit à elle-seule ! Déjà, elle avait toujours vécu avec sa meute et puis même lorsqu'elle s'était installée dans une grotte un peu en retrait, elle était restée avec Fay … et de nombreux petits animaux en avaient profité pour squatter les lieux. Elle avait donc l'habitude d'être entourée, cela lui faisait tout drôle de se dire qu'elle serait vraiment seule ici … Mais Uiseann lui indiqua qu'elle pouvait y inviter du monde si elle le désirait.

Il la laissa se familiariser avec l'endroit et elle commença par s'amuser avec sa clef, la tournant encore et encore dans la serrure, s'amusant du 'clic' et du 'clac' du verrou, elle regardait attentivement à travers la serrure pour voir le loquet en mouvement. Elle déposa ensuite tranquillement ses armes et son petit paquetage. Elle fouilla les meubles qui ne refermait que quelques linges de maison avant de l'intéresser au lit. Elle caressa le tissu et se jeta dedans après avoir remarquer à quel point cela avait l'air moelleux … ça l'était ! Elle ne put s'empêcher de faire grincer les lattes en sautillant sur le matelas, puis, après un moment, elle rencontra son reflet dans un grand miroir. Ce n'était pas la première fois qu'elle en voyait un, elle en avait d'ailleurs un petit dans sa grotte, mais il n'était pas en très bon état. Celui-ci semblait magnifique à ses yeux ! Elle s'observa donc sous toutes les coutures, passant un certain temps à regarder ses dents.
L'air étant très doux ici, elle avait abandonnée sa cape et sa fourrure avant de se diriger vers la fenêtre qu'elle ouvrit pour humer l'air extérieur et observer les gens qui allaient et venaient avec une détermination déconcertante. Mais d'où venaient-ils, tous ? Et où allaient-ils ? Sei passa un certain temps à essayer d'imaginer la vie et l'identité de tous ces gens, faisant de grands signes à quiconque croisait son regard. Certains semblaient un peu effrayés, d'autres souriaient, se faisant parfois rappeler à l'ordre. Un homme s'était même approché de l'auberge, juste sous sa fenêtre, pour demander les tarifs de leur ''gourgandine'' au garde qui était posté là. L'homme fut bien vite chassé sans que Sei ne comprenne pourquoi.

Elle finit par refermer la fenêtre et quitter son lieu de repos privé, s'amusant encore un peu avec la clef et la serrure qui cliquetait avant de rejoindre Uiseann et sa compagnie dans la salle du repas. Il y avait déjà un délicieux parfum de viande grillé et aussi cet odeur un peu amer qu'elle sentait si souvent aux abords des quelques tavernes qu'elle avait pu approcher. C'était une boisson particulière que les humains semblaient adorer.
L'ambiance était plutôt chaleureuse et elle retrouva bientôt son camarade Uiseann pour s’installer en face de lui, à table.

— Très bonne odeur, ici. Fay beaucoup aimer …

Elle n'était pas certaine que Fay aurait aimé l'ambiance de la ville, il y avait beaucoup trop de gens, cela l'aurait sûrement rendu assez nerveux et mal à l'aise … mais il aurait adoré l'auberge et le lit moelleux !

— Pas habitude être sans petit frère … Elle secoua doucement la tête et souri. Elle ne voulait pas s'apitoyer, son lien avec Fay était suffisamment fort pour savoir qu'il allait bien.
— Je bon, bien. Voir Roy demain ?

Le regard de Sei s'illumina tout à coup quand elle vit passer non loin de là une femme transportant une grosse tranche de jambon …

— Oh … jambon !



_________________

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mar 20 Oct 2020, 19:44
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

En soit, Uiseann ne pouvait pas vraiment comprendre l'état dans lequel se trouvait la sauvageonne lorsqu'il fut question de laisser son compagnon canin dans les bois et de s'en séparer ponctuellement. Non, il ne pouvait pas comprendre le lien fraternel entre un humain et un animal, mais sans comprendre, il se contentait de respecter ce lien et de ne pas se mettre entre les deux en porte à faux. D'ailleurs, quand le loup géant s'approcha de lui en silence et lui fit son regard de la mort qui tue du genre... "Si il lui arrive quelque chose, même une égratignure, je fais de toi mon goûter", il plissa légèrement le front en guise de sérieux, puis ils prirent le chemin de la ville lorsque les derniers "adieux" furent faits.

Sei avait cette étrange manie de parler aux animaux, dans un dialecte qu'il ne saisissait pas, c'était encore une interrogation qu'il allait devoir garder en tête pour lui demander quelques éclaircissement plus tard dans la soirée. Il ne put donc pas voir l'émerveillement ou le scepticisme de Sei en parcourant les diverses rues et ruelles de la ville, peut être sentant simplement par instant ses mains se crisper davantage sur lui lorsqu'elle ne s'y sentait pas à son aise. Néanmoins, lorsqu'ils arrivèrent à destination, il s'était occupé des formalités avec l'aubergiste, si bien qu'il n'avait même pas prêté attention aux enfants qui posaient des questions somme toutes naturelles à Sei quant à sa tenue, son allure, en bref, elle dénotait clairement dans le paysage urbain, et si les adultes avaient le plus souvent la politesse de garder pour eux leur étonnement, les enfants eux et bien... ils s'aventuraient dans de multiples questions avant d'être chassés ou qu'on ne leur réponde.

La suite fut assez simpliste finalement, il lui indiqua sa chambre, les diverses formalités pour y accéder, notamment le concept de clés qui permettaient de sécuriser l'endroit où elle allait dormir les prochains jours, puis il l'avait laissée découvrir "son antre" seule, sans brides. Il pouvait d'ailleurs l'entendre par moment, notant cette alternance de calme puis de craquement, grincement ou cliquetis indiquant que la tornade était de nouveau en quête d'une nouvelle découverte. Une fois prêt, il était descendu dans la grande salle où il avait demandé à l'aubergiste qu'il s'occupe de les servir pour le souper. Finalement, il n'eut pas beaucoup à attendre avant de voir Sei descendre l'escalier et le rejoindre à sa table. Il inclina alors à nouveau la tête pour l'accueillir, puis la laissa prendre place et entamer un bref échange.



« Il fait bon vivre dans ce genre d'établissement oui, l'odeur y est souvent alléchante ! »



Il lui adressa un franc sourire, puis reprit après avoir réfléchi quelques secondes.



« Vous pourrez peut être, demain, évoquer le cas de votre loup au Roy. Avec un peu de chance, il acceptera qu'il vous accompagne le reste de notre séjour dans la capitale. »



Ce n'était peut être pas tout à fait une bonne nouvelle, mais plutôt un semblant d'espoir qui allait peut être redonner le sourire à sa comparse. D'ailleurs, c'est plus ou moins à cet instant qu'une personne fit son apparition de nombreuses fois dans la salle, apportant divers plats, et plusieurs boissons gazeuses et fortement mousseuses. C'est le plat de jambon à l'os cuit au feu de bois qui attira le regard de Sei, si bien qu'il fit signe à la femme d'apporter ce genre de victuailles à leur table.

Après quelques minutes de va et viens incessant de la serveuse, la table comptait de nombreux plats, plusieurs légumes cuits façon pot-au-feu, et deux énormes choppes remplies de bière locale.  



« Je vous remercie. »



Il salua la dame d'un signe de tête, puis reporta son attention vers Sei qui devait être impatiente de manger.



« Mangez tant que vous voudrez, si vous ne parveniez plus à vous lever, je vous porterai jusqu'à votre porte ahaha ! »



L'avantage de ce lieu, c'est qu'il n'y avait que ses hommes de mains, Sei et lui même en dehors du personnel de l'auberge. Ainsi, personne n'allait s'offusquer de voir Sei utiliser ses doigts à la place des couverts, ou de manger plus qu'il ne l'aurait fallu, voire de boire de tout son saoul. Pour une première soirée, il avait été préférable en effet qu'ils la passent dans un endroit où elle n'aurait pas à se contrôler ou à "faire semblant" pour des principes qu'elle ne comprendrait peut être pas. Et ce sera la même chose chaque soir, jusqu'à ce que ce lieu devienne comme une forme de sanctuaire où elle pourrait se retrouver en cas de problème ou de mésentente au sein de la ville.   




« Dites... Vous semblez souvent vous adresser aux animaux qui vous entoure, est-ce une coutume au sein des peuplades du Royaume de l'Est ? »



Le Prince mangeait tranquillement un large morceau de jambon qui trempait dans une grosse cuillerée de légumes avant de prendre une gorgée de ce bon breuvage qui lui faisait face. L'avantage aussi ici c'était qu'il n'avait pas non plus le besoin de faire plus de manière que cela, puisque personne n'était là pour faire le représentant de telle ou telle maison noble, ou côterie.  



« Je souhaiterais me présenter au Roy donc demain, au petit matin. Est-ce que cela vous conviendrait, ou plus tardivement ? Je ne voudrais pas réduire votre sommeil si vous faites partie des grands dormeurs de la forêt ! »



Un sourire amusé du prince accompagnait ses propos, et des questions il allait en avoir bien d'autres, mais il fallait aussi lui laisser sa propre place, puisqu'elle était la moins dans son élément ici finalement. Et s'il s'était porté garant de sa présence, lui avait proposé de venir jusqu'à Faye, il se devait en quelque sorte de prendre aussi soin de cette invitée de marque, car en un sens, elle représentait malgré elle les peuples de l'Est. C'était suffisamment rare pour qu'il daigne en prendre soin. Son apparence aussi, et notamment ces tatouages, il allait aussi qu'il lui parle de tout cela. Dans sa tête, de nombreuses questions grouillaient, et plus le temps avançait, plus il y avait de choses qui remontaient dans son esprit.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mer 21 Oct 2020, 12:27
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane









Les quelques mots réconfortants que Uiseann eut au sujet de Fay et de la possibilité d'obtenir les bonnes grâces du Roy eurent l'effet escompté. Sei retrouva son sourire naturel si enthousiaste, on pouvait presque imaginer des oreilles dressés sur sa tête et une queue battre l'air dans son dos. Si le souverain de ces terres acceptait d'entendre parler de son petit frère, voir de le rencontrer, il verrait tout de suite qu'il est sage. Il pourrait peut-être lui donner une sorte de médaille ? Comme les ''bijoux de famille'' de Uiseann ou alors un petit uniforme sur mesure pour signaler à tous qu'il avait reçu une autorisation royal ?

— Roy adorer Fay si le voir ! Sûr.

De toute façon, avec toutes les breloques qui décoraient son pelage, il était déjà évident au premier coup d'oeil que Fay n'était pas un loup comme les autres, ni même un Sköll comme les autres. C'était son petit frère et il était plutôt bien éduqué ! Aussi bien qu'elle, même s'il ressentait un peu moins d'enthousiasme à l'idée d'apprendre des choses sur les cultures urbaines, ni à l'idée de s'y conformer.

Et pour chasser la mélancolie une bonne fois pour toute, on apporta bientôt nombre de victuailles alléchantes à leur table. Les yeux grenats de la princesse des loups pétillaient de délice en regardant tout ça, prenant d'abord le temps d'admirer et de humer les parfums.

— Merci, grand merci !

Puis elle découvrit cette magnifique fourchette qu'on avait déposé avec sa gamelle, elle la prit délicatement et l'observa sous toutes les coutures. Elle était plus grande que celle qu'elle portait dans ses cheveux et n'avait que deux dents, au lieu de trois. De toute évidence, Sei en déduisit qu'elles ne devaient pas avoir le même usage et ne remit pas en question une seule seconde l'usage qu'elle faisait de sa possession. Elle regarda autour d'elle, voyant les soldats se servir de l'ustensile avec tant d'habilité pour porter la nourriture à leur bouche avant d'essayer elle-même. D'un geste un peu brusque, tenant la fourchette comme si elle cherchait à poignarder son jambon, elle planta les dents dedans et souleva la tranche entière en ouvrant grand la bouche pour y croquer une si grosse bouchée qu'elle en gonfla les joues pour mastiquer. La tranche fini par retomber dans l'assiette, l'éclaboussant d'un peu de jus. Ce n'était pas si pratique, une fourchette … pourquoi ne pas inventer un genre de pince, plutôt ? Ça éviterait que ça tombe comme ça !

Elle en profita pour planter une patate de la même manière, mais, trop moelleuse, elle se fendit en deux et se déroba aux dents de métal. Sei fronça légèrement les sourcils, comme si elle défiait le légume, puis jeta un œil sur Uiseann qui se montrait bien plus délicat, découpant sa nourriture en petit morceau avec le couteau qu'elle avait négligé jusque-là. Il avait aussi une manière particulière de tenir les deux outils que Sei ne tenta pas tout de suite d'imiter. Dans un premier temps, elle essaya simplement ne planter plus délicatement la moitié de patate, ce qui se montra concluant, puis elle la porta à sa bouche, satisfaite.

Son camarade de tablée lui avait dit de manger autant qu'elle voulait et elle était bien partie pour. Quand il assura qu'il pourrait la porter si jamais elle était incapable de se lever – pour cause de ventre trop plein – elle lui avait servit un grand sourire plein de patate avant de répondre la bouche pleine.

— -as -ouvoir -orter a-rès, aller 'ouler !

Remettrait-elle en question la force du prince ? Pas sérieusement. Elle mangea cependant avec grand appétit, s'appliquant malgré tout à utiliser les couverts, même si c'était avec maladresse. Elle en était venue à planter son jambon avec la fourchette d'un côté et piquer les légumes avec le couteau de l'autre, se goinfrant littéralement, mais au moins, elle ne mettait pas les mains ! C'était un bon début, non ?

Si chez les loups, le repas était parfois un véritable affrontement de caste, chez les humains, elle avait remarqué que c'était plus paisible et bien souvent l'occasion d'échanger, de passer un moment convivial. Elle avait le réflexe de manger vite, mais elle prit le temps de faire une pause à la question de Uiseann, avalant sa bouchée pour ne pas répondre la bouche pleine, cette fois.

— Hm … parfois. Tout le monde respecter nature et animaux, dans Est, mais pas toujours parler avec. Parfois parler avec arbre !

Parler était un grand mot, c'était plus de l'affinité qui pouvait se rapprocher à une forme de communication, mais Sei n'avait pas les mots pour expliquer cette nuance. De même, on ne pouvait pas vraiment comparer la communication avec les animaux et celle entre humains ou elfes, il y avait là aussi des notions très différentes, certaines exclusives à une espèce ou une autre.

— Je même voir parler à rivière.

Là encore, il s'agissait plus de manipulation, mais au regard de Sei, c'était comme si cette personne savait commander à la rivière, c'était une forme de communication, là aussi, à son sens.

— Vous pas faire ça, chez toi ?

Pour elle, c'était tellement naturel, presque banal qu'elle se demandait comment une si grande civilisation pouvait se développer sans ces fondements simples. Cela dit, il fallait bien l'avouer, ces peuples étaient d'incroyables artisans, peut-être que c'était ça, leur don, ils commandaient à la matière elle-même pour ériger des châteaux, des murailles, des armes et autres armures. Le gros avantage avec ça, c'est que cela semblait pouvoir s'apprendre, alors que Sei avait beau avoir essayé, elle n'avait jamais réussi à commander les rivières ou le vent. Elle avait une certaine habilité avec les plantes, mais rien de surnaturel, elle avait juste appris comment leur donner un environnement favorables à leur épanouissement et ça ne s'était pas fait en un jour, elle avait également reçu des conseils.

Elle réclama bientôt une autre tranche de jambon, en attendant son bien, elle s'était penchée vers la chope qui était devant elle et qu'elle n'avait toujours pas touchée. Elle la renifla, l'odeur était particulière … pas spécialement engageante. Elle finit par attraper le récipient et regarda dedans un moment alors que Uiseann évoquait le programme du lendemain.

— Je pas chauve-sourire, Ouichane. Dit-elle en souriant, écorchant le nom de l'animal qui était connu pour dormir une vingtaine d'heure par jour. Enfin, connu par elle et ceux qui côtoyaient les animaux, en tout cas.

Alors, elle goûta une lichette du breuvage et tira la grimace en secouant vivement la tête, fronçant le nez et tirant la langue. Ce que c'était amer ! Et puis … il y avait des espèces de bulles qui piquaient la langue !

— Bwark …
Elle goûta à nouveau, fit à nouveau la grimace et reposa finalement la chope pour faire passer le goût avec du jambon.
— Tôt, d'accord, oui. Répondit-elle enfin. Mais … elle sembla hésiter un peu, gênée. Je devoir parler à Roy … ? Je parfois pas parler le bon, tu savoir ? Je parfois dire bêtise et gens fâchés. Tu s'apprendre bonnes phrases pour pas fâcher Roy.



_________________

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mer 21 Oct 2020, 15:01
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

Uiseann observait en silence parfois la manière de manger de Sei. Il pouvait voir dans tous ces gestes désordonnés, un réel effort de faire au mieux qu'elle pouvait pour se mêler à leurs us et coutumes. Et c'était assez amusant à dire vrai. Son coup de fourchette pouvait faire pâlir n'importe quel grand mangeur du coin pour sûr ! Il osa même une fois aventurer sa propre fourchette en direction de son assiette, comme pour vérifier ses réactions. Vu la vitesse à laquelle elle mangeait, elle n'avait probablement pas l'habitude de prendre son temps, et il imaginait déjà les protestations venir à sa maigre tentative de s'emparer d'une partie de son butin.

Des efforts, elle en faisait et c'était aussi pour ça que le Prince lui accordait pour le moment une pleine confiance. Elle avait ce brin de sincérité qui pouvait se montrer touchant, et sa manière de parler était aussi particulière que tout le reste. Il dut d'ailleurs se concentrer pour ne pas rire devant une pareille situation : les quelques gouttelettes de sauce qui venait dorénavant orner sa tenue, les lèvres saupoudrées de nourriture en tout genre, on aurait presque pu la comparer à un gamin des rues devant un banquet et qui n'aurait pas mangé depuis longtemps. En tout cas, les réponses qu'elle lui donnait quant à leurs coutumes de parler à la nature, et même aux rivières par moment, étonna un peu le prince.



« Nous parlons parfois aux animaux oui, mais pour les domestiquer, leur donner des instructions si vous voulez. Je connais néanmoins quelques marins qui ont tendance à parler à l'océan, mais ce n'est pas vraiment une coutume à proprement parler. »



Une nouvelle tranche de jambon commandée, elle semblait parfaitement s'occuper de cette partie de la soirée seule, à savoir réclamer sa pitance ! Et c'était probablement la dernière chose qu'il avait pu douter d'ailleurs. Un nouveau sourire lorsqu'elle goûta la bière par deux fois et reposa sa choppe assez rapidement. Le Prince en profita pour demander une boisson non alcoolisée, un jus de pomme peut être, ou d'un autre fruit des alentours. Qu'elle puisse au moins faire passer tout ce qu'elle ingurgitait avec un verre de quelque chose. Le stress sembla néanmoins revenir lorsqu'elle évoqua le fait de voir le Roy de Faye en personne. Ainsi, il tenta de la rassurer du mieux qu'il le pouvait.



« Je resterai à vos côtés, et vous pourrez me laisser parler si vous le souhaitez. Ne vous en faites donc pas pour cela, je connais bien le Roy et je pense dire sans trop de doute qu'il a une certaine confiance en mon jugement. »



Il allait s'occuper des tractations pour elle de toute façon. Elle n'était pas là pour paraître, mais pour être tout simplement.  



« Personne ne vous jugera à la Cour en tant que mon invitée. Soyez vous même tout simplement d'accord ? »



Être elle même, ça ne devrait certainement pas être la chose la plus complexe à faire pour elle non ? Il profita de ce silence pour finir à son tour sa tranche. Il avait en effet pris plus son temps qu'elle mais il avait tout de même un bon estomac et même s'il ne pensait pas la suivre sur toute la durée du repas à son rythme, il n'était pas non plus le mangeur à l'estomac le plus petit !



« D'ailleurs, vous n'aurez point besoin de vous vêtir de la robe que cette femme vous a offerte. Autant que vous vous sentiez le plus à l'aise qui soit demain. »



Pour la robe, ça pouvait attendre un peu, même s'il était tout de même assez impatient de voir ce que ça donnerait une Sei en robe. Il lui adressa un nouveau sourire et hocha donc de la tête pour confirmer le rendez-vous de demain.  




« Vous n'aurez donc qu'à me retrouver ici quand vous serez levée. »



Lui avait de toute façon l'habitude des réveils aux aurores avec la vie sur la mer, et ses entraînements matinaux. Donc il lui était souvent difficile de faire de réelles grâces matinées, surtout lorsqu'il était en pleine mission pour le Royaume. Mais qu'importe, ce soir ils n'étaient pas obligés de penser au lendemain. Il pointa du doigt un de ses tatouages apparents et reprit la parole. 



« Est-ce que toutes les personnes de votre peuple possèdent ce genre de dessins sur le corps ? Cela signifie quelque chose peut être ? »



Evidemment que ça devait signifier quelque chose. Avoir un soleil d'une trentaine de centimètres de diamètre autour le nombril, c'était quand même pas fait juste pour faire joli, si ? Sean y allait doucement pour en apprendre davantage sur elle ou son peuple. Il ne souhaitait pas commettre d'impairs avec une mauvaise interprétation ou une question qu'il n'aurait pas fallu poser. Mais pour le moment, le courant passait plutôt bien et la discussion était assez fluide entre les deux. D'ailleurs, lorsqu'ils eurent terminés leurs assiettes, la femme qui assurait le service apporta un large plateau de fruits en tout genre. Un vrai festin finalement, il avait bien fait de payer à l'avance et de privatiser cet établissement, il aura de fait ce qu'ils savent faire de mieux, et cela attirera les commerçants du coin qui proposeront aussi peut être de meilleurs produits qu'à l'accoutumée pour cette auberge avec ce pécule accumulé suite à leur arrivée.

Même si le "dessert" était déjà présent sur la table, la soirée n'en était pas terminée pour autant. On pouvait deviner les lueurs du jours qui s'effaçaient progressivement avec l'absence de plus en plus grandissante de luminosité au sein de l'auberge. Encore un peu, et seules les larges bougies allaient éclairer la vaste pièce. Ce qui étonnait le plus le prince, c'était que finalement, elle n'avait pas tant de questions sur ce lieu, cette ville, leurs coutumes. Non au contraire, c'était même plutôt lui qui s'occupait de lui demander des précisions sur sa manière de vivre au sein du Royaume de l'Est. Connaître l'inconnu le rendait forcément moins dangereux et moins énigmatique après tout.

Dans le fond, il doutait un peu que le Roy de Faye accepte qu'un loup géant déambule dans ses rues, mais ce n'était pas non plus impossible. Non ce qui l'intéressera bien plus que la présence d'un potentiel loup dans sa ville, c'était plutôt d'avoir sur ses propre terres, une représentante des peuples de l'Est. Ce suzerain avait une certaine sagesse qui n'était plus à démontrer, alors il était certain qu'il trouverait comme lui quelque chose d'important à la venue de Sei au sein de sa Cour. Il savait aller au delà des apparences, alors le langage un peu haché n'allait certainement pas l'offusquer.



« Avec un peu de chance, peut être que le Roy connaîtra votre amie Demême d'ailleurs. Vous l'avez rencontrée comment ? Il me semblait que les terres de votre Royaume étaient interdites d'accès pour notre peuple, et que la plupart s'en retrouvaient chassés. »



Un petit sujet peut être un poil plus diplomatiquement complexe et qui pouvait peut être la froisser, il verra bien ce qu'il en était.



_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Jeu 22 Oct 2020, 14:53
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane









Finalement, la question n'était pas tant de savoir si les humains parlaient autrement qu'avec leurs semblables, mais de savoir si ces ''autres'' parlaient avec eux ou leur répondaient. Savoir s'il y avait un véritable lien, une compréhension dans les deux sens, une réaction profonde. Sei ne se contentait pas d'ordonner aux créatures avec qui elle communiquait, d'ailleurs, il était bien rare qu'elle se permette de donner le moindre ordre. Il était plutôt question d'échanges et dans le cas des élémentalistes, le lien était encore un peu plus subtile et complexe que cela. Elle avait déjà … attendez, il faisait quoi, là ? Elle qui commençait à se dire qu'elle pouvait relâcher sa garde en l'absence de son frère, voilà que Uiseann se mettait lui aussi à vouloir piquer sa précieuse nourriture ! Ni une, ni deux, Sei avait réagi au quart de tour, attrapant jalousement sa gamelle pour sa ramener vers elle en poussant un profond grognement guttural. Les vieux instincts de repas au sein d'une meute de Sköll … Sur le coup, elle avait même fait claqué ses dents dans le vide pour montrer clairement qu'elle serait capable de le mordre s'il persévérait … puis, après un petit moment, elle se rendit compte que ce n'était pas des manières chez les humains et elle eut un léger rire gêné.

— Pardonner … mais mon jambon.

Je disais donc : elle avait déjà vu des humains manifester des formes archaïques de communication avec des animaux. Assis, couché, pas bougé, attaque … les animaux avaient appris depuis bien longtemps à comprendre certains des sons complexes émis par les humains, mais elle déplorait le manque d'effort pour un juste retour des choses. Les humains qui se donnaient vraiment la peine de véritablement comprendre leurs compagnons canins, équidés ou autre étaient bien rares … à l'instar de son ami Demême qui était si attentionnée avec sa jument Ebène.
Cette relation à l'océan attisa cependant la curiosité de Sei.

— Et Océan répondre ?

Elle était vraiment curieuse de savoir ce que l'Océan pourrait bien avoir à transmettre.

— Tu marin aussi, Ouichane ?

Elle avait bien entamé sa deuxième tranche de jambon quand on lui apporta une nouvelle chope de boisson. Elle mit un certain temps avant d'aller la renifler, mais ce breuvage-là sentait très bon le fruit … c'était de la pomme ! Sei but alors à grande gorgée, avec aussi peu de délicatesse qu'elle mangeait. En reposant la chope à moitié vidée, elle s'essuya la bouche d'un geste ample, sur tout le long de son avant-bras. Après cela, elle put facilement reprendre là où elle en était avec le reste de jambon et de légumes. Ça n'allait plus faire long feu !

Uiseann se montra très rassurant au sujet de leur rencontre avec le Roy de Faye et Sei fut très soulagée de ne courir aucun risque d'incident diplomatique. S'il restait avec elle, elle n'aurait pas peur. Le fait est que le courant passait plutôt bien, contre toute attente ! C'était un homme de fer après tout, le genre d'individu dont elle restait assez loin, en général. Mais il la comprenait mieux que la plupart des gens, ou alors c'est qu'elle s'améliorait … en tout cas il ne semblait pas avoir pris ses paroles de travers depuis leur rencontre, il pourrait donc arrondir les angles si elle disait une bêtise devant le Roy.

— Sei reste Sei ! Acquiesça-t-elle avec un vif hochement de tête enthousiaste.

Elle acquiesça de nouveau quand il assura qu'elle ne devait pas se sentir obligée de porter cette robe. Elle était curieuse de l'enfiler, de voir à quoi elle ressemblerait et de sentir la sensation de ce tissu ample sur ses jambes … mais il était certain qu'elle serait bien plus à l'aise avec ses guenilles habituelles dans une situation aussi inédite.

Si les loups avaient généralement des horaires assez fixes et ne dormaient pas forcément que la nuit, la rôle que Sei avait endossé en tant que protectrice de la forêt l'obligeait parfois à vivre en décalé. Les nuits blanches n'étaient pas rares, mais elle n'avait de toute façon pas besoin de beaucoup d'heure de sommeil. Ça ne serait donc pas un problème de se lever avec les premières lueurs de l'aube.

Alors que s'opérait quelques changements à leur tablée, les plats vides étant retiré pour laisser place à de nouveaux plats garnis de fruits frais tout à fais alléchants, Uiseann s'intéressait d'un peu plus près aux ornements présents à même la peau de la fille-louve. C'était des questions qui revenaient souvent lorsqu'elle commençait à sympathiser avec un humain, elle avait compris depuis bien longtemps que ce n'était pas courant, chez eux. Elle remarquait cependant que, au-delà de vouloir en apprendre plus sur elle, les questions de Uiseann déviaient toujours sur les peuplades de l'Est en général.

— Certains, oui. Parfois. Sur visage parfois changer. Ça pour chance, voyage, toujours retrouver chemin. Un peu aussi comme … hm … Sei être Sei. Changer rare, juste pour grand bagarre ou fête.

Les peintures corporels et autres tatouages avaient de nombreuses significations dans l'Est selon les régions et les clans. Certaines formes, emplacements et même couleurs étaient typiques à certains clans et avaient diverses significations pour eux. Sei, elle, faisait partie d'une meute et les peintures qu'elle portait sur le visage était une sorte de signature, une pièce d'identité affiché, en quelque sorte. La matière noire qu'elle utilisait pour se maquiller de la sorte était particulièrement tenace, presque indélébile sans le bon mélange de plante pour la retirer. Il lui arrivait cependant de changer d'ornement pour des événements particuliers : des cérémonies importantes comme lors des équinoxes ou des solstices … ou bien lorsqu'une union sacré était célébré. Il y avait aussi les célèbres peintures de guerre, heureusement, celles-ci étaient très rares.

— Mais Soleil … toujours être là, même toute petite Sei. C'est protection. C'est bijoux de famille, un peu. Voir ? Désignant le collier que portait toujours son camarade.

Elle sourit à la mention de cette expression au sens si ambiguë qu'il lui avait apprise mais qui résumait bien que cela faisait à la fois partie de son héritage et de son identité, même si, finalement, cela restait très mystérieux, même pour elle.
Profitant d'une pause dans ses explications, elle engloutit quelques raisins et croqua dans une pomme avec appétit. Comme elle avait terminé son jus, elle but par mégarde dans sa première chope, celle qui contenait la boisson amer. Elle fit une nouvelle grimace, surtout que cette fois elle avait avalé une grosse goulée.
Quand Uiseann s'intéressa à Demême, Sei reporta toute son attention sur lui. Elle resta assez mitigée, car elle d'après ce qu'elle savait de son amie, elle était à peu près certaine que Demême était très proche du Roy de Faye, mais elle lui avait dit de garder le secret … Elle ne voulait pas la trahir.

— Je chercher Demême après voir Roy, plus tard. Demême jamais venir dans ma forêt-maison, mais je déjà balader dans forêts de Faye, rencontrer Demême là-bas. Forêt-maison dangereuse pour étranger … perdre, blessé : facile. Préfère chasser avant, parfois devoir aider jusqu'à revenir dehors.

Certains clans de l'est étaient particulièrement hostiles aux étrangers, Sei comprenait leur crainte, les humains sont des créatures assez encombrantes, les peuples de l'est n'avaient aucune envie qu'ils s’exportent sur leurs terres … mais là où certains avaient des méthodes extrêmes et n'hésitaient pas à blesser – ou pire – Sei, elle, préférait des méthodes plus pacifistes – et c'était tout de   même le cas de la plupart des clans. C'était pour le propre bien des étrangers qu'elle participait à les tenir loin des terres de l'Est. Au delà des clans, il y avait aussi les nombreux animaux sauvages qui pouvaient se sentir agresser par la maladresse des humains et réagir sans demi-mesure. Sei ne comptait plus le nombre d'explorateurs insouciants qu'elle avait dû soigner et raccompagner aux frontières.

Les fruits subirent bientôt le même sorts que tout les autres éléments comestibles ayant foulé la tablée, Sei dévorant avec toujours autant d'avidité.

— Tu êtres ami de Roy depuis longtemps ?

C'est à peu près à ce moment là qu'une troupe d'individus particulièrement colorés arriva dans son dos. Intriguée par les voix qui semblaient s'agiter, elle se retourna, d'abord sceptique puis elle bondit sur sa chaise en remarquant les instruments de musique. Elle était maintenant à genou sur l'assise, un sourire jusqu'aux oreilles, les yeux pétillants d'un éclat d'admiration. Après une courte annonce, la compagnie chatoyante commença à jouer un air plutôt entraînant. Enthousiaste, Sei regarda Uiseann par dessus son épaule pour voir s'il l'était autant qu'elle.

— Ouichane ! C'est musique ! Au cas où il n'aurait pas remarqué.

Elle bondit alors de sa chaise pour se précipiter vers les musiciens, les regardants de bien plus près que ne le voulait sûrement l'usage. Ils semblèrent un peu surpris d'abord, mais ils continuèrent à jouer, s’échangeant finalement quelques sourires amusés. Sei, elle, les examinait un par un, leur vêtements aux couleurs si vives et surtout leurs instruments, la manière dont leurs doigts grattaient les cordes ou frappaient le tambour. Quand Sei arriva devant une jeune femme qui agitait une sorte de gamelle sertie de grelots en se dandinant, elle tenta de l'imiter, tournant sur elle-même et se balançant sur le même rythme qu'elle.



_________________

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Jeu 22 Oct 2020, 17:42
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

Il ne put s'empêcher de rire lorsqu'elle réagit à sa tentative de vol de jambon. Ce qu'elle disait n'était pas des sornettes, elle avait vraiment comme un lien de parenté avec ce loup, au point qu'elle en ait copié certaines de ses réactions les plus primaires pour ce qui était de la protection de sa nourriture. Tout en riant, il avait levé les mains vers le plafond pour montrer "patte blanche" et lui signifier qu'il ne tenait pas vraiment à lui prendre sa nourriture non.

Elle aussi d'ailleurs se mit à rire, peut être pas aussi joyeusement que lui, mais rire quand même. Elle se permit néanmoins de préciser pour que le Prince soit parfaitement au courant, qu'il s'agissait de SA tranche de jambon.



« La meilleure part ne revient-elle pas à celui qui a ramené la nourriture ? »



Dans sa tête, c'était bien le Prince qui avait payé pour ce repas, donc d'une certaine manière, c'était à lui que reviendrait le meilleur de ce qui se trouvait sur la table. Mais finalement, sa phrase était assez vague, elle pourrait aussi penser que celle qui ramenait la nourriture soit la serveuse tout simplement. Mais qu'importe, Uiseann s'amusait et il lui en fallait peu pour égayer cette soirée déjà bien entamée. Elle fut néanmoins intriguée lorsqu'il parla de l'océan et lui posa deux questions coup sur coup. Le Prince acquiesça une première fois de la tête avant de lui expliquer exactement ce qu'il était.



« Disons que... Je suis le chefs de tous les marins de mon Royaume. Donc... Oui je suis marin moi aussi. »



Le terme de maréchal n'allait certainement pas lui parler, alors autant faire simple et clair.



« Nous nous adressons le plus souvent à Dieu pour que l'océan ne nous attire pas au fond de l'eau lorsque nous devons voyager à bord de nos navires, mais pas directement à l'océan. Certains de mes hommes eux, voient l'océan comme Dieu, et s'adressent à lui comme ils le feraient avec autre chose. »



La notion de divinité était peut être aussi quelque chose que Sei ne maîtrisait pas, ou peut être était-ce l'inverse. De toute façon, au pire elle lui posera une question à ce sujet. Les échanges sur sa présence demain lors de son entretien avec le Roy de Faye avaient fait leur effet. Elle avait été rassurée et l'idée de ne pas avoir à jouer un rôle allait l'aider à être plus à l'aise. Cela pouvait se vérifier sur son visage qui parlait pour elle finalement. A cette idée, elle semblait rayonner, comme si un poids venait de disparaître pour elle. Le Prince répéta alors ses propres termes comme pour valider et confirmer ses dires. 



« Sei reste Sei. »



Il écouta avec un peu plus de sérieux les nouvelles explications de Sei quant à la présence de tatouages parmi les tribus et peuples vivants au sein du Royaume de l'Est. Mais cela ne semblait pas être une règle à proprement parler, visiblement ils étaient presque tous en autonomie, et ne formaient pas vraiment un "royaume" avec des règles communes et des coutumes partagées entre tous. Plus elle lui parlait de ses terres, et plus il comprenait le pont qui les séparait de ce Royaume. Un mode de vie complètement différent, une approche de la vie et de son importance également très différente de la leur, en bref ils étaient presque non comparables par rapport à la nation d'Envel ou de Faye.

Mais est-ce que cela pouvait signifier que jamais ils ne pourraient s'entendre ou entretenir de relations plus étroites ? Il resta peut être quelques secondes à réfléchir sans trop écouter ou observer ce que faisait ou disait Sei. Il reprit pleinement "conscience" de leur discussion lorsqu'elle évoqua ses bijoux de famille et qu'elle lui demanda de "voir". Il fut d'abord surpris par sa proposition, puis en observant mieux les gestes de la sauvageonne, elle compris qu'elle parlait du collier qu'il portait. Il se permit alors de le retirer et lui tendre pour qu'elle puisse l'observer plus minutieusement. Un soleil comprenant en son centre les armoiries d'Envel, c'était une sorte de médaille finalement qui indiquait son rôle au sein de la Marine d'Envel.



« Porter ceci indique que je suis le chef des marins du royaume d'Envel. C'est son utilité. »



Encore une explication simple, mais facile à comprendre et appréhender. Il la laissa observer comme elle le souhaitait le collier du Maréchal, puis lorsqu'il évoqua le sujet de son amie Demême, elle indiqua qu'elle partirait à sa recherche après sa rencontre avec le Roy. Visiblement, elle ne se sentait peut être pas encore à l'aise pour faire ce genre de demande au Roy en personne. Ce n'était peut être pas plus mal. Il se contenta alors de hocher de la tête en lui indiquant qu'il comprenait sa position et n'allait certainement pas insister pour qu'elle fasse cette demande au Roy. 




« Le Roy de ces terres a épousé par le passé une femme de mon peuple, il a donc séjourné quelques années à Envel, mais mes souvenirs sont assez flous car j'étais encore enfants à cette époque. Ainsi, on peut dire que le Roy et moi nous connaissons depuis très longtemps. »



Quelques indications sur le passé qu'il avait pu avoir avec le Roy de ces terres, bien sûr, il n'était encore qu'un enfant, ou tout au plus un jeune adolescent lorsqu'il quitta Envel pour retourner à Faye, mais on pouvait quand même dire qu'il avait presque grandi à ses côtés en fait. Il avait certainement du avoir une part non négligeable dans les choix qu'il avait fait dans sa propre vie, mais ça... C'est à cet instant qu'une troupe de saltimbanques entra dans la pièce et se mit à jouer de la musique. Le Prince n'était pas contre cela, au contraire, il avait même évoqué cette possibilité au tenancier pour que Sei puisse connaître tout de ce qu'est une soirée au sein de ce genre d'établissement. Non, il ne voulait pas d'une auberge morne et vide, où seul le froid glacial du silence pouvait perturber les occupants des lieux. Il fallait au contraire de la vie, de la nourriture, et des festivités, au moins pour cette première soirée car il fallait qu'elle soit en de bonnes dispositions pour la suite.

Et visiblement, elle était enchantée. Il ne fallut que peu de temps avant qu'elle ne se mette à genoux sur sa chaise, lui tournant littéralement le dos, lui offrant ainsi la vue sur un séant qui semblait presque se mettre à dandiner au gré des notes de musique qui commençaient à se bousculer dans la pièce. Spectacle qui ne dura pas longtemps puisqu'elle finit rapidement par se lever de sa chaise et alla inspecter les musiciens un à un, jusqu'à cette joueuse de tambourin. Après avoir vérifié les instruments, leur tenue avec minutie, sans pour autant les toucher ni les gêner dans leur représentation, elle se mit à danser en rythme en tournoyant sur elle même, un peu à l'instar justement de cette joueuse de tambourin.

Les musiciens semblaient au départ un peu gênés, ou plutôt intrigués par tant d'intérêt. Ils n'avaient probablement jamais eu un public aussi enjoué de les entendre jouer ou chanter ! Mais ils finirent bien vite par apprécier le naturel de la sauvageonne, ainsi que ses manières puisqu'en deux temps trois mouvements, tous les yeux des troubadours étaient rués sur elle et ils s'étaient placés en arc-de-cercle autour d'elle comme pour l'encourager dans cette danse improvisée. Là, on ne pouvait vraiment pas dire qu'elle ne s'amusait pas. Le prince avait reposé sa choppe et observait de son siège la scène presque surréaliste qui se dessinait sous ses yeux, puis il finit même par taper des mains en rythme, claquements qui furent repris également par les soldats présents et qui mangeaient eux aussi leur repas du soir.

Cela faisait sûrement un bon moment qu'ils n'avaient pas eu une soirée aussi "joyeuse", et ils le méritaient bien ! Les uns tenaient une choppe à la main et frappaient la table avec en guise d'applaudissement, d'autres scandaient des "hey", ou autre sons de ce genre pour accompagner les musiciens et montrer leur intérêt à la scène présente. Il ne put dire combien de temps cela put durer, mais c'était clairement comme si le temps justement s'était arrêté pour laisser place à un amusement simple pour toutes les personnes présentes, puisqu'à un moment, même la serveuse s'était mise à danser, invectivée par quelques soldats qui se proposaient même de l'accompagner par moment. Et Sei n'y loupa pas non plus, puisque plus d'uns chercha à la faire danser, ou plutôt de la faire passer de mains en mains en sautillant.

En tout cas, au bout d'un certain temps, ces troubadours durent prendre une pause, ne serait-ce que pour se reposer un peu après avoir joué tout ce temps sans aucun arrêt ni temps morts. Et Sei allait certainement avoir bien chaud après s'être autant investie dans la danse ! Le prince l'accueillit, lorsqu'elle revint à sa table, en l'applaudissant personnellement et en inclinant la tête.



« Je crois devoir, au nom de toutes les personnes présentes ici, vous remercier pour ces instants ! »



Elle n'avait fait que "danser", mais finalement, ce n'était pas le genre de soirée qu'ils avaient pour habitude de passer lorsqu'ils étaient sur l'eau, et encore moins lorsque Uiseann se retrouvait au milieu de la Cour d'Envel. Il n'y avait là aucun calcul, alors oui, ces rermerciements étaient tout à fait appropriés selon lui.



« Je ne vous pensais pas capable de bouger ainsi après avoir mangé tout cela ahaha ! Mais maintenant je sais comment vous gardez votre ligne ! »



Un nouveau sourire, puis il lui tendit sa choppe de jus de pomme qui avait été remplie à nouveau, car elle allait certainement avoir grand soif. Les musiciens avaient profité de ce temps calme pour aller boire une ou deux chopines dans leur coin, avant de reprendre un peu plus tard leur prestation. Le Prince ne chercha pas à lui poser d'autres questions, là ce n'était plus le moment, non il profitait des instants présents tout simplement. La nuit s'invitait d'ailleurs sans crier gare, mais à en juger de la présence et de la motivation de cette troupe, la soirée était encore loin d'être terminée.

Oui, on pouvait dire que le courant passait bien, même si le Prince restait "intéressé" surtout par la possibilité d'en apprendre davantage sur les peuples du Royaume de l'Est, il finissait aussi par apprécier la personne en tant que tel. Cela faisait d'ailleurs quelques temps qu'il s'intéressait à sa personne directement puisqu'à force de l'observer, il avait fini par voir en elle une personne qu'il côtoyait de temps en temps et qui, selon ses réactions ou sa manière de se tenir, pouvait lui ressembler plutôt pas mal. Cela dit, il ne l'évoqua pas car il ne trouva pas vraiment d'intérêt de parler d'une telle personne qu'elle n'aurait certainement jamais croisée puisque vivant sur les mers, un peu comme lui la plupart du temps.



_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] Sean10

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Ven 23 Oct 2020, 22:00
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane









Malgré toutes les difficultés que Sei pouvait avoir à communiquer dans le langage commun de Nehem, elle avait bien compris, cette fois, que Uiseann se moquait tout simplement gentiment d'elle et qu'il n'en voulait pas véritablement à son jambon. Cela dit, s'il l'avait vraiment voulu, cela n'aurait effectivement pas été le meilleur argument pour la sauvageonne qui avait l'habitude de chasser sa nourriture elle-même. Sans se départir de son sourire amusé, elle fit semblant de chercher quelque chose autour d'elle, ou plutôt quelqu'un.

— Hm. Pas voir. Et jamais dire que c'être meilleure part, c'être ma part.

Une délicieuse part, à n'en point douter ! Mais cela était en grande partie grâce à la préparation. Le jambon demandait une longue préparation en amont qu'elle ne pouvait pas exécuter dans son milieu naturel. Elle savait cuir sa viande et même l'assaisonner, elle savait préparer quelques bouillies, ragoûts et autre soupes grâce à une marmite qu'elle avait récupéré à l'occasion d'une de ses explorations – elle n'était encore une fille-louveteau – mais la salaison du jambon, ça, elle ne maîtrisait pas. Elle se contentait d'en troquer quand elle se rendait dans les villages, la plupart du temps.

Mais quittons nos jambons pour revenir à nos poissons. Uiseann accepta de parler un peu de ses activités et des secrets de la mer que Sei connaissait finalement très peu. La forêt était sa maison, alors elle connaissait assez bien les rivières et les lacs, aussi … mais ma mer ? Elle l'avait déjà vu, elle s'y était baignée, mais elle n'avait jamais vraiment navigué. Elle n'était jamais montée sur un vrai navire, en tout cas et cela avait toujours fait partie de ses projets. Il faut dire que Sei avait beaucoup de projets. Heureusement qu'elle bénéficiait d'une longévité avantageuse. En tout cas elle venait peut-être bien de trouver le bon plan pour s'en aller voguer au large.

— Oh … tu être un peu Roy des marins, alors. Jamais aller sur mer … tu montrer un jour ? Fay venir aussi ?

Sa meute et les clans de l'Est avaient tort, les humains n'étaient pas si rustres. Uiseann venait même de prouver qu'ils étaient capables d'une certaine spiritualité, ils croyaient au divin et à la divinité de la nature. Pour Sei, la terre, le ciel et tout ce qui composait le monde représentait une sorte de Tout, une conscience supérieur à qui ils devaient reconnaissance. Vivant sur les terres de l'Est depuis toujours, elle avait bien entendu parler d'êtres célestes, mais elle n'avait pas vraiment reçu l'éducation pour les vénérer. Pour elle, le plus important, c'était de respecter la ''Terre-Mère'' et tout ce qui la composait.

— Divin être partout. Important de respecter.

Aux yeux de la sauvageonne - que l'on jugeait facilement d'inculte ou de barbare -, le divin était la vie et tout ce qui pouvait la porter. Ainsi, chaque être vivant mais aussi tout élément inanimé renfermait une part de divin. C'est pourquoi elle vivait dans le respect de ce qui l'entour, pourquoi elle était avide de tout découvrir, pourquoi elle préférait aimer que haïr. C'était aussi pour cela qu'elle était capable de se montrer particulièrement féroce avec tout ce qui pouvait menacer la vie et son écosystème. Cette férocité pouvait également s'abattre sur des individus méprisant du respect de la vie ou des autres. Sei n'avait jamais compris la cruauté et la punissait sévèrement.

Un peu plus tard, lorsque Uiseann lui proposa gentiment son collier – qu'elle avait tripoté la veille sans lui demander son avis – elle s'essuya rapidement les mains sur ses vêtements avant de s'en emparer avec plus de délicatesse qu'elle ne mangeait, le recevant de ses deux mains pour montrer sa considération. Aux nombreuses lumières qui éclairaient la pièce, elle put alors mieux voir le métal poli et les détails des gravures. C'était un soleil aussi, Sei n'avait jamais sût ce que signifiait vraiment le sien. Comme elle l'avait depuis toujours, elle considérait ça comme une tâche de naissance, un héritage mystérieux et sa mère-louve lui avait transmit qu'il s'agissait qu'une protection mais elle ne savait pas vraiment contre quoi. Est-ce que le soleil avait un rapport avec une forme de souveraineté ? Elle se demanda un instant si elle et Uiseann n'avait pas des ancêtres commun, mais il n'avait fait aucune mention de marque de naissance, cela lui avait d'ailleurs semblé bien étrange en le voyant sur elle …

— Tu avoir soleil aussi. Avait-elle simplement fait remarquer en lui rendant son bien, sans vraiment savoir si cela voulait dire quelque chose en particulier, si ce n'est, comme il l'avait signalé, qu'il régnait sur la marine de sa nation.

C'est juste après que Uiseann eut expliquer son lien avec le Roy de Faye que la troupe de musicien commença son show, entraînant une fête et un spectacle auquel ils ne s'étaient sûrement pas attendu. Dans un premier temps, il y eut une sorte d'échange de pas de danse entre Sei et la joueuse de ''grelots'', elle esquissait quelques pas, plutôt simple ni trop rapide et Sei l'imitait avec de plus en plus d'aisance. Elle accéléra petit à petit le rythme alors que toute la compagnie se déployait autour d'elle, jouant, se dandinant et acclamant même avec entrain. Sei les regarda tous un à un avant de relever le défis, elle tenta quelques mouvements, faisant une belle démonstration de gigue avant d'effectuer un saut périlleux arrière qui lui valut des acclamations dans toute la salle. Les chants et les rires se mêlaient alors que les hommes qui accompagnaient Uiseann, délestés de leurs parures de fer, vinrent se joindre à la fête. Sei passa de bras en bras, riant aux éclats, bougeant, claquant des mains et des pieds en rythme.

Après les dernières notes qui semblèrent marquer une conclusion à cette première partie du spectacle, Sei applaudit avec vigueur, comme le reste de l'assemblée. Son cœur palpitait encore frénétiquement lorsqu'elle rejoignit Uiseann, mais elle aurait pu continuer encore longtemps. La vie sauvage avait l’avantage d'entretenir le cardio et l'endurance d'une manière générale.

Un sourire ravie aux lèvres, elle secoua doucement la tête, faisant virevolter ses épais cheveux noirs qui semblaient encore plus désorganisés que d'habitude.

— Merci musique.

Elle accepta très volontiers la chope et en descendit plus de la moitié en une fois, debout, une main posée sur sa hanche. Elle s'essuya la bouche d'un geste ample et s'assied finalement en face du prince qui n'avait malheureusement pas participer aux festivités. Heureusement qu'elle s'était séparée de sa fourrure et de sa cape tout à l'heure ! Il faisait vraiment chaud ici, maintenant.  

— Ligne ? C'est pas océan, Ouichane, je pas pêcher !

Venait-elle de faire de l'humour sur le double sens d'un mot ? Elle qui avait déjà du mal à retenir un seul sens à chacun ? Et bien oui, sauf qu'elle n'avait aucune idée de ce que ''ligne'' pouvait désigner d'autre que la ficelle d'une canne à pêche – ou une forme géométrique. Elle avait juste deviné, dans le contexte, que cela voulait dire autre chose que ce qu'elle connaissait et elle trouvait cela amusant de souligner cet élément après avoir découvert que Uiseann était un grand Marin.

— Tu ne pas danser, Ouichane ? Tu aimer musique, quand même ?

Comment ne pas aimer la musique ? C'était le pure produit de l'art et de l'artisanat ! C'était forcément passionnant.

— Je s'aimer beaucoup musique, jouer parfois dans forêt avec ocarina, animaux aimer aussi. Je vouloir jouer autres musiques, avec corde, tamtam et tout le tout … Peut-être un jour !



_________________

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Sam 24 Oct 2020, 19:45
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   
A la découverte
de la civilisation
Avec Sei
La ville, c'est comme une grande forêt !

Le Prince avait  récupéré son médaillon assez rapidement puisque les musiciens avaient complètement accaparé l'attention de la jeune femme qui se prenait pour une louve. Il remit donc tranquillement ses effets et l'observa, à mi chemin entre l'étude et une forme d'admiration joyeuse devant tant de simplicité. Aux premiers abords, et encore plus en présence de son loup, elle pouvait effrayer d'une certaine manière les gens du peuple, mais avec le temps, on se rendait compte que le terme sauvage ne lui collait pas tant que ça à la peau.

Alors certes, elle avait des problèmes de langage et il était courant qu'elle se trompe de mots voire commette des impairs, ce qui devait peut être parfois lui attirer quelques ennuis, mais si l'on faisait fit de ce détail et qu'on se concentrait sur la personne, on pouvait remarquer qu'elle était tout simplement une bonne personne. Ses ambitions n'étaient peut être pas les mêmes que les leurs, car la notion d'argent, de richesse, ou même de confort lui étaient étrangères, mais dans ses valeurs, il était possible de s'y retrouver. Elle n'acceptait pas l'injustice et elle l'avait prouvé en partant sans hésitation à la rescousse de la jeune fille enlevée par quelques marauds.

Mais à côté de cela, c'était peut être la première fois pour le Prince qu'il pouvait côtoyer aussi longtemps une personne vivant dans les terres du Royaume de l'Est. Et même si parfois ses questions pouvaient se montrer hésitantes, voire à côté de la plaque, il tentait à sa manière d'en connaitre davantage sur leur peuple. Et ce qu'il commençait à peine à comprendre, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un peuple, mais bien de plusieurs peuples aux us et coutumes parfois diamétralement opposées. C'était sa réponse à la question portant sur les tatouages qui lui avait fait tenir cette déduction.

Après une danse des plus effrénée, la jeune danseuse finit par le rejoindre et lui parla à nouveau en lui posant quelques questions, s'ouvrant même un peu à lui en lui indiquant un autre de ses désirs, la musique. Elle possédait donc un ocarina, il aura bien l'occasion de l'entendre jouer lors de ce séjour à Ophel après tout. Comme il n'avait pas vraiment eu le temps de répondre à toutes les demandes laissés en suspens tout à l'heure, le Prince lui adressa un sourire et attendit que son souffle se calme un peu avant de reprendre la discussion.



« La musique, comme la danse, fait partie de mon existence, beaucoup de marins en jouent pour passer le temps en mer. Et il y en a d'ailleurs à chacun des banquets organisés par mon frère le Roy d'Envel. J'aime bien donc la musique, ça adoucit les moeurs. Et pour ce qui est de la danse, je me prête au jeu de temps à autre. »



Peut être qu'il y avait des mots un peu trop compliqués dans ce qu'il venait de dire, mais elle commençait à avoir l'habitude non ? Il afficha alors un sourire un peu plus large et reprit au sujet de la marine.



« Vous seriez les bienvenues en tout cas, sur l'un de mes navires si le coeur vous en dit, vous et votre loup. Néanmoins je ne suis pas certain qu'il ait le pied marin ! Un jour si vous le souhaitez, je vous ferai visiter les terres d'Envel, elles sont vraiment différentes d'ici ! Il y fait réellement plus chaud, il n'y a que peu d'arbres, la nature est beaucoup plus adaptée pour survivre à de pareilles chaleurs. »



Même les hommes s'étaient adaptés de toute façon. Les plus grandes villes du Royaume avaient été bâties le long des côtes, l'air y étant un peu plus frais, et c'était probablement ce qui avait fait qu'ils s'étaient aussi tournés vers la mer. Ils n'en étaient pas peu fiers d'ailleurs, le nom de leur Marine clamait haut et fort la gloire qu'ils avaient pu acquérir par le biais de leur force navale.  

Le groupe de musiciens du soir venaient tout juste de terminer leur pause, reposant alors les diverses choppes de bière ou d'autres breuvages avant de se rendre à nouveau vers le milieu de la salle où ils allaient pouvoir donner la suite de leur petite prestation. Un regard jeté vers cette troupe, et le Prince reporta son attention sur son invitée pour un dernier échange avant que les notes ne viennent à nouveau la pousser à se dandiner dans tous les sens.



« Si vous le souhaitez, je pourrais vous offrir quelques instruments de musiques à cordes ou à percussion de mon peuple pour que vous puissiez vous entraîner une fois de retour chez vous. Pensez vous qu'il serait trop demandé en retour que vous me fassiez visiter une partie de vos terres ? »



C'était peut être un coup tordu de la part du Prince, car offrir des instruments de musique en échange d'un laisser passer dans le Royaume de l'Est, ce n'était pas cher payé, mais il s'était tout de même contenté d'une simple visite et d'une partie du territoire dans lequel elle vivait. En cas de refus, cela ne l'empêcherait certainement pas de lui faire parvenir ces instruments de toute façon. Mais il se devait de tenter le coup. Le courant passait bien, et ils semblaient tous les deux porter de l'intérêt pour le peuple dans lequel vivait l'autre, voire de l'intérêt pour l'autre tout simplement.

On pouvait donc voir par là le côté politicien du Prince qui cherchait d'une certaine manière à satisfaire sa propre curiosité mais aussi à forger une amitié avec cette personne. Ce fut peu de temps après cette dernière suggestion que la musique retentit de nouveau. Et cette fois, il ne se laissa pas surprendre non, au contraire il se leva à son tour et tendit la main à celle qui lui faisait face pour l'inviter à danser. Il se doutait qu'elle n'allait pas refuser, enfin du moins il l'espérait car il se retrouverait là bien bêta sinon. Il avait fait un signe de tête à la troupe pour qu'ils entament un musique sur laquelle ils pourraient proposer une danse moins désordonnée, même si cela sera sûrement compliqué à mettre en place. 

Et les premières notes furent lancées, si tôt, plusieurs soldats et soldates vinrent se mêler les uns aux autres, ainsi qu'une bonne partie du personnel de l'auberge, jusqu'à former un cercle au centre de la taverne, chaque membre du cercle donnant la main à deux autres personnes, alternant hommes et femmes. Et sans s'en rendre vraiment compte, le petit groupe de personnes s'était mis en mouvement. Un pas vers la droite, puis un pas vers la gauche, un pas vers l'avant, puis un pas vers l'arrière, le tout répété de nombreuses fois avant qu'à une partie bien précise de la musique, les femmes se déplacèrent d'un cran vers la gauche en sautant face à l'homme de gauche qui lui tenait la main, pour se retrouver entre cette personne puis une nouvelle, réitérant à nouveau ces quatre pas de danse quelques fois avant de répéter la même action.

Cette danse de chez eux était assez connue, et même ici à Faye. Même si les musiciens n'avaient pas franchement l'habitude de cet air, ils avaient plutôt bien géré cette nouvelle prestation. Le prince avait un air satisfait, s'étant plutôt bien amusé, même si cela avait probablement été bien moins sportif que la danse qu'avait proposé Sei juste auparavant, il espérait simplement qu'elle avait fini par comprendre les pas et qu'elle avait pu faire le tour complet du cercle qui de toute façon s'était complètement désolidarisé vers la fin du morceau pour passer en farandoles entre les tables de la tavernes en sautillant joyeusement. Il chercha alors du regard la femme louve et fut assez satisfait de la trouver à quelques pas à peine de lui finalement. Il la rejoint alors et inclina la tête avant de lui demander.



« Alors, qu'en pensez vous ? Il s'agit d'une danse de mon Royaume que nous apprécions particulièrement. »



Un nouveau sourire et il reprit alors calmement.



« Souhaitez vous que nous retournions nous asseoir ou voudriez vous plutôt marcher un peu dans les rues de cette ville avant de nous coucher ? »



La ville était calme et paisible à cette heure puisque les marchands avaient rangé leurs échoppes et même fermé les différents établis. Plus de roulotte ou de personnes qui présentaient leurs produits brutes ou finalisés non, la plupart étaient en train de souper, voire de dormir tout simplement. C'était donc une possibilité de profiter de ce calme et peut être aussi de l'aider à se retrouver dans la ville pour les jours et semaines qui allaient suivre. Quoi qu'il en soit, il venait tout juste d'y penser, et il était vrai que la chaleur au sein de l'auberge pouvait devenir presque insupportable après avoir dansé. Il attendit donc la décision de Sei avant de l'accompagner à nouveau à table, ou à l'extérieur pour reprendre peut être la discussion où ils l'avaient laissée.




_________________
A la découverte de la civilisation [TERMINE] Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Dim 25 Oct 2020, 13:58
Sujet : Re: A la découverte de la civilisation [TERMINE]   

A la découverte de la civilisation

Sei & Ouichane









Ainsi, Uiseann aimait bien la musique ! Bon, elle ne voyait pas trop pourquoi il parlait tout à coup de gens qui meurent (la musique adoucit les gens qui meurent ? Adoucit les morts ?) même si cela n'était pas faux – dans sa forêt, il y avait des chants pour honorer les morts – l'ambiance n'était pas au deuil, c'était la fête ! Enfin, elle ne releva pas ce détail, peut-être que c'était un élément très important de sa culture qu'il voulait lui transmettre et puis elle connaissait des clans qui célébraient les funérailles comme de grandes fêtes. De toute façon, elle avait acquiescé, car elle était plutôt d'accord avec ça.
Sei sembla très heureuse de l'invitation de Uiseann, même si elle eut un petit signe désapprobateur de la tête quand Uiseann désigna Fay une fois de plus comme ''son loup''.

— Fay, petit frère. Corrigea-t-elle sans animosité, bien qu'une certaine fermeté.

Uiseann étendit ensuite son invitation au royaume d'Envel dans sa globalité, offrant aimablement une visite guidé. Sei avait déjà foulé les terres d'Envel mais ne s'était jamais beaucoup éloigné de la frontière, elle était beaucoup plus familière au royaume de Faye dont le terrain et le climat ressemblait bien plus à sa terre natale. Cela dit, Envel représentait une terre exotique, la vie sauvage y était très différente et c'était sûrement pour cela qu'elle ne s'y était pas aventurée trop loin et s'était contée de longer les cours d'eau pour ne pas se perdre – et vu la chaleur qui montait à mesure que l'on avançait, c'était préférable.

— Qu'est-ce à dire, 'pied marin' ?

Sei se demanda si cela avait un rapport avec des nageoires ou quelque chose comme ça. En tout cas, Fay était un très bon nageur, on pouvait même le qualifier de loup tout terrain. Sei était une sœur aventureuse et comme il s'était donné un devoir de veiller sur elle et de la protéger, il avait dû s'adapter à nombre de situations parfois assez inhabituelles pour un loup. Lacs et montagnes ne lui faisaient pas peur, il l'avait d'ailleurs accompagné dans l'eau salé de la mer quand elle avait voulu s'y baigner. Bon, il n'était pas fan des bains, mais la terrible petite Sei était intransigeante là-dessus. Aussi, elle l'avait déjà fait monter sur des embarcations flottantes, plutôt sur des lacs ou des rivières, mais le loup était étonnement calme face à cette pratique, sans vraiment parler d'aisance.

— Voir Envel ensemble un jour, oui. Elle avait hoché la tête avec cet enthousiasme naturel qui la caractérisait. Jamais voir beaucoup Envel avant, très différent de forêt-maison. Pas facile.

Si Uiseann tenait toutes ses promesses, alors il deviendrait sûrement une des rencontres les prolifiques qu'elle ait jamais faite. Il allait lui faire découvrir la haute mer et les secrets du royaume d'Envel, de tous nouveaux modes de vies et de survies, peut-être aussi des créatures qu'elle n'avait jamais vu. Elle avait déjà fait la rencontre de quelques spécimens du désert lors de ses quelques expéditions, mais nulle doute qu'il lui en restait beaucoup à découvrir.

Jusque-là, le ''Roy des Marins'' s'était montré plutôt subtil dans ses questions et aussi très généreux. Il l'avait accueillit dans son camps, parmi ses hommes de fer, il lui avait offert à manger et aujourd'hui il l'accueillait dans cet auberge, continuant de la loger et de la nourrir. Il lui offrait même une visite des océans et de son royaume sans marquer la moindre réticence, mais Sei commença à se dire qu'il en faisait peut-être un peu trop lorsqu'il lui proposa quelques instruments de musiques en plus de tout le reste. Pourquoi tant de cadeaux ? Il ne tarda pas à le dévoiler. Il voulait voir ses terres, lui aussi. Était-ce par curiosité innocente ? Tout comme elle ? C'était plus fort qu'elle, Sei faisait facilement confiance aux gens et ne pouvait s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour ceux avec qui elle échangeait. Cependant, sa meute et tous les clans qu'elle avait fréquenté n'avait eut de cesse de lui répéter de se méfier des humains et de leur dangereuses ambitions. Elle en avait été témoin, notamment concernant leur expansion territoriale, sujet qu'elle avait déjà évoqué avec son camarade.

Regardant Uiseann dans les yeux, comme si elle cherchait à comprendre pourquoi elle devrait se méfier de lui, elle sembla hésiter un instant. Il y a quelques années de cela, elle avait confié une amulette à une jeune femme qu'elle venait juste de rencontrer, cet amulette serait reconnue des peuples de Salem et lui assurerait une certaine protection en ces terres interdites … Mais il ne fallait pas croire que Sei était naïve au point de distribuer ce genre de chose à tout va. Demême avait été la seule.

Alors elle prit une décision.

— Hm. Peut-être, si toi seul. Devoir aussi être accepte par meute. Devoir venir nu, rouler dans la boue, puis orties, puis sang de cerf. Ensuite, devoir poser genoux devant Reine Louve et présenter tête. Si elle pas manger ta tête, toi accepter dans meute.

Pendant son explication, elle avait semblé plutôt sérieuse et parfaitement innocente, énumérant chaque étape en levant méthodiquement un doigt, comme une liste de course ou une recette minutieuse. Au cours de ses voyages, elle avait déjà entendu nombre de rumeurs fantasques sur ses terres natales … elle avait décidé d'en jouer, gentille petite vengeance pour le coup où il lui avait croire qu'il fallait lui couper le bras. Ainsi, elle se mit à rire à gorge déployé de sa propre blague.

— Haha, non pas tout le tout ! Mais seul, oui. Et si toi sage.

Ça n'arriverait pas tout de suite, de toute façon, cela lui laissait le temps de voir si elle avait vraiment des raisons de se méfier de lui et si elle n'en trouvait aucune, alors elle l'inviterait. Elle allait sûrement devoir prendre des précautions pour ne pas attiser la réprobation de sa meute et des clans qu'elle connaissait, une simple mesure viserait sûrement à bander les yeux du prince pour une partie du trajet, afin qu'il ne puisse jamais retrouver le chemin s'il voulait revenir sans elle, juste au cas où … mais ils n'en étaient pas encore là.

La musique reprit bientôt et Sei accepta bien évidemment l'invitation de Uiseann à retourner à la fête. Après lui avoir pris la main, c'est même elle qui le tira vers la piste dégagée alors que l'assemblée se levait également pour se joindre à eux, formant un cercle parfait. Sei laissa alors un soldat prendre son autre main et regarda avec admiration la ronde prendre vit, suivant le mouvement avec une petite charrette de retard, dans un premier temps. Sa première rotation fut très maladroite et tardive, puis, petit à petit, observant le rythme avec attention, elle commença à avoir un peu plus d'aise, bondissant joyeusement comme une vraie biquette des montagnes. La farandole qui suivit n'était pas sans lui rappeler quelques danses cérémonieuses des équinoxes.
Au terme des joyeusetés, Sei applaudit à nouveau avec ferveurs et enthousiasme, elle avait perdu Uiseann de vue dans toutes ces cabrioles, mais il la retrouva bientôt pour donner quelques précisions sur les origines de cette danse synchronisée.

— C'être un peu comme ronde d’équinoxe, mais plus rigolo !

Le fait qu'elle connaissait un mot aussi complexe qu’équinoxe en disait long sur l'importance que cela revêtait dans sa culture. Les changements de saison étaient effectivement l'occasion de grandes fêtes ou de cérémonies parfois plus solennelle dans tous les clans qu'elle connaissait.

« Souhaitez vous que nous retournions nous asseoir ou voudriez vous plutôt marcher un peu dans les rues de cette ville avant de nous coucher ? »

— Hm … marcher, alors !

La nuit, les grandes cités humaines était plus calmes, c'était bien connu. Cela lui permettrait de se familiariser plus facilement avec les rues afin de pouvoir retrouver son chemin, elle ne devrait pas être trop distraite pas trop d’événements ou d'informations. Pour Sei, il était très important de bien connaître son terrain pour se sentir à l'aise dans un environnement.
Elle courut rapidement à l'étage pour rejoindre son lieu privé de repos afin de récupérer sa cape et sa fourrure, la différence de température étant plutôt conséquente quand on passait à l'extérieur. Ne connaissant pas les dangers de cette cité, elle ne s'était pas chargé de son arc et avait simplement décroché la tête de sa guisarme qui faisaient ainsi office de dague.

— Tu connaître beaucoup Ophel, Ouichane ? Oh ! Bateau ici, oui ? Pouvoir voir ?



_________________
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: