AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 Dessine-moi du jambon [TERMINE]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Dim 18 Oct 2020, 18:16
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane







Quand Uiseann prit doucement son bras pour regarder sa plaie de plus près, Sei avait un léger sourire aux lèvres, elle avait connu bien pire, donc elle n'était vraiment pas inquiète ! Son sourire se fana cependant quand elle vit la grimace du prince, tendant le cou pour essayer de mieux voir sa blessure. Est-ce que c'était infecté ou empoisonné ? Elle se sentait pourtant très bien. Il indiqua alors que c'était plus grave que ça n'en avait l'air.

— En puter ?

Est-ce que ça avait un rapport avec les « bijoux de famille » ? Attendez un peu … une hache ? Ça, elle savait ce que c'était ! Pourquoi une hache, pour quoi faire une hache ? Elle avait replié son bras contre elle, craintive, essayant à nouveau de voir ce qui pouvait bien être si grave dans cette coupure superficielle. Elle manqua de ce fait l'échange de regard entre Uiseann et son petit frère, ce dernier avait légèrement penché la tête sur le côté devant le clin d’œil avant d'essayer de le rendre par mimétisme. Après plusieurs clignements, le loup parvint lentement à fermer un œil, puis l'autre avant d'ouvrir le premier et le second juste après. Il trouvait ça plutôt amusant, comme quoi, les humains aussi pouvaient faire preuve de subtilité de communication, même si il n'avait aucune idée de si il venait d'insulter sa mère ou si c'était au contraire une sorte de flatterie. Il considéra que c'était une sorte de félicitation pour avoir bien combattu et commença donc à remuer la queue de satisfaction. Bien sûr qu'il avait bien combattu, bien sûr qu'il était le meilleur !

Toujours inquiète à l'idée qu'on lui coupe le bras, Sei recula devant l'imposante hache, secouant vivement la tête.

— Non, non, non, pas couper, pas couper.

Si il osait s'approcher d'elle avec ce truc, elle allait le mordre ! Elle était peut-être naïve, influençable et on pourrait lui faire faire beaucoup de chose sans qu'elle ne comprenne vraiment, mais là, perdre un bras, c'était un concept suffisamment concret pour qu'elle réagisse avec un « non » très ferme !
Mais Uiseann posa finalement la hache et commença à rire. Sei ne comprit pas tout de suite, elle le fixa un moment, puis, lorsqu'elle fut certaine qu'il n'allait pas essayer de lui couper le bras par surprise, elle eut un léger rire à son tour, bien qu'un peu nerveux. Elle n'était pas sûre de savoir ce qui était censé être drôle. Elle gardait quand même son bras contre elle, y jeta un dernier coup d’œil pour s'assurer que vraiment rien ne clochait. Fay, lui, n'avait pas vraiment comprit ce qu'il se passait, alors il se contentait de se gratter énergiquement l'oreille avec sa patte arrière.

“Allez, venez on va rejoindre les autres ! Vous n’allez pas pleurer pour une blessure superficielle quand même !”
— Je pas pleurer.
Assura-t-elle avec un petit air bougon.

Non mais, eh, oh ! Il la prenait pour qui ? Il avait de la chance qu'elle ne soit vraiment pas rancunière, elle retrouverait sans doute très vite le sourire. Avant de partir, elle fit le tour du camp pour récupérer quelques objets utiles comme des flèches, de la corde ou ce genre de chose, se désintéressant de l'argent ou des objets de valeurs. Elle pouvait peut-être passer pour une pilleuse, mais ces gens n'auraient plus besoin de ça, alors que elle, si. C'était comme ça, quand on vit dans la nature, il fallait récupérer ce qu'on peut où on peut.
Elle rattrapa ensuite Uiseann pour le suivre et profita qu'ils aient rejoins la route où ils avaient laissé le chariot accidenté pour s'asseoir dans un coin et s'occuper de sa plaie. Elle la nettoya d'abord avec un peu d'eau puis appliqua un onguent dessus avant de sortir une bande de tissu qu'elle noua autour de son bras à l'aide d'une main et de ses dents. Fay la regardait calmement, il renifla le bandage et frotta doucement sa tête contre celle de sa sœur, elle lui rendit affectueusement son câlin.

Ceci fait, elle retourna près de Uiseann alors qu'un homme débitait une foule de remerciement, s'inclinant plusieurs fois en avant. Sei imita le geste, comme prévu, elle avait retrouvé son sourire naturel et insouciant. Après quoi, elle tapota gentiment la tête de l'homme pour lui signifier qu'il n'avait pas besoin d'en faire autant et le réconforter un peu, parce qu'il avait l'air encore tout bouleversé.

— Plus de danger maintenant.

L'homme sembla un peu surpris par le geste de la jeune femme et recula à l'arrivé de l'imposant loup noir qui semblait pourtant très tranquille. L'animal regardait l'homme avec insistance et se dernier sembla de plus en plus mal à l'aise.

— C'est petit frère, Fay. Lui aussi aider. Expliqua- alors Sei, sachant très bien que l'animal était très friand de reconnaissance.
— Oh, heu m … merci, heu … Fay ?
Le loup dressa les oreilles sur sa tête sans lâcher l'homme du regard, puis il fit ce truc que Uiseann lui avait appris tout à l'heure : il ferma un œil, puis l'autre, et les ouvrit ensuite chacun leur tour avant de remuer la queue. L'homme ne semblait plus quoi penser, il était toujours intimidé par la bête, mais il manifesta un certain respect et une réel reconnaissance à son égard. Il fini par rejoindre sa famille et Sei gratta l'arrière des oreilles du loup.

— Dire, Ouichane. Elle avait ce regard empli de soif de comprendre en reportant toute son attention sur le prince.
— Je comprendre pour prendre objets … mais pourquoi prendre fille ?

Elle avait trouvé cela curieux quand cette femme était venue leur dire que sa fille avait été enlevée par les brigands qui les avaient attaqué. A quoi cela pouvait bien leur servir ? Le concept ''d'otage'' lui était inconnu et elle était trop chaste pour imaginer d'autres horreurs … bien que, en voyant cet homme s'approcher d'elle de cette façon … en fait, cela lui faisait surtout penser à cette manière qu'avait certains humains d'emporter des animaux sauvages pour les mettre en cage, mais elle ne savait pas que cela se faisait avec les membres de leur propre espèce. A moins qu'ils ne l'aient emmené pour la manger ?




_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Dim 18 Oct 2020, 18:39
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

La petite touche d’humour avait fait son effet. Au début, elle n’avait pas bien compris ni la situation, ni l’exactitude des propos de Seann. C’est uniquement lorsque le soldat revint avec une hache qu’elle se mit à protéger son bras en refusant tout bonnement et clairement l’idée d’amputation. Et d’un certain côté, elle avait parfaitement raison puisqu’il suffisait en vrai que de quelques points de suture et d’un nettoyage de la plaie pour s’occuper de ça. C’est au rire du prince qu’elle comprit qu’il plaisantait au sujet de cette idée de lui faire perdre un bras, et elle ne fut pas si boudeuse que ça finalement. Elle dût prendre peut être quelques minutes à ruminer toute seule, avant de laisser ressurgir la jeune femme curieuse pleine de vie qu’ils avaient connue depuis son arrivée.



Ils rejoignirent donc les parents de la jeune fille qui s’était faite kidnapper, en peu de temps. Ils les remercièrent d’ailleurs assez rapidement. D’abord le mari qui remercia même Fay sans trop comprendre quoi que ce soit, mais ça devait certainement faire plaisir à l’animal cette reconnaissance car il prêtait une attention assez importante aux mots que pouvaient sortir ce voyageur à son égard. Puis l’homme se dirigea vers sa femme et sa fille, faisant un signe d’ailleurs à son épouse qui relâcha sa fille avant de venir à son tour vers eux. Sei avait eu le temps de poser une question à laquelle le prince allait devoir réfléchir. Non pas qu’il n’en connaissait pas la réponse, ou n’en avait pas idée, mais c’était surtout sur la manière de lui dire la chose en fait.


Mais la femme du marchand donna un peu de temps à Sean, puisqu’elle les interrompit avec une simple phrase.



« S’il vous plait messire, dites nous comment vous remercier ! »



Le prince regarda un instant la femme sans dire un mot, puis détourna son attention vers Sei. Après tout, elle devait certainement avoir plus besoin de choses que lui. Alors dans un sourire, il pointa Sei du menton et déclara.



« Si votre fille est de retour en pleine santé, c’est surtout grace à cette jeune femme. »



Voilà comment se débarrasser d’une femme qui allait vouloir lui donner des trucs dont il n’en avait certainement rien à faire. Un sourire vint alors se dessiner sur le visage de la femme qui devait certainement approcher de la quarantaine, puis elle se rapprocha vivement de Sei avant de lui attraper la main non sans douceur, et l’attirer vers le chariot. Sans un mot, elle l’accompagna jusqu’à l’arrière du chariot, puis fouilla dans un des sacs avant d’en sortir un morceau de tissu parfaitement plié.  



« Cela appartient à ma fille, mais elle vous ira comme un gant ! Vous devez faire à peu près la même corpulence mademoiselle ! »



Sans attendre de réponse, elle déplia ce qui s’avéra être une robe de couleur bleu ciel, relativement jolie d’ailleurs. Ce n’était certes pas aussi rafiné que les robes que le prince pouvait avoir l’occasion de voir lors des grands diners à la Cour, mais sa simplicité, sans fioriture, et sa légèreté montrait aussi une forme de qualité dans la matière utilisée. Elle semblait lisse, presque brillante, et la dame ne s’empêcha pas de déposer la robe dépliée contre Sei pour vérifier qu’elle était bien à sa taille au niveau de la longueur ainsi que des épaules. Mais il semblait qu’elle ait eu l’oeil avisé puisque la coupe semblait presque avoir été faite pour elle.



« Oh, elle vous ira parfaitement ! C’est qu’elle me paraissait un peu trop large pour ma fille au niveau des épaules, mais ça semble être idéal pour vous ! Tenez ! C’est pour vous ! Et aucun refus ne sera toléré jeune fille ! Et je suis sûr que vous plairez au beau jeune homme comme ça ! »



Et hop, voilà qu’elle déposa la robe sur les mains de Sei qui n’eut d’autre choix que de la tenir entre ses bras. La jeune fille regardait la scène avec un sourire et ne montra d’ailleurs aucun signe de refus de voir sa jolie robe s’enfuir dans les bras d’une étrangère. Mais la dame n’en avait pas terminé ! Elle chercha dans un autre coin du chariot, puis en sortir un long et large pan de saucisses, avec laquelle elle orna le cou de Sei en un geste à la fois rapide et assuré.  



« Et ceci c’est pour votre animal ! »



Un observateur astucieux aurait pu voir le petit filet de bave qui se mit à couler des babines du loup le temps d’un instant, puis elle libéra Sei de son emprise, toute contente d’avoir pu récompenser ses sauveurs. Avec son homme et sa fille, ils montèrent dans le chariot puis prirent le départ après les avoir salués une dernière fois. Ils revenaient de loin ceux là tout de même ! Quand le chariot s’éloigna, le prince vint rejoindre Sei, se demandant comment s’était passé cet échange à sens unique pour elle.



« Et bien, nous allons pouvoir également reprendre notre chemin. »



Il fit signe alors à ses soldats qui se mirent en position, puis il grimpa sur sa monture avant de reprendre la discussion avec Sei.



« Pour vous répondre, il y a plusieurs raisons possibles à prendre une jeune fille en vérité. Elle aurait pu être vendue comme esclave, c’est à dire qu’elle aurait dû obéir à tous les ordres de personnes peu fréquentables. Ils auraient pu aussi hum… Comment dire… Les brigands ont tendance à ne pas avoir de vie de couple, alors ils évacuent leurs pulsions auprès de femmes de petites vertues, ou bien sur des jeunes femmes qu’ils réussissent à faire capturer. Elle aurait dans tous les cas connu de nombreux sévices et c’est une chance pour elle que nous soyons arrivés à temps. »



Il ne savait pas si elle comprenait tout de ce qu’il racontait, il y avait des mots qui pouvaient peut être être compliqués, mais il était quand même certain qu’elle en comprendrait au moins l’essence. Les hommes pouvaient se montrer bien moins humains que certains animaux qui peuplaient la forêt après tout. Mais ça, elle devait le savoir. Ils se mirent donc après ces explications, en route en direction de Ophel qui ne devait plus être très loin dorénavant. Ils échangèrent certainement un moment durant le trajet, jusqu’à voir les remparts au loin. Une fois arrivés, ils allaient devoir trouver un endroit où passer les nuits qui allaient venir, car l’arrivée de la délégation officielle d’Envel n’était pas prévue avant plusieurs jours. Le prince avait souhaité faire le voyage à sa manière et en avance pour prendre le temps d’analyser et étudier le pays de Faye, en connaître son état sur le moment, ses forces, sans avoir à s’annoncer officiellement comme le prince d’Envel auprès du couple royal.




_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 3 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Dim 18 Oct 2020, 18:50
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane







Uiseann n'eut pas le temps de répondre à sa question car cette fois, c'est la mère de la pauvre jeune fille qui arriva pour les noyer sous un flots de remerciements. Sei se fit alors à son tour kidnappée, en quelque sorte, se retrouvant devant le chariot des itinérants en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Elle jeta un coup d’œil curieux à l'intérieur, elle avait toujours beaucoup aimé ce genre de boite, il y avait toujours des objets étranges et intrigants dedans. Mais elle n'était pas là pour visiter : la femme venait de sortir une longue étoffe de la couleur du ciel juste sous son nez. Qu'est-ce que c'était que ça ? Une voile ?! Mais elle ne faisait pas de bateau ! Au pire, un peu de canoë quand elle avait une rivière à remonter ou à descendre, mais ça restait très rare et elle n'avait jamais besoin de voile … Et la couleur était un peu criarde pour une tente, non ?
Quand la femme superposa l'étoffe à sa silhouette, Sei baissa la tête pour essayer de voir ce que cela donnait, se rendant finalement compte qu'il s'agissait d'une de ces robes qu'avaient l'habitude de porter les femmes des villes. Ça alors, elle n'en avait jamais eu ! Ça avait l'air assez drôle à porter, mais pas franchement pratique pour se battre ou même gambader … mais elle pourrait l'essayer vu qu'elle était justement à destination d'une grande ville ? La cape que son amie Demême lui avait offert il y a plusieurs années de cela avait malheureusement perdu de sa fraîcheur, il faut dire qu'elle la portait souvent – elle l'avait sur les épaules actuellement – donc elle ne semblait plus aussi raffinée qu'au premier jour. Le bleu n'était pas vraiment sa couleur, mais elle se fondrait peut-être plus facilement dans le décor urbain avec ça.

— Oh, grand merci !

Se retrouvant avec ça dans les bras, elle la regarda de plus près, caressant avec attention son tissu, admirant la couture et le tissage si fin et précis. Dans la nature, elle devait confectionner ses vêtements en faisant de la récupération et la couture se faisait avec des tendons. Elle s'était toujours demandée comment les humains arrivaient à obtenir du fil aussi fin, ça ressemblait presque à du cheveux mais en beaucoup plus solide ! Elle ne savait pas très bien ce que cette femme entendait par "plaire au beau jeune homme", mais ne demanda pas plus de précision sur ce coup.
Fay était arrivé à côté d'elle pour renifler la robe, Sei lui tendit pour qu'il puisse mieux voir, avec un petit sourire d'enfant le matin de noël. C'est alors qu'elle se retrouva avec un chapelet de saucisse autour du cou. Ah oui. Ça c'était encore mieux !

“Et ceci c’est pour votre animal !”
Les oreilles de Fay s'était dressé sur sa tête et il échangea un regard insistant avec sa sœur, réclamant une traduction. Il avait bien le sentit que cela lui était destiné – et si ce n'était pas le cas, il allait vite le décider – mais Sei hésita un instant à le lui confirmer. Avant toute chose, elle s'inclina devant la petite famille bien généreuse.

— Merci, grand merci !

Avant que Uiseann ne la rejoigne, elle avait tenté une petite négociation avec son frère, essayant de lui enfiler la robe pour le convaincre que ça lui irait bien mieux qu'à elle … Mais rien à faire ! Il se tordit comme un anguille et attrapa les saucisses avant de fuir avec son butin. Bonne perdante, Sei retourna alors à la contemplation de cette robe en se demandant comment c'était supposé s'enfiler … et dans quel sens ?

Uiseann annonça qu'il était temps de reprendre la route et Sei dû attendre un peu que son petit frère ait fini ses saucisses – ce fut assez rapide – avant de pouvoir remonter sur son dos pour reprendre son poste à côté du prince. Écoutant ses explications, elle continuait d'observer la robe dans tous les sens. Elle essaya une première fois de l'enfiler, mais toutes ses armes la gênait alors elle les attachas aux harnais que portait Fay avant de recommencer. Elle se retrouva la tête bloquée dans le corsage, les bras au dessus de la tête et elle gigotait tellement que le loup émit une sorte de petit grognement de gorge réprobateur pour qu'elle se calme. Elle retira la robe à la fin des explications de Uiseann se retrouvant toute ébouriffée.

Elle n'avait pas compris grand chose, en fait. Ni le concept d'esclavage – obéir aux ordres, n'était-ce pas ce que faisait ses soldats ? – ni le concept 'd'évacuer les pulsions '. Et petite vertu ? Alors là ! Est-ce que ça avait un rapport avec les pieds ou les 'miches' ? Elle avait déjà entendu des hommes parler des miches d'une femme. Elle avait cependant bien compris que le sort que ces hommes lui réservaient n'avait rien d'agréable.

— Humains vendre animaux, je déjà voir … mais humains vendre humains …

Elle ne savait pas que ça se faisait.

— Est-ce que tu acheter homme en fer, Ouichanne ?

Essayant de cerner la différence entre ces soldats qui suivaient ses ordres et un esclave. Il faudrait peut-être un peu plus de temps pour lui expliquer le reste, le concept de 'vertu ' et de tout ce qui pouvait impliquer cela.




_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Lun 19 Oct 2020, 18:08
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

Le prince avait ordonné le repli de ses soldats, non pour fuir un combat ou une situation dangereuse, mais simplement pour reprendre le chemin en direction de la Capitale. Même s’ils étaient en avance sur le planning officiel, et qu’ils arriveraient bien avant la délégation officielle d’Envel, il ne souhaitait pas non plus trop tarder sur les routes. Après tout, une arrivée surprise n’avait de surprise que si les hôtes n’étaient prévenus de son arrivée. Ils quittèrent donc les trois villageois après les avoir salués, les divers soldats le coeur rempli de fierté d’avoir pu protéger et aider la population locale.

Il marcha, avec sa monture, en tête de cortège, vite rattrapé par son invitée elle aussi “surprise”, qui lui avait posé quelques questions délicates sur ce qui s’apparentait être lié à la nature foncièrement mauvaise de l’Homme. Difficile d’expliquer en détail, de passer dans des discussions plus ou moins philosophique lorsque la personne semblait être des plus innocentes. C’était un peu comme parler à un enfant de problèmes d’adultes, forcément, il ne saisirait pas l’intégralité des propos et explications qu’il aurait souhaité lui faire part.

Mais heureusement, elle s’était mise en tête à essayer cette robe soudainement acquise par ses faits d’armes en quelque sorte, alors qu’elle était en train de chevaucher le puissant loup. Le prince dut se taire par instant, pour réprimer un rire qui venait le chatouiller à la voir se débattre avec ce type de vêtement, ou même un sourire amusé de la voir se faire réprimander par Fay lui même. En tout cas, elle ne manquait pas d’entrain, mais il allait lui falloir probablement un peu d’aide pour se faire aux us et coutumes de son peuple.



« Il ne faut jamais douter de la vilenie des Hommes. »



C’était bien quelque chose qu’il avait apprise au fil des années au pouvoir. Pour de l’or, pour du pouvoir, pour des femmes ou pour le plaisir, parfois même sans raison apparente, l’Homme était capable du pire, comme du meilleur. Peut être que dans sa tribu, ils étaient encore à l’abri de ce genre de choses, mais la société dans laquelle ils vivaient actuellement, avait en quelque sorte créé ce genre de dérapages éthiques et moraux.  



« Les hommes qui me suivent, le font de leur propre volonté. Ils se sont engagés à servir le royaume duquel je viens et ils sont récompensés pour cette décision. Ils ont évidemment des avantages, mais aussi des obligations vis à vis de la population. Ne serait ce que la protéger en priorité et cela même au péril de leur vie. »



Il avait tourné la tête vers un soldat machinalement en disant ces mots, soldat qui s’empressa de se redresser avec une certaine fierté. Pour eux, c’était aussi un privilège d’être choisis parmi tant d’autres pour accompagner le prince. Une mission d’escorte importante, et surtout l’occasion de pouvoir faire ses preuves sous le regard d’un représentant officiel du trône. Et puis, Uiseann avait aussi une certaine notoriété parmi les soldats, tout d’abord parce qu’il savait se mêler à eux lors des combats et ne se préoccupait pas uniquement de donner des ordres, mais aussi de montrer l’exemple.

La rédemption n’était clairement pas le chemin que suivait le prince, il était plus dans la punition, montrer l’exemple, comme ils l’avaient fait avec ces brigands. Ils auraient certainement pu ne pas tous les tuer et les emprisonner, mais à quel prix ? Des soldats auraient pu être blessés, peut être même tués, et la jeune femme aurait couru un plus grand danger. Non, il répondait à la hauteur des attentes. Ils avaient l’intention de tuer, de blesser, alors sa main vengeresse allait elle aussi devenir un objet de mort. Une deuxième chance me direz vous ? Lui n’y croyait pas. Un chien reste un chien, et ces êtres se comportant parfois pire que les animaux sauvages des forêts, n’étaient pas considérés comme des Hommes à ses yeux.

La discussion continuait avec entrain, curiosité et autres anecdotes en tout genre qu’ils se forgeaient malgré eux par leur différences, puis la ville fut rapidement en vue. Une ville portuaire par laquelle on ne pouvait entrer que par la grande porte.  



« Et bien, voilà donc la fameuse cité d’Ophel… »



Il marqua une courte pause et reprit avec le sourire.



« Nous nous dirigerons directement vers une auberge dans laquelle je suis déjà allé. Je m’occuperai de vous y trouver une chambre pour que vous puissiez vous y reposer le temps du séjour. Je serai également dans ce lieu jusqu’à l’arrivée de la délégation d’Envel. Ah… Et je ferai mander quelques dames de chambre pour qu’elles vous donnent une aide certaine pour enfiler cette jolie robe qui vous ira je suis sûr à merveille. »



Il y avait bien la problématique du loup qui l’accompagnait, mais il allait pouvoir certainement gérer cela en prenant sa présence sur lui et son poste important au sein du gouvernement d’Envel. Après tout, s’il s’en portait garant, cela ne devrait pas poser de soucis.




_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 3 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Lun 19 Oct 2020, 18:32
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane







Après s'être passé la main dans les cheveux d'un geste maladroit qui n'arrangea en rien sa tignasse, Sei avait commencé à étaler la robe devant elle, sur Fay, le tissu tombant donc inévitablement devant les yeux du pauvre loup qui continuait pourtant de marcher aux côtés de l'étalon devant lequel il avait tenté de se pavaner quelques minutes plus tôt. Sa dignité en avait pris un coup. Elle passait ses mains sur la robe pour en lisser les plis, essayant tant bien que mal d'en comprendre les secrets.
Ce faisant, elle resta malgré tout attentive aux paroles de Uiseann, reportant toute son attention sur lui alors qu'il semblait déplorer la nature plutôt malveillante de sa propre espèce. Sei avait été témoin de cette ''vilenie'' mais elle avait aussi vu des personnes généreuses, bienveillantes et courageuses. Elle voulait croire en la bonté, même s'il n'était pas toujours évident d'avoir foi l'humanité.

— Tu s'être pas vilain, toi, Ouichane.

Elle ne le connaissait pas vraiment, peut-être qu'il l'était, allez savoir ? Elle l'avait vu combattre sans pitié, après tout, mais était-ce suffisant pour juger une personne ? Surtout que c'était pour sa survie et ces hommes étaient vraiment mauvais. Comme toujours, Sei préférait croire en quelque chose de positif, ne suivant donc pas le conseil pessimiste émis par son camarade d'infortune.
Il tenta ensuite de lui expliquer qu'il n'avait pas acheté les soldats qui l'accompagnait en évoquant le principe du devoir, chose qui n'était pas étrangère à la sauvageonne. Elle-même avait choisi de se vouer à sa forêt, elle la protégeait et donnerait sa vie sans hésiter pour la préserver. Sa fidélité et son dévouement étaient les mêmes que ceux d'un chevalier envers son roi.

Elle avait doucement hoché la tête pour signifier qu'elle avait comprit, puis elle s'appliqua à replier la robe en quatre avant de la rouler pour l'ajouter à son paquetage, en dépassant un peu. C'était inutile d'essayer de l'enfiler comme ça, elle était trop étroite, il fallait d’abord qu'elle enlève tous ses vêtements actuel avant de l'enfiler et ils n'avaient pas le temps de faire ça tout de suite.

La route fut agréable, Sei adorait définitivement papoter. Aux abords de l'immense cité d'Ophel, Uiseann annonça la suite des événements. Elle n'avait jamais dormit dans une ''auberge'' bien qu'elle en ait souvent croisé. Le fait est que personne ne voulait laisser entrer son petit frère, alors elle se contentait bien de dormir à l'extérieur, du moment que c'était avec lui … elle espérait que la présence de Uiseann pourrait aider à mieux faire accepter le loup ici.
Elle avait à nouveau hoché la tête pour signifier qu'elle comprenait ce qu'il lui disait et que cela lui convenait. L'évocation des ''dames de chambre'' la laissa cependant songeuse. Elle se demandait à quoi ça servait … est-ce que c'était un peu comme un ''chat de salon'', par exemple ? Apparemment, le rôles de ces dames était d'aider les gens à mettre des robes … un peu étrange, mais bon, ça avait l'air amusant.

Dame de Chambre, hmmmm. Articula-t-elle distinctement.

Elle avait hâte de découvrir la ville … et elle pourrait-être peut-être même enfin revoir son amie Demême !




_________________
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: