AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 Planter un arbre [terminé]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Egérie de Seintes

Identité
Titre :: duchesse
Âge: 23 ans
Race: Humain


Egérie de Seintes

Jaseur
Mer 14 Oct 2020, 20:09
Sujet : Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Uiseann
Indépendance et efficacité, à prendre ou à laisser

Encore un nœud et on ne verrait plus trace de son ventre encore un peu arrondi, témoin de sa grossesse. Egérie expira, et sa femme de chambre en profita pour serrer.

« Voilà, madame.

- Je vous remercie, vous pouvez disposer. »


La domestique disparut, laissant la duchesse seule devant son miroir. Les hautes fenêtres étaient toutes ouvertes sur le soir tombant. Le ciel se teintait de roses et d'orange, enflammant la mer de reflets iridescents. Des rares arbustes des jardins montaient des parfums agréables et purs. Elle entendait déjà des voix.

Les premiers invités étaient déjà arrivés. Il devait s'agir de ses voisins les plus proches, les Devareck. Non contents de l'espionner chaque jour, ils étaient toujours arrivés les premiers, et toujours partis les derniers. Egérie sourit à cette pensée, et se leva en lissant sa robe.

Dans un coin de sa chambre, un berceau blanc tenait lieu de nid à son fils Gavriel. Elle s'en approcha sur la pointe des pieds, et tira les voiles d'un air attendri. Le nouveau-né dormait comme un ange sur un nuage. La duchesse fredonna trois notes d'une berceuse, inutile réflexe, et se pencha pour embrasser le petit front où se cachait les rêves les plus innocents du monde.

« Je vais veiller sur lui, madame. »

La nourrice était entrée sur la pointe des pieds, et Egérie la remercia d'un sourire sincère en lui laissant la place. La duchesse referma la porte de la chambre derrière elle, lorsqu'elle sortit dans le corridor. Là, elle inspira profondément et se composa un visage de circonstances. Ce soir était important. Il fallait faire bonne figure, et soigner son verbe.

Elle se pencha à la balustrade de la galerie, une fois prête, et salua les Devareck, qui attendaient dans le patio.

« Bonsoir, chers amis ! On vous a servi des rafraîchissements ? Très bien. Je suis à vous dans un instant ! »

Un dernier sourire et un signe de main plus tard, elle descendait les escaliers pour arriver dans le hall de la villa, où un majordome était chargé d'accueillir les invités en vérifiant les invitations. Egérie alla droit vers lui.

« Angus, faites-moi avertir dès que le prince Uiseann sera là.»

L'homme acquiesça d'un signe de tête, et Egérie s'éclipsa par une porte latérale pour rejoindre les cuisines où l'effervescence régnait. La duchesse repéra vite celle à qui elle voulait parler : une femme qui lançait des ordres dans toutes les directions, et qui en cela, concurrençait le maître coq.

« Mariète ! l'appela-t-elle.

- Oui, madame la duchesse ! Pardon je vous avais pas vue...

- Vous avez fait ce que j'ai demandé ?

- Oui, madame : Lucie, là, s'occupera personnellement de veiller à ce que son Altesse ne manque pas d'un centilitre de vin. Ou de viande. Ou de petits-fours, ou même...

- Merci, Mariète. C'est très bien. Je vous fais aussi confiance pour les autres invités importants. Mais le prince d'abord.»


Après cette visite nécessaire pour s'assurer que tout se passerait bien, Egérie retourna dans les pièces de réception décorées pour l'occasion. Un petit orchestre était là pour l'occasion, si jamais il prenait l'envie de danser à certains, ou tout simplement pour détendre un peu l'ambiance, les accords harmonieux agissant de pair avec les vins savoureux. Le buffet serait garni tout au long de la soirée avec les meilleurs plats concoctés par son cuisinier, et partout aux alentours de la maison étaient disposés des bancs, fauteuils, coussins, chaises et autres pour le délassement et l'amusement de tous.

Elle retrouva ses voisins et leur demanda les dernières nouvelles, alors que d'autres invités se profilaient déjà dans l'allée qui conduisait à la villa.

Le but officiel de cette soirée était de fêter la naissance d'un héritier pour le domaine. Le but véritable était différent, mais transparent pour qui se penchait sur la liste des invités et y lisait les noms de tous les représentants de commerce naval influents d'Envel.

La duchesse Egérie de Seintes voulait avancer ses pions ce soir, et s'en était donné les moyens. Le lendemain, elle recevrait la lettre qui lui annoncerait la mort de son mari, mais pour ce soir, l'heure était à la fête, et à la négociation.






Dernière édition par Egérie de Seintes le Jeu 22 Oct 2020, 14:38, édité 1 fois
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Jeu 15 Oct 2020, 09:11
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Egérie de Seinte
Savez vous planter des choux ?

A la réception de l'invitation, le prince n'y prêta pas vraiment attention pour être tout à fait honnête. Accueillir un nouveau né, c'était certes une belle occasion et pleine de joie à partager, mais il n'avait pas vraiment de temps à consacrer à toutes les familles composant la noblesse du Royaume. Encore heureux, sans quoi il ne pourrait définitivement plus jouer son rôle de Maréchal. Ainsi, ce morceau de papier, si bien écrit ou si joli soit-il fut d'abord posé sur son bureau, sur une pile de choses à faire, avant peut être de disparaitre sur cette autre pile plus éphémère des choses qu'il ne ferait pas par manque de temps, ou par manque d'envie tout simplement.

De longues minutes passant, quelques visites impromptues de soldats de la marine d'Envel pour faire les différents rapports qu'il avait ordonné quelques jours plus tôt, et il fut relativement satisfait d'avoir apaisé les eaux pour quelques temps encore. Leur récente victoire contre un trio de navires pirates avait de nouveau fait parler de leur marine, non seulement à Envel, mais aussi et surtout au sein de leurs repaires. Il fallait bien cela, une victoire décisive, nette et suffisamment violente pour marquer les esprits. Après tout, même les pirates tenaient à la vie, ainsi ils devraient hésiter davantage avant de revenir sur leur territoire et tenter de piller les navires marchands allant ou venant d'Envel.

Et de nouveau, cette invitation était sous ses yeux. L'attrapant une dernière fois entre ses doigts pour la faire passer sur la pile des choses à ne pas faire, il fut néanmoins attiré par les noms des différents invités. Il en connaissant quelques uns, et tous ou presque oeuvraient de près ou de loin dans le commerce du bois, voire dans d'autres commerces maritimes. Finalement, cette lettre n'allait peut être pas tomber dans l'oubli. Il interpela un de ses hommes de mains qui ne devait pas être non loin de son bureau, puis lui ordonna deux ou trois choses.



« Veuillez répondre favorablement à cette invitation. Et veillez à ce que tout soit prêt pour cette occasion. »



Dans cette simple phrase, il y avait énormément à faire pour ce pauvre homme. Mais évidemment il ne s'en occupera pas seul. La petite "fête" était prévue pour dans trois jours, mais le trajet allait devoir se faire dès le petit matin. Ainsi, il allait falloir préparer l'escorte, choisir judicieusement les hommes adéquats, mais aussi trouver un présent pour cette nouvelle mère, car le prince n'allait arriver les mains vides après tout. Il avait confiance en ses hommes, après tout il les avait choisis pour la plupart personnellement, et inversement ses hommes avaient aussi confiance en lui. Et c'était ainsi que fonctionnait le Prince parmi ses hommes, comme une forme de symbiose quasi militaire qui s'était installée parmi eux, avec lui à sa tête.

Le jour arrivant, la petite délégation partit en pleine matinée en direction de Crystalsteppe. Le trajet ne fut guère déplaisant, les routes étaient sûres et c'était bien le décor qu'appréciait beaucoup Uiseann. Toujours est-il qu'ils arrivèrent en début de soirée, et que le prince avait évidemment fait en sorte d'avoir un logement pour son escorte et lui, au sein de la ville même pour ne pas avoir à faire le trajet de nuit. Lorsqu'il arriva devant le domaine de la Dame de Seinte, il donna quelques indications à ses gardes afin qu'ils puissent eux aussi profiter de la soirée à leur manière.

Il fit donc les quelques pas qui le séparaient encore de l'entrée de la plus grande bâtisse, guidé par les quelques bruits qui émanaient des diverses ouvertures. De la musique, quelques bribes de discussions, des rires, c'est à peu près ce qui s'échappaient de cette soirée d'ors et déjà commencée. Et lorsque le prince fut aperçut par ce qui semblait être un majordome, il fut accueilli comme il se devait puis l'homme s'éclipsa après lui avoir fait les diverses présentations du lieu et l'avoir amené jusqu'au salon où la plupart des convives étaient déjà en pleine discussion.

Un bref silence s'installa d'ailleurs lorsque les premières têtes se tournèrent vers lui et le reconnurent. Quelques courbettes, que le prince échangea par des signes gracieux de la tête, et le voilà interpelé par une jeune femme tenant un pichet et des verres à la main.



« Puis-je vous servir un verre de vin votre altesse ? »



Uiseann toujours silencieux, accueillit la jeune femme d'un sourire. A en juger par sa tenue, elle était ici pour le service, et ne s'agissait donc point de la Dame de Seinte. Il tendit donc la main pour récupérer un verre de ce délicieux breuvage, puis la remercia à nouveau avant de faire quelques pas en direction de son homme de main qui avait la charge de s'occuper du présent pour l'hôtesse de ces lieux. Il s'agissait là de quelques draps de soie pour le couffin, ainsi qu'une sorte de jouet, doudou, enfin quelque chose s'en rapprochant. Il n'avait pas non plus cherché à faire d'économies, une nouvelle vie était importante à ses yeux, après tout il pourra s'agir d'un futur partenaire de commerce, ou un futur soldat, peut être même un futur officier. Il avait foi en les générations futures et cet enfant en faisait partie. Ainsi, il ne fit guère dans la demi mesure en ramenant avec lui les tissus les plus prisés et les plus jolis qui soient.



« Remettez cela au majordome lorsqu'il reviendra. »



Un nouveau signe de tête, puis le prince laissa définitivement ses soldats à leur propre soirée, se déplaçant au sein du hall du manoir jusqu'à la maîtresse des lieux. Ce soir, il allait pouvoir certainement en profiter pour faire affaires mais avant cela, il était de bon ton de s'annoncer à son hôtesse.



« Ma Dame. Uiseann d'Envel, c'est un joie et un honneur de faire partie des vôtres ce soir. Puisse les dieux bénir votre famille. Et toutes mes félicitations pour cet heureux évènement. »



Cette fois, le prince s'inclina suffisamment pour marquer son respect envers la Dame de Seinte, puis attendit quelques instants qu'elle lui rendre la pareille avant de voir ce qu'il conviendra le mieux à faire au cours de cette soirée.




_________________
Planter un arbre [terminé] Sean10
Egérie de Seintes

Identité
Titre :: duchesse
Âge: 23 ans
Race: Humain


Egérie de Seintes

Jaseur
Jeu 15 Oct 2020, 12:12
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Uiseann
Indépendance et efficacité, à prendre ou à laisser

Les deux types d’invités s’étaient scindés en deux groupes assez rapidement. Elle s’y était attendu et avait agi en conséquences : du côté du patio et du hall se trouvaient les mondains, nobles pour une grande majorité, bourgeois tout le moins, qui n’étaient là que pour la fête, par amitié, par intérêt social ; du côté du salon, et de la terrasse, d’où l’on voyait la baie – chose qui n’était pas anodine – s’étaient retrouvés, comme aimanté par un quotidien et des intérêts économique partagés, tous les armateurs, recruteurs, quelques capitaines de marine, que ce soit la marchande ou la militaire, et des constructeurs, des architectes navals.

Egérie se trouvait entre les deux salles, même si elle comptait bien délaisser progressivement le premier groupe au profit du second, les occupations prévues permettraient de faire passer son absence inaperçue.

Ecoutant d’une oreille distraite les bavardages d’un vieux baron, elle gardait un œil sur le plus riche armateur présent, qui avait rassemblé autour de lui une cour déjà importante de divers artisans et personnalités du métier. Elle hocha une dernière fois la tête pour le baron, puis s’excusa et intégra le groupe de l’armateur.

« Monsieur Dolen, je vois que vous avez retrouvé des amis, s’exclama-t-elle en parcourant le cercle d’hommes et de femmes autour de lui.

- Je crois que vous vous en êtes assurée, madame, répliqua-t-il.

- Vous croyez ? »


Elle le regarda plisser les yeux alors qu’il n’était plus tout à fait certain de lui, mais ne le laissa pas longtemps perplexe. Le tirant par la main, elle le sépara de son groupe pour l’entraîner vers un couple animé.

« Me permettrez-vous de vous présenter, Angèle Marc, une excellente dessinatrice de ma connaissance, qui a de fabuleuses, et innovantes, idées sur les voilures des bateaux.

La jeune femme nommée Angèle tendit franchement la main à l’armateur.

- C’est un honneur de vous rencontrer, Mr Dolen, voici mon mari… »


Egérie se détournait déjà du groupe, alors que son majordome venait lui annoncer l’invité d’honneur. A sa suite, elle se dépêcha vers le hall, mais le prince s’avançait déjà dans la maison et ils se croisèrent à l’entrée du patio, où les regards curieux n’avaient pas manqué l’arrivée d’un invité au sang bleu. La duchesse entendait déjà les chuchotements grossir après un premier silence.

Elle s’inclina dans une révérence pour lui rendre son salut, et remarqua en se redressant que Lucie avait parfaitement rempli son rôle. La domestique restait d’ailleurs à proximité, diligente. Egérie se fendit d’un sourire.

« Tout l’honneur est pour moi, votre Altesse, Egérie de Seintes, pour vous servir. La bénédiction des dieux descende aussi sur vous et votre illustre famille. Je vous remercie sincèrement d’avoir accepté mon invitation, … et pour les cadeaux que je vois mon majordome recevoir. »

Elle se tourna ensuite vers l’assemblée mondaine qui bruissa d’une excitation à peine dissimulée, elle fit un rapide tour de salle auquel elle convia le prince. Tout le monde voudrait le voir, c’était inévitable, mais autant que cette corvée soit remplie vite et rapidement. Elle n’avait pas invité Uiseann pour jacasser inutilement, et s’il était venu, il devait en avoir pris conscience, c’est pourquoi, elle l’entraîna vite du côté du monde de la marine.

Elle s’arrêta là, plus longuement.

« J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop de toutes ces mondanités ; comprenez que je ne reçois pas souvent un membre de la famille royale chez moi et cela peut surprendre. Mais à présent leur curiosité est satisfaite, et ici, je crois que je n’ai pas besoin de vous présenter tout le monde. Il y a certainement des visages que vous connaissez. »

Et l’inverse était aussi vrai, puisque dès qu’elle avait franchi la porte du salon, des yeux s’étaient levés, des signes de tête avaient été échangés. On ne se précipiterait pas servilement aux pieds d’une personnalité qu’on pouvait avoir l’habitude de côtoyer.

Elle posa une main sur le bras du prince, et croisa son regard.

« Je vous laisse discutez avec ces gens, un instant, je ne dois pas négliger mon devoir d’hôtesse auprès des autres, on m’en voudrait de vous accaparer. Tenez, monsieur Dolen, vous connaissez son Altesse, je crois, vous voudrez bien lui tenir compagnie, et pourquoi pas lui présenter la dessinatrice dont je vous ai parlé tout à l’heure »

Après un sourire, elle s’éclipsa de nouveau du côté mondain, et répondit aux questions pressées de ses amis qui s’interrogeaient inévitablement sur la présence du prince. Elle leur raconta une histoire de faire-part à la famille royale, qui sembla les convaincre et les enchanter. Elle avait bien conscience que le prince exerçait une certaine fascination pour la plupart des membres de la noblesse, qui le voyaient comme un garant du statut de leur classe au pouvoir.

Egérie avait compris que l’équilibre des forces était bien plus subtil, aussi pour calmer le jeu, elle avait un prétexte officiel bien trouvé pour justifier, en définitive, la présence du maréchal en ces lieux. Elle en toucha deux mots à quelques-uns dans le patio, sachant que la nouvelle ferait le tour des lieux avant même qu’elle soit repartie de l’autre côté. Pour cette raison, elle ne devait pas tarder à mettre son invité au courant. C’était le principal concerné tout de même.  

Elle le retrouva quasiment là, où elle l’avait laissé.

« Votre altesse, j’aimerais vous entretenir d’un sujet important, voulez-vous bien me suivre sur la terrasse ? »

Il ne pouvait pas savoir ce qu’elle allait lui demander. Même s’il avait compris pourquoi il était là, il ne pouvait pas s’attendre à cela. Faisant signe à Lucie, elle présenta des amuses-bouches au prince, une fois qu’elle lui eut proposé de s’asseoir autour d’une table basse.

« Je serais curieuse de savoir ce qui a présidé à votre venue, mon prince, au-delà de ma simple invitation. Mais avant cela, j’aimerais vous proposer d’être le Parrain de mon fils, Gavriel. Prenez au moins le temps d’y réfléchir ce soir. »

A sa manière la duchesse venait d’engager le propos sur le ton badin de la conversation.




Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Jeu 15 Oct 2020, 14:11
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Egérie de Seinte
Savez vous planter des choux ?

C'est donc devant l'entrée du patio que le Prince rencontra l'hôtesse de ces lieux. Un échange qui fut donc des plus cordiaux, Uiseann s'affichant comme à son habitude une nouvelle fois avec son air qui pouvait paraitre pour de la suffisance. Il n'était guère en terrain conquis, mais s'il était invité ce n'était clairement pas pour rien. Il n'en attendait donc pas moins des personnes l'entourant, voire même de la Dame de Seinte. Il accepta avec un sourire l'invitation de cette dernière de faire le tour du "propriétaire", et à cela n'y voyez aucune allusion salace.

Ce faisait partie des habitudes qu'il avait pris. Partout où il se rendait, il y avait toujours une multitude de personnes qui le regardaient comme... une bête de foire oui. Pour beaucoup, la noblesse, voire même les membres directs de la royauté, étaient si éloignés de leur réalité, que de les voir en face à face, en chair et en os, pouvait parfois leur faire manquer à leurs devoirs de bienséance. Mais qu'à cela ne tienne, il ne leur en voulait pas, et on pouvait même dire qu'il en jouait beaucoup d'ailleurs. Ainsi, le tour fut fait brièvement, c'était un peu la "minute de gloire" d'Egérie de Seinte, exhibant fièrement son invité de prestige qui était venu pour la naissance de son enfant.

Attendez... C'était une information qu'il n'avait guère pris en compte finalement ! Et si les langues pendues venaient à faire un rapprochement complètement hasardeux entre cette naissance, et le prince ? Un peu tiré par les cheveux, mais les gens étaient capables de colporter tellement de rumeurs étranges. Cette idée traversa l'esprit de Sean, puis disparut bien rapidement car après tout, lui n'était pas marié et cela devra être réglé par la Dame de Seinte si cela s'avérait naître en ces murs.

Une fois le tour du patio effectué, elle l'entraîna un peu plus loin, où se trouvaient déjà quelques têtes qu'il reconnaissait, notamment le Seigneur Dolen avec qui il avait déjà eu à faire par le passé pour des transactions commerciales, voire pour des demandes de sécurisation de voies maritimes. Elle s'excusa en quelques mots pour ce petit manège imposé, puis s'excusa en indiquant qu'elle allait devoir s'éclipser à nouveau pour s'occuper de ses invités. Il n'en attendait pas moins de la personne organisant ce genre de mondanité de toute façon. Ainsi, il posa à son tour sa main sur la sienne et la remercia simplement.



« Faites donc ma Dame, et soyez rassurée, cette soirée me semble bien débuter. »



Débuter oui, car dorénavant ce sera la partie la plus intéressante pour lui : celle qui allait le lier ou le délier à des personnes qui pouvaient lui apporter quelque chose à lui, ou à sa flotte, donc au Royaume tout entier. Il était évident qu'avoir le prince parmi ses alliés, ses clients, ses collaborateurs, donnait un certain poids à un commerce ou une position plus intéressante au sein de la cour à une famille donnée, et ça, les nobles et riches marchands ne le savaient que trop bien. Ce petit jeu ne déplaisait pas à Sean d'ailleurs puisque c'était une bonne contrepartie qu'il pouvait accorder si le jeu en valait la chandelle.

La discussion avec le Seigneur Dolen s'engagea donc avec quelques frivolités, des échanges simples auxquels les personnes les entourant pouvaient comprendre et même participer, mais le temps passant, tout ceci devint de plus en plus technique et les curieux présents au début de la discussion, finirent par les délaisser petit à petit. Ainsi, ils restèrent bien là quelques longues minutes avec cette jeune dessinatrice aux idées parfois révolutionnaires, à parler de commerce, de renouvellement, de technologie, ou tout simplement d'idées plus ou moins abouties, jusqu'au retour d'Egérie de Seinte qui le subtilisa à nouveau. La suivre sur la terrasse ? Heureusement qu'ils n'étaient guère dans le patio, s'eût été encore une fois un sujet de discussion et de ragots à leur sujet pour sûr.



« Bien entendu. »



Il s'inclina auprès du Seigneur Dole et la dessinatrice, puis s'excusa simplement.



« Veuillez m'excuser. »



L'avantage d'être Prince, c'est qu'on n'avait pas besoin de raison, ni de s'expliquer. Il devait partir, alors il partait. Il voulait venir, alors il venait. Et c'était bien quelque chose qu'il appréciait dans ce rôle qu'il jouait ici. Il était presque comme chez lui partout en quelque sorte. Il suivit donc la maîtresse des lieux jusqu'au milieu de la terrasse où de nouveau la femme qui lui avait proposé un verre de vin un peu plus tôt, lui proposa quelques amuse-bouches qu'il attrapa d'une main libre pour satisfaire son appétit et sa curiosité. Il plongea donc son regard dans celui d'Egérie puis resta silencieux le temps qu'elle annonce la raison de cette mise à l'écart.

Ainsi, elle souhaitait que le Prince lui même devienne le parrain de son fils ? Il ne pouvait clairement pas lui reprocher son manque d'audace c'était certain. Sean afficha un petit sourire amusé en s'adossant à son siège puis pris le temps de bien ingurgiter cette nouvelle avant de prononcer une quelconque parole, laissant peut être un semblant de froid s'installer si son visage ne trahissait pas un amusement dans le fond.



« Je dois dire que je ne m'attendais pas vraiment à ce genre de demande. »



Un nouveau sourire, puis son visage se transforma en quelques secondes pour devenir des plus sérieux.



« Admettons que j'accepte votre demande. Qu'y gagnerais-je ? Je me doute que vous savez pertinemment ce que vous faites, ainsi j'aimerais que vous en veniez aux faits. »



Il allait lui falloir vendre son idée là, car le Prince ne pouvait guère être le parrain de tous les enfants de familles nobles lui envoyant une invitation pour l'occasion. En soit, l'idée n'était pas quelque chose qui lui faisait hérisser le poil, mais il était sûr, du moins il l'espérait, qu'elle devait avoir autre chose en tête qu'une simple demande qui allait être refusée si elle n'était pas ardemment défendue. Avoir Uiseann au sein de sa famille n'était pas donné à tout le monde, et ça se méritait après tout.




_________________
Planter un arbre [terminé] Sean10
Egérie de Seintes

Identité
Titre :: duchesse
Âge: 23 ans
Race: Humain


Egérie de Seintes

Jaseur
Jeu 15 Oct 2020, 16:20
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Uiseann
Indépendance et efficacité, à prendre ou à laisser

Egérie prit sur elle pour ne manifester aucun signe de nervosité. L’attitude du prince n’était pas pour la rassurer mais elle s’appliqua à sourire aussi et pour passer le temps, se servit un verre de vin. Il avait visiblement profité du temps qu’elle lui avait laissé pour échanger avec Mr. Dolen. Il faudrait aussi le convaincre celui-là, mais si le prince était de son côté, elle n’aurait pas trop de craintes à avoir pour la suite. Malgré tout, il y aurait des obstacles, c’était inévitable.

Lorsque son interlocuteur reprit la parole, elle comprit qu’elle l’avait tout de même un peu surpris, et que le vif du sujet arrivait sur la table. C’était le moment d’abattre ses cartes, s’il avait des questions ensuite, il serait toujours temps d’y répondre.

Une légère anxiété lui comprimait la poitrine, et pourtant ce n’était pas la première fois qu’elle faisait affaire. La différence était qu’elle n’avait jamais visé si haut jusqu’à présent. Elle inspira. Que risquait-elle sinon un refus catégorique ?

« Vous y gagnerez une bonne excuse pour être venu, si jamais vous refusez ma seconde proposition, annonça-t-elle. Mais sachez bien que, sinon mon amour-propre, votre refus de devenir son parrain ne fera pas s’écrouler la maison sur ses fondations. »

Elle n’était pas désespérée, elle tentait simplement d’améliorer son statut, le statut de sa Maison, de sa famille, de Gavriel. Avec cette explication, il devrait comprendre qu’il n’était pas indispensable à sa réussite. Avec un sourire et un regard en coin, elle se leva, verre en main, elle se détourna vers l’horizon marin, où un dernier incendie solaire saluait le coucher de l’astre diurne. De l’endroit où ils se tenaient, on pouvait apercevoir aussi une partie des terres de Seintes. Egérie apostropha le prince :

« Voyez-vous, votre Altesse, le vaste terrain de ce côté ? C’est là, le fait auquel je veux en venir. Ce terrain sera couvert d’une forêt de cèdres d’ici quelques années. Le duc et moi-même avons la ferme intention de fonder une scierie, qui permettra de débitter le bois, et de le vendre, prêt pour la construction. »

Elle se tourna vers lui pour préciser :

« La construction navale. Or, si je ne m’abuse, ce domaine vous intéresse particulièrement, Maréchal. »

Et cette seconde annonce (ce n’était pas encore une proposition) ne pouvait pas le surprendre complètement, elle en était sûre. S’il était venu ici dans le simple but de s’amuser un peu (et elle lui laissait le bénéfice du doute à ce sujet), il ne pouvait pas n’avoir rien soupçonné en rencontrant les personnalités du salon.

Elle revint s’asseoir à table, lui laissant tout loisir d’observer le terrain qu’elle lui avait montré, avant de reprendre :

« Ma proposition est la suivante : lorsqu’il sera temps pour notre Maison de vendre ce bois, nous permettrons nécessairement à notre belle marine de s’affranchir de certains marchés étrangers. Nous offrirons donc plus d’indépendance à la marine d’Envel. En fait, nous pourrions commencer dès que la scierie sera sur pieds, les travaux ont déjà commencé : plutôt que d’importer du bois débité, et donc plus cher, les constructeurs n’auraient qu’à importer la matière première et nous ferions la préparation du bois. A moindre prix cela va sans dire. »

Achevant l’exposition de son projet, elle se rendit compte que toute son anxiété avait disparu. Elle ne comprenait pas comment d’autres n’y avaient pas songé plus tôt, mais depuis qu’elle s’occupait de Seintes, plus ou moins seule, l’idée avait germé dans son esprit. La proximité de la mer sans doute, et l’omniprésence de ces terres sèches devait probablement y être pour quelque chose. Mais il était temps de dire ce qu’elle attendait du prince.

« Puisqu’il s’agit non seulement de commerce mais aussi de géopolitique, j’ai pensé que vous pourriez être intéressé par ce projet. Mais évidemment, je ne vous ai pas fait venir juste pour parler de mes ambitions de richesse. Non, disons, qu’en échange de ce service patriotique, j’aimerais que ma Maison soit représentée au conseil du roi, et vous pouvez faire quelque chose à ce sujet. »

Elle avait dit ce qu’elle avait à dire. Lucie arriva comme par hasard à ce moment là avec d’autres plats et rafraîchissements.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Jeu 15 Oct 2020, 17:16
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Egérie de Seinte
Savez vous planter des choux ?

Le Prince écouta sans broncher toute la tirade de la Dame de Seinte, suivant du regard ce qu'elle montrait lorsqu'elle se leva pour faire face à la mer et face à ce qui semblait être une terre en friche. Ainsi, elle avait pour projet de se lancer dans une plantation de cèdres. Voilà une nouvelle qui n'était guère tombée dans l'oreille d'un sourd, et en effet, elle avait un tant soit peu piqué sa curiosité. Néanmoins, il restait beaucoup de parts d'ombres, et quelques trous dans sa raquette si on pouvait s'exprimer ainsi.

Le temps de la réflexion ne dépassa pas les deux minutes pour le prince qui voyait évidemment une belle opportunité qui se présentait à lui. Cela dit, elle devait être affinée, polie, afin qu'elle en devienne une vraie perle rare à ses yeux. Est-ce que cela suffisait à lui faire signer quoi que ce soit, voire même de l'inclure parmi les quelques rares représentants des coteries à la cour du Roy ? Probablement pas. Ainsi, il se leva à son tour, ne résistant en effet pas à piocher une nouvelle fois dans les victuailles apportées par la servante, puis se tourna vers Egérie avant de prendre la parole à son tour.



« J'ai bien entendu votre proposition, et vous en remercie ma Dame. »



Il inclina la tête un bref instant, puis reprit tout simplement la parole pour remettre les choses au point.



« Si vous me permettez de résumer... Vous me demandez donc, que je devienne le parrain de votre enfant. Rien que cela vous ouvrirait de nombreuses portes n'est-il pas ? Vous m'annoncez que ce terrain servira de plantation de cèdres, mais pour l'heure, je ne vois guère de ces magnifiques arbres que nous importons en effet en grande quantité. Bien que je sois un grand partisan de l'investissement dans le temps, cette partie de vos propos ne me rapportera absolument rien avant une bonne dizaine d'années, me tromperai-je ? »



Il plongea son regard inquisiteur dans le sien, puis reprit avant même d'avoir une quelconque réponse.



« Votre projet de scierie par contre m'intéresse, mais pas au point de vous ouvrir en grand la porte de la Cour du Roy. Vous ne seriez en effet pas la première scierie du Royaume, mais l'idée d'un accord sur les produits qui sortiront de vos murs pourrait en effet être bénéfique pour la flotte du Royaume, que je représente en effet.  »



Il se mit alors à observer de nouveau l'horizon, une habitude prise en mer, puis ce terrain qu'il imaginait déjà recouvert d'arbres prêts à être transformés, débités, puis utilisés pour ses navires.



« Votre proposition penche bien trop de votre côté de la balance et je ne peux l'accepter tel que vous me l'avez présentée. Néanmoins... »



Il se tourna vers la salle où on entendait encore quelques bribes de discussions, parfois des éclats de rires, puis reporta son attention sur Egerie.



« Néanmoins, je pense que nous pouvons trouver un accord. Laissez moi co-gérer votre projet et acceptez de n'avoir pour clients exclusifs, que les armateurs et entrepreneurs travaillant uniquement pour la Marine d'Envel. Ainsi, je représenterai votre projet et votre position à la Cour ainsi que vos intérêts, et lorsque votre projet sera suffisamment bien construit et en place, je me retirerai de sa gérance. A cet instant, vous, ou votre époux, aurez la possibilité d'intégrer la Cour du Roy. Je m'en porterai garant. »



Après avoir abattu ses cartes, il lui adressa un franc sourire, se montrant tout simplement sincère et en effet prêt à investir durablement avec sa Maison. Il allait simplement falloir qu'elle s'arme un peu de patience, ou qu'elle ait d'autres atouts dans sa manche qu'elle n'aurait dévoilé encore.




_________________
Planter un arbre [terminé] Sean10
Egérie de Seintes

Identité
Titre :: duchesse
Âge: 23 ans
Race: Humain


Egérie de Seintes

Jaseur
Jeu 15 Oct 2020, 21:02
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Uiseann
Indépendance et efficacité, à prendre ou à laisser

Tandis qu'il réfléchissait, Egérie en profita pour jeter un vague coup d'œil aux autres convives, à travers les arches et ouvertures diverses. Tout semblait bien se passer à l'intérieur, les plats circulaient, les verres aussi. Les conversations allaient bon train. Sans inquiétude, la duchesse reporta son attention sur le prince, qu'elle écouta avec une attention qui plissait le coin de ses yeux. Elle lui rendit son sourire final, mais dans son regard on pouvait voir les rouages de son cerveau tourner.

Elle pouvait déjà accepter que seuls quelques clients aient l'exclusivité sur les produits de la scierie. C'était un sujet qu'elle avait abordé avec Uraz avant qu'il parte et ils étaient arrivés à la conclusion que ce ne serait pas une mauvaise chose. En revanche la co-gérance de l'entreprise était une idée nouvelle qui la séduisait, mais qui exigeait réflexion, car ce que le prince proposait n'était pas très clair, notamment en termes de durée. Cela apporterait certainement des avantages non négligeables, surtout s'il était leur représentant à la cour. Mais il aurait aussi son mot à dire dans la gestion, c'était le principe même, et cela signifiait une restriction de liberté certaine.

« Il faudrait préciser ce que vous entendez par "bien construit et en place" : si vous voulez parler de la scierie seulement, je crains qu'une cogérance ne vous apporte pas les bénéfices escomptés, elle sera bâtie et fonctionnelle tout au plus dans un mois. Si vous parlez des arbres, en revanche, nous pourrions envisager une co-gérance, mais je ne peux en décider sans le duc. Il reste le propriétaire du terrain. »

Elle pourrait lui envoyer un courrier dès le lendemain, mais peut-être que le mieux était encore d'attendre son retour, puisqu'il était en chemin aux dernières nouvelles. Mais une co-gérance sur une dizaine d'années, c'était long tout de même.

« Vous avez besoin de garanties. Je comprends. Suivez-moi, si vous voulez bien. »

Elle lui avait montré un terrain en friche et l'avait laissé imaginé ce qui pourrait en advenir. Elle lui avait expliqué le projet de façon globale : la production de la matière première, sa transformation, sa vente, et une entrée à la cour en tant que Coterie pour la Maison de Seintes. A présent, elle pouvait lui montrer autre chose qui achèverait peut-être de le convaincre que ce projet n'était pas simplement à l'étude.

Et ça n'était pas dans un bureau qu'elle l'emmenait.

Elle alla jusqu'au bout de la terrasse, s'éloignant des lieux de réception. Elle descendit les trois degrés qui conduisait dans un arrière-jardin de rocaille, planté de cyprès. Quelque braseros éclairaient les allées à présent plongées dans la première obscurité de la nuit.

« Ne craignez aucun kidnapping, votre altesse, plaisanta-t-elle, je souhaite simplement vous montrer ce que je peux concrètement vous proposer aujourd'hui. Et dans le pire des cas, je suis là pour vous protéger. »

Elle ponctua sa sortie d'un sourire en s'engageant dans une allée. Entre deux cyprès, un panorama dévoilait sur plusieurs kilomètres une pente très irrégulière vers la mer, qui miroitait au loin. Egérie s'arrêta là.

« Cette pente appartient au domaine, et j'essaie d'en tirer le meilleur parti depuis quatre ans. C'est là que m'est venue l'idée de planter des cèdres. J'ai découvert une centaine d'arbres de cette espèce dans un repli un peu en contrebas. Si vous observez bien, on en voit la cime, d'ici. Mais comme il fait nuit maintenant, c'est plus difficile. Mais peut-être que vous êtes déjà passé en bateau par ici ? on voit la lisière du bois depuis le rivage... »

Elle pointait du doigt une avancée rocheuse un peu à droite, dont on pouvait encore distinguer la pierre blanche et qui descendait presque à pic dans la mer. Au pied se devinait quelques ombres touffues. Les fameuses cimes.

Elle avait fait abattre un cèdre pour juger de la qualité du bois et estimer l'âge de ces arbres. Il en était ressorti qu'ils avaient une centaine d'année et que leur valeur était excellente. Mais la jeune femme ne souhaitait pas épuiser immédiatement cette précieuse ressource dans un abatage à vocation commerciale.

« Je suis prête à couper le quart de ces arbres dès maintenant et à les offrir à la marine d'Envel, si vous consentez à une cogérance de quatre ans maximum, après quoi vous nous laisserez la maîtrise complète de l'affaire. Avec 50 cèdres, vous pouvez déjà construire un beau bateau navire. »

Le petit milliers qu'elle comptait planter cette année même grandirait tranquillement en attendant. Et elle songeait même à chercher des terrains où des cèdres se trouvaient déjà pour les acheter et les exploiter, même si c'était encore une idée récente et qu'elle ne pouvait décemment pas la soumettre au prince alors qu'elle n'avait pas encore les moyens de la mettre en œuvre.

« Pour former un arbre ou un enfant, il faut du temps. Gavriel possédera le domaine en définitive. Etant son parrain, vous saurez certainement en tirer profit. Toutefois, ma proposition de parrainage était purement une manière comme une autre de vous trouver une excuse pour être venu. Votre présence en ces lieux intrigue déjà assez, je serais présomptueuse de croire que souhaitez garder un oeil sur Gavriel, en plus de vous intéresser aux terres. »

Elle sourit en perdant son regard dans la nuit. Elle respira les parfums qui embaumait l'air puis amorça un mouvement de retour.

« Que pensez-vous de tout cela, votre Altesse ?»

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Ven 16 Oct 2020, 08:12
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Egérie de Seinte
Savez vous planter des choux ?

Le Maréchal avait donc de nouveau prêté l'oreille lorsque son hôtesse reprit la parole après un bref laps de temps pour digérer ce qu'il venait de dire. Maintenant, on pouvait aisément dire qu'ils en étaient aux choses sérieuses, et le visage des deux en disait long pour le confirmer. Elle demanda évidemment plus de précision à son offre, car il était vrai qu'il s'était surtout fondé en idées et non en détails pratiques.  



« Je comprends pour le Duc, il va de soi que je ne me serais permis de conclure toute cette affaire avec vous sans en avoir son aval. Mais cela n'a rien d'urgent. »



C'est vrai qu'il n'y avait rien d'urgent, ce n'est pas comme si les cèdres poussaient en quelques heures ou quelques jours après tout.



« Et bien évidemment, ma proposition tient pour votre projet de plantation de cèdres. »



Il n'en dit finalement pas beaucoup plus, simplement de quoi peut être rassurer sur ses intentions, même s'il n'avait encore pas déterminer les limites de cette co-gérance. Néanmoins lorsqu'elle lui demanda de la suivre une nouvelle fois, il quitta presque avec regret ce plateau de victuailles, puis lui tendit son bras afin de l'accompagner sur la descente de cette terrasse et marcher parmi les allées de son domaine. Il ne savait guère où elle souhaitait l'amener avec tout cela, mais sa petite note d'humour sur un potentiel kidnapping lui arracha un sourire amusé à l'idée de l'imaginer porter une épée et combattre pour lui.



« Ne vous en faites pas, ce n'est pas la première fois qu'une Dame tente de s'isoler à mes côtés pour me faire des avances.  »



Et voilà comment mettre quelqu'un mal à l'aise, c'était tout le petit plaisir du Prince ça, jouer avec son statut et les ambitions potentielles des sujets du Royaume d'Envel. Il regagna toutefois son sérieux lorsqu'elle lui montra un peu plus bas, une pente où avaient déjà poussé de nombreux cèdres. Certes le terrain semblait difficile d'accès, mais point impossible non plus. Une centaine d'arbres donc, et elle était prête à en couper le quart pour le faire transiter selon ses besoins. Une sorte de cadeau donc en quelque sorte pour s'assurer d'une bonne entente. Il tiqua néanmoins à sa prochaine prise de parole.



« Le quart de cette centaine d'arbres ne fera jamais les 50 troncs que vous me promettez ma Dame. »



Ah... Les femmes et les chiffres... Il ne lui en tenait pas rigueur, au contraire, il s'amusait à relever ses fausses notes pour la destabiliser car tout cela n'était qu'un jeu pour lui, un jeu qui avait son importance et qui aurait pour effet de renforcer son statut et sa place de Maréchal, mais qu'importe la manière n'est ce pas ? Elle termina d'ailleurs ses prises de paroles en une dernière proposition. Quatre années de co-gérance, c'était à peu près ce qu'il avait en tête de toute façon. Alors à sa dernière question, le Prince se tourna de nouveau vers elle et lui sourit franchement.



« C'est un projet qui me plait, sinon je ne serais guère descendu jusqu'ici. En co-gérance, je pensais surtout à une supervision de vos débuts si vous préférez. Je n'ai ni d'intérêt ni le temps suffisant pour étudier et analyser ce projet comme vous avez pu le faire et je comptais bien placer ma confiance en votre Maison. Néanmoins, tout commencement comporte ses chutes, et il est bien plus facile de se relever lorsqu'une main tendue est constamment présente n'est-il pas ? Ainsi, j'accepte cette durée de quatre années de co-gérance. Durant ces années, une part de vos profits par le biais de votre terrain et de votre future scierie, me seront dûs, en contrepartie, je m'engage également à financer certains de vos travaux ou de vous trouver les meilleurs spécialistes en cas de besoin. »



Il n'était pas encore tout à fait temps de se serrer la main car elle avait à accepter ou effectuer une dernière proposition si elle y tenait. D'ailleurs, il n'avait guère évoqué le cas Gavriel, et le prince renchérit après un temps de silence.



« Concernant votre enfant, si j'accepte votre proposition, j'exigerai un droit de regard sur son éducation, ainsi que sur les formations que vous mettrez à sa disposition lorsqu'il sera en âge d’œuvrer non seulement pour votre famille, mais aussi pour le Royaume. En clair, et pour que nous soyons d'accord, vous me permettrez d'en faire un serviteur du Royaume selon ses compétences et qualités. Une nouvelle fois, je suppose que ceci devra être discuté avec votre époux avant une quelconque acceptation de votre part. »



Elle l'avait cherché, elle l'avait trouvé. Le Prince dans toute sa splendeur, grattant absolument sur chaque proposition son propre intérêt. Avoir l'opportunité de former un futur officier, si ce n'est plus, était aussi une aubaine pour lui, cela pouvait assurer une forme de loyauté sans faille et une formation qui conviendrait au mieux possible aux besoins du Royaume. Mais ça, une mère allait peut être tiquer davantage car laisser ce genre de décisions dans les mains d'une autre personne que son époux était peut être délicat à accepter. Mais qu'importe, elle n'avait encore jamais rencontré Uiseann, Maréchal des Invaincus, et pour sûr, elle se souviendra de cette rencontre.




_________________
Planter un arbre [terminé] Sean10
Egérie de Seintes

Identité
Titre :: duchesse
Âge: 23 ans
Race: Humain


Egérie de Seintes

Jaseur
Ven 16 Oct 2020, 13:40
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Uiseann
Indépendance et efficacité, à prendre ou à laisser

Au moment où elle parla d’offrir des arbres, elle se rendit compte de son erreur et se fustigea pour ce lapsus de débutante. Mais bien sûr, cela ne lui avait pas échappé, à lui. Elle tenta une pirouette pour se rattraper malgré tout :

« Aurais-je dis « cinquante » vraiment ? ma langue a fourché, je voulais dire vingt-cinq. »

Elle lui faisait cadeau d’un quart, elle n’allait pas en rajouter un autre. Ce serait ruineux pour les affaires. Surtout si elle comptait établir un roulement de plantation-abattage afin d’avoir toujours du stock. Non. Le prince n’aurait pas les cinquante. Il ne fallait pas exagérer.

Du reste, son erreur l’amusait visiblement. Tout comme sa plaisanterie sur le kidnapping un peu plus tôt. Elle ne lui avait pas fait le plaisir de répondre à sa remarque en retour, c’eut été trop facilement lui laisser croire qu’il pouvait la perturber. Par ailleurs, elle ne doutait pas une seule seconde que ce genre de situation se produisait souvent. A la différence que les avances qu’elle lui faisait étaient purement commerciales, et qu’elle doutait qu’il ait eu fréquemment l’occasion de subir des avances de ce genre de la part de ses flirts.

Au moins, il était honnête quant à sa proposition de cogérance, et elle lui en sut gré. Elle sentait que tout n’irait pas forcément toujours comme elle le souhaitait, puisqu’il venait de s’ajouter à l’équation de la gestion, mais la duchesse savait qu’en toute négociation les concessions étaient nécessaires. Elle avait fait les siennes, et espérait bien obtenir ce qu’elle voulait en dernier lieu, de ce prince dur en affaire, qui aurait des responsabilités, lui aussi, dans le projet. Ce ne devrait pas être trop difficile de convaincre Uraz d’accepter tout cela.

La duchesse arborait à présent un demi-sourire satisfait et écouta d’abord distraitement les propos du Maréchal concernant son fils. Ils rentraient vers la villa aux allures d’hacienda de ce côté, et elle imaginait déjà le retour de son mari, qu’elle accueillerait par de bonnes nouvelles. Le « droit de regard » qu’Uiseann d’Envel évoqua la ramena brutalement au moment présent, elle fronça les sourcils, et s’arrêta finalement alors qu’il achevait son petit discours.

« Je ne crois pas que je saurai accepter tout ce que ça implique. Je concède que vous demandant d’être son parrain, je vous donne un droit de regard, mais n’oubliez pas que je suis sa mère, et c’est probablement moi qui me chargerai de la majeure partie de son éducation, puisque son père est toujours absent. Avec tout le respect que je vous dois, Votre Altesse, surveiller son éducation, je veux bien, en faire votre pion à votre convenance, c’est hors de question ! Il appartient à la maison de Seintes, pas à celle des Weathertop. »

Elle avait achevé sur un ton plus sec qu’elle ne l’aurait voulu, et c’était clairement un regard d’avertissement qu’elle lançait à son invité. Quand elle s’en rendit compte, elle détourna le visage et avança de quelques pas pour se reprendre, avant de dire :

« Je ne pensais pas que vous songeriez à accepter, pour être honnête. De toute évidence, je me suis trompée. Mais considérez que sur ce point je serai intraitable. Être son parrain ne vous concède pas les droits d’un père, encore moins celui de lui retirer son droit de choisir sa vie. Pardonnez-moi si je vous froisse. Décidez en connaissance. »

Egérie se sentait en colère, alors que c’était elle, à l’origine qui lui avait proposé d’être le parrain de Gavriel. Elle ne pouvait pas se rétracter à présent, c’était trop tard ; sa fierté l’en empêchait, et la demande était faite de toute façon.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Ven 16 Oct 2020, 15:19
Sujet : Re: Planter un arbre [terminé]   
Planter
un arbre
Avec Egérie de Seinte
Savez vous planter des choux ?

La susceptibilité n'était pas quelque chose qui faisait partie du Prince. En tout cas, il n'en avait encore jamais fait preuve. Il avait eu l'impression au cours de sa prise de parole, que les différents points abordés pour son projets étaient passés facilement auprès d'elle, au point qu'elle le ramenait déjà en direction de la grande bâtisse où les invités continuaient de profiter des vivres et de la musique. C'est seulement lorsqu'il évoqua son fils que la mère prit le dessus sur toutes les autres facettes que cette femme pouvait avoir. Et elle pouvait très clairement voir ce petit sourire satisfait se dessiner sur le visage de Uiseann.

Il la laissa donc exposer sa rage, ne démordant pas du fait qu'elle était sa mère et avait donc seule, du moins avec son mari, la garde de cet enfant ainsi que son éducation. C'était quelque chose qui pouvait fasciner Sean en fait, voir une personne prête à tout pour défendre la chair de sa chair, probablement une émotion qu'il peinait un peu à comprendre parfaitement, mais qu'il pouvait toutefois imaginer. Après tout, un homme qu'elle n'avait encore jamais côtoyé lui imposait presque ses choix en matière d'éducation pour son fils unique, la tasse était peut être un peu trop chaude pour être bue en fait.

Lorsque le silence se fit de nouveau entendre, le prince dut bien patienter une ou deux secondes avant de rire, non pas à gorge déployée, mais sincèrement et sans réelle retenue. Est-ce que ça allait atténuer un peu la teneur de la discussion ou l'amplifier, il n'en savait rien, mais c'était bien trop cocasse pour lui. C'est seulement après une bonne dizaine, voire vingtaine de secondes, qu'il reprit son souffle et s'excusa auprès d'elle.  



« Pardonnez moi ma Dame. »



Cette fois il se tourna pour lui faire face et baissa les yeux pour plonger son regard dans le sien. Un parler franc allait venir !



« Je crois qu'il y a comme une mésentente. Ce n'est pas un choix que je vous propose, mais bel et bien une ligne directrice pour votre enfant qui a d'ores et déjà été tracée dès lors que vous m'avez demandé de devenir son parrain. »



Il sentit à cet instant qu'il ne devait peut être pas être très loin de se faire gifler, ainsi il préféra reprendre au plus vite pour faire taire un quelconque quiproquo.



« Néanmoins, je ne tiens absolument pas m’immiscer au sein de l'éducation de votre enfant, voire même de ses choix. Cet art, je suppose que vous le maîtrisez bien mieux que moi, et je vous le laisse volontiers. Ce que j'exige, et donc, ce dont je ne vous laisse point le choix, ce sera tout ce qui concernera le choix des instructeurs, précepteurs s'il devait y en avoir. En tant que parrain, il sera suivi selon ses choix et en fonction, instruit par les meilleurs du Royaume en leur domaine. Cet enfant sera lié à mon nom, et il n'est absolument pas question qu'il ne soit qu'un parmi tant d'autres.  »



Est-ce que ça allait la rassurer ou au contraire la braquer, il n'en savait rien, mais pour lui, c'était un point final à ces négociations. Voilà ses conditions, elles étaient à prendre, ou à laisser. Il lui adressa un sourire puis lui fit un signe de tête poli en guise de respect.



« Il me semble que nous en avons fini n'est ce pas ? Je vous propose à mon tour d'y réfléchir, vous me donnerez votre réponse demain avant mon départ pour la capitale, après bien sûr l'avoir évoqué avec votre époux. »



Il attendit quelques instants pour voir si elle souhaitait rajouter quelque chose, puis lui tendit son bras pour l'accompagner à nouveau au sein du manoir pour retrouver ses invités. Ils s'étaient absentés tout de même suffisamment longtemps pour entretenir des rumeurs et il ne fallait pas les faire s'amplifier en restant inutilement isolés du reste des invités. Une fois à l'intérieur, Uiseann laissa la Duchesse s'affairer autour des invités, réfléchir à sa proposition, qu'importe après tout, lui se contenta de chercher du regarde sa petite servante qui lui avait été plus ou moins attribuée. Une fois qu'il l'eut en visu, il la rejoint sans faire de détours, puis lui demanda simplement.



« Pourriez vous m'apporter un verre de vin je vous prie ? Avec toutes ces discussions, j'en viens à avoir la gorge sèche ! »




_________________
Planter un arbre [terminé] Sean10
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: