AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 Dessine-moi du jambon [TERMINE]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mar 13 Oct 2020, 17:48
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane








Les peuples humains civilisés avaient toujours des us et coutumes un peu étranges, tellement de règles et de principes ! Sei essayait tant bien que mal de les apprendre, mais elle avait souvent du mal à les comprendre et peu de personne avait la patience de lui expliquer. Heureusement, elle était de bonne volonté et tous ses efforts en ce sens avaient pour but d'établir un lien pacifique et pourquoi pas mutuellement bénéfique entre tous les milieux qu'elle pouvait fréquenter. Ses habitudes et ses manières pouvant être extrêmement surprenantes et déplacés pour quelqu'un de civilisé, Sei se retrouvait régulièrement dans des situations délicates au cœur d'un malentendu. Ce soir elle avait de la chance, le prince Uiseann semblait être un exemple de patience et de tolérance. Ainsi lui expliqua-t-il une nouvelle règle de son milieu sans pour autant se montrer hostile. La jeune femme louve avait légèrement penché la tête sur le côté, comme souvent, elle ne trouvait pas beaucoup de sens à cela, mais elle ne perdait pas une miette de ce qu'on lui disait par souci du détail.

— Pourquoi ? Femme non, mais homme oui ?

Elle avait cru comprendre que certaines règles étaient propre au sexe d'une personne, de loin la chose la plus incompréhensible à ses yeux.

— C'est bijoux de famille dangereux ?

Elle sembla légèrement inquiète à cette idée, car elle ne voyait que cela pour justifier l'existence d'un tel conseil, elle avait jeté un regard attentif sur sa main, comme si elle s'attendait à la voir fondre tout à coup.
Entre les deux hôtes, la curiosité semblait mutuelle, après avoir supposé une bonne habilité chez elle, le prince du sud ajouta que cela suscitait son intérêt pour elle et ses camarades. Si Sei était une jeune femme extrêmement naïve et plutôt crédule, elle restait très prudente sur ce qui concernait sa terre natale. Elle la savait convoitée par des êtres aux intentions douteuses, aussi évitait-elle de révéler des informations précises sur la localisation de son domaine. Malgré tout, elle était toujours contente de parler de sa famille, de ses camarades et ses terres sauvages.

— Je pourrais dire plus, comme tu donnes à manger … et laisse toucher bijoux de famille !

Ainsi voulait-elle montrer sa gratitude, révélant un sens de l'humour que la plupart des gens avait du mal à saisir étant donné le faussé culturel qui la séparait des habitants des contrées de l'ouest et du sud, sans compter ses difficultés de communication. Elle avait cependant usé d'un ton particulièrement léger, voir taquin, en évoquant les bijoux de famille, bien inconsciente que ce terme pouvait avoir un autre sens, elle voulait simplement un peu tourner en dérision l'importance de l'interdit qu'il avait évoqué sans pour autant la repousser. Son enthousiasme avait d'ailleurs fait porter sa voix un plus loin, attirant le regard intrigué d'un des soldats qui montait la garde à quelques mètres et qui se demandait maintenant ce que son chef pouvait bien fabriquer avec une sauvageonne mal fagotée. Sei était bien entendu loin d'imaginer la nature de ses soupçons.

— Oui, drastimatique ! Acquiesça-t-elle sans vraiment comprendre le sens de cette expression, mais cela avait l'air d'évoquer quelque chose de grave, bien que ce soit extrêmement compliqué à prononcer.
— C'est pas créature comme nous ou vous, comme loup ou humain … c'est pas créature de terre mère. Créature de mort.

Sei manquait de mot pour bien exprimait ce que lui inspirait les Créatures Noires, mais dans son lexique réduit et simpliste, il y avait quelque chose de plutôt pertinent pour des êtres qui ne semait que destruction et Chaos.

A l'aimable invitation du maître des lieux, elle croisa à nouveau le regard de son petit frère qui se donnait toujours beaucoup de mal à faire les yeux doux, de peur qu'elle ne commence à se gronder … puis, comme il comprit finalement qu'elle ne le regardait pas pour le réprimander, il eut un mouvement d'oreille nonchalant.

— Nous souhaitez bien, d'accord. Hochant affirmativement la tête à l'intention de leur hôte. Mais … toi et hommes en fer … vous connaître plantes ?

Elle était bien sceptique sur ce point et doutait donc des capacités des hommes de ce camp à vraiment l'aider dans sa quête de plante ! Cela dit, il avait peut-être juste dit cela pour être serviable, c'était rare les gens de cet espèce. Soit, comme c'est l'intention qui compte, elle n'allait pas rejeter son aide, elle voulait même bien volontiers lui apprendre quelques trucs sur les plantes médicinales.

— Je dorme ici ? Elle s'était levée vers un petit coin d'herbe moelleuse près du feu, cela avait l'air plutôt confortable, elle avait même une souche pour se caler confortablement.



_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mar 13 Oct 2020, 17:55
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

Le prince s’amusait sans réelle retenue de voir les interrogations surgir par instant sur le visage de cette jeune femme. Une telle différence de milieu, d’us et de coutumes, les utilisations de mots qui pouvaient ne pas avoir le même sens pour elle, en bref il n’était pas totalement innocent sur l’usage des termes qu’il employait pour s’adresser à elle. Mais il dut se mordre la lèvre lorsqu’elle laissa part à son innocence, ou plutôt à son ignorance pour tenter un trait d’humour de la même manière, suffisamment fort pour que d’autres gardes l’entendent.

Le soldat le plus proche fit de gros yeux ronds en direction de son chef, qui préféra laisser quelques courtes secondes sous silence en fermant les yeux. Quand même, dire tout haut qu’il lui autorisait de toucher ses bijoux de famille c’était inattendu. Il ne lui expliqua pas de suite la signification, préférant se concentrer sur la suite.



« Je suppose que nous n’avons pas autant de connaissance que vous pour ce qui est des plantes et de leurs utilisations. Néanmoins je ne doute point de vos qualités d’oratrice et de dessinatrice. Si vous nous décrivez précisément, nous saurons vous être utile soyez en sûre. »



Il lui adressa un sourire, puis alors qu’elle se levait pour trouver un coin où dormir, il fit de même et une fois sur place, la salua comme il se devait.



« Vous pouvez dormir où vous le souhaitez, nous pouvons même vous fournir une tente si vous le désirez. »



Il inclina le buste légèrement en sa direction, puis fit un demi tour après s’être redressé, commençant à s’éloigner de quelques pas avant de stopper sa lancée. Il fit demi tour puis retourna à sa hauteur pour lui dire avec un sourire sur le coin des lèvres.



« Au sein de notre peuple, les bijoux de famille désignent communément ce qui fait physiquement d’un homme, un homme. »



Il baissa le regard un bref instant pour qu’elle puisse comprendre la tournure de ses mots, puis il regagna sa tente où il se prépara pour passer une nuit plus courte que ce qui était prévu. De longues minutes, le temps de retirer ses pièces d’armures et de se glisser dans une tenue plus appropriée pour le repos, beaucoup moins pour le combat, puis s’en suivirent quelques heures de sommeil léger, alterné de réveils et de sommeils, entendant chaque son, comme une mère aux aguets pour protéger ses enfants.

Au petit matin, on put voir le prince en apparat sortir plus tôt que la plupart des autres soldats, hormis ceux qui faisaient leur tour de garde. Il jeta un oeil en direction de l’endroit où était sensé avoir passé la nuit son invitée surprise, puis il s’éloigna un peu plus loin, quittant le campement pour se décrasser. Quelques exercices pour travailler le haut et le bas du corps, Sean prenait toujours soin d’être prêt à la moindre journée qui pointait le bout de son nez devant lui. Ses soldats étaient aussi au courant, aussi il y en avait toujours un ou deux qui le suivait à distance pour s’assurer que rien ne pouvait lui arriver durant ce lapse de temps. Quand le petit entrainement du matin fut terminé, il regagna le campement et alpaga un des soldats.  



« J’attends le rapport des différents tours de garde de cette nuit. »



Même s’ils n’étaient pas au château, il était important de tout consigner dans un livret. Chaque avis, chaque rencontre, chaque observation y étaient inscrits, d’autant plus lorsqu’il s’agissait de rondes de nuit.



« Des nouvelles de notre invitée ? »



Une question toute simple qui intéressait tout de même fortement le prince. Ils étaient sensés passer une bonne partie de la matinée à chercher des plantes. Peut être avait-elle déjà laissé des croquis, ou des exemples ? Peut être était-elle tout simplement partie vaquer à ses occupations.





_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 2 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mar 13 Oct 2020, 18:11
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane








Si Sei connaissait le mot et le principe de flagornerie, elle en aurait sûrement accusé Sean pour faire tant d'éloge sur ses qualités d'oratrices – la terre mère seule savait ce que ça pouvait bien vouloir dire. Pour le dessin, il ne pouvait pas savoir, donc la supposition était acceptable – et plus juste sur ce coup, Sei dessinait plutôt bien et adorait ça, quelle merveille cela avait été de découvrir l'encre, les teintures, les plumes et les pinceaux ! Les murs de sa tanières s'étaient vite retrouvés bien bariolés. Mais trêve de digression. Sei ne connaissait pas le mot, mais elle se demanda quand même si il n'était pas en train de se moquer un peu … Bonne pâte, elle ne se vexa pas pour autant et ne fit pas non plus de commentaire, comme quoi, elle savait parfois faire preuve de politesse ! Car le prince était gentil et accueillant, mais elle restait tout de même convaincue que cette horde d'hommes en fer serait plus gênante qu'autre chose … mais elle ne voulait blesser personne. Elle ne savait pas encore ce qu'elle allait faire, elle avait besoin d'y réfléchir.

Sei posa les yeux brièvement sur une de ces 'huttes en tissu' qu'il appelait ''tentes'' suite à son offre, cela avait l'air plutôt confortable … décidément, elle n'aurait jamais imaginé être un jour aussi bien logée part des hommes en fer. La vie est pleine de surprise, c'est pour ce genre de chose que Sei aimait voyager et faire de nouvelles rencontres ! Les bonnes surprises de ce genre valait toutes les mauvaises à ses yeux.
Mais avant de se retirer, le charmant Uiseann prit soin d'apporter une petite précision en toute discrétion, précision que Sei, dans sa grande naïveté, ne comprit pas tout de suite.

— Les poils de truffes ?

Ni voyez aucune métaphore alambiquée, la truffe désignait bien le nez et elle évoquait donc ainsi la moustache. Elle comprit cependant assez vite lorsque l'homme baissa brièvement les yeux, et que, croisant le regard de Fay, elle constata de le loup avait baissé la queue tout en resserrant ses pattes arrières, comme s'il était devenu pudique.

— Oh. Elle eut un drôle de froncement de sourcils, mi dégoûtée, mi outrée et avait même un peu rougi. Je touche pas ça !

Une déclaration qui avait valeur d'avertissement, aux autres : non, elle n'avait pas touché cela, et à Uiseann, juste au cas où, non, elle ne les toucherait pas ! Elle n'était plus très sûre de ses intentions au sujet de ces bijoux de famille, maintenant … rien de déplacé apparemment.
Étant très bien placée pour savoir qu'un malentendu était vite arrivé – surtout avec elle – Sei décida donc de ne pas dormir dans une tente, mais près du feu comme elle l'avait initialement prévu. Elle accepta tout de même le futon et la couverture qu'on lui apporta, remerciant d'ailleurs le soldat avec ce grand sourire qui la rendait si sympathique malgré le loup qui l'accompagnait. Avant d'enfin s'accorder un peu de sommeil, elle profita que Fay était déjà un peu somnolant pour lui attraper la gueule et nettoyer ses crocs avec un de ces peignes dont les bourgeoises paraient leur coiffure – elle n'avait pas trouvé d'autre utilité à cet objet – c'était d'ailleurs un très joli objet finement ouvragé, même s'il semblait avoir bien vécu et vieilli : elle l'avait trouvé dans les ruines d'une charrette il y a quelques années de cela. Fay détestait la toilette et le brossage des crocs, mais Sei était implacable sur l'hygiène – ironique pour une fille de la forêt ? Point de jugement je vous prie ! Le calvaire terminé, le loup l’allongea en boudant. Après s'être occupée de ses propres soins dentaires, elle se coucha donc contre son petit frère qui faisait toujours le meilleur oreiller qui soit et ramena la couverture sur eux.

— Bon le nuit Fay, bon le nuit hommes en fer. Puis elle poussa un bâillement sans retenue, digne d'une louve.

Passant tranquillement sa main dans les longs poils noirs de Fay, elle s'endormit sans se soucier des regards curieux et encore fébriles des gardes qui avaient bien cru qu'elle allait se faire manger la main quand elle était en train de tripoter la gueule de l'énorme loup. Elle passa une assez bonne nuit au coin du feu, elle rêva de Demême vêtue d'un faste qu'une fille de la forêt ne pourrait même pas imaginer ainsi que de son hôte du soir qui semblait s'entretenir avec elle. Elle se réveilla avant les premières lueurs avec la conviction que si ces deux-là ne se connaissaient pas déjà, il était certain qu'ils se rencontreraient bientôt. En tout cas elle était à peu près sûre qu'elle retrouverait son amie si elle restait encore un peu avec l'aimable Uiseann.

Après une toilette réglementaire à la rivière, elle grignota quelques baies en guise de petit déjeuner, laissant Fay aller chasser pendant qu'elle poursuivait sa quête végétale. Comme elle parvint finalement à trouver pas mal de chose dans le coin, elle alla rejoindre Fay qui venait de terrasser un sanglier. Après avoir rempli un sac de baie, elle retourna vers le camps qui les avait accueilli pour la nuit, rapportant donc avec gratitude de quoi faire un très bon repas consistant pour appréhender la route qui les attendait.

— Bonjour, tous !

Souriante, elle attrapa l'imposant animal qui gisait sur le dos de Fay pour le transport et le porta sans difficulté apparente jusqu'à une large pierre qui lui semblait plutôt pratique pour le dépeçage.

— Bonjour, Ouichane ! Allant saluer son hôte – dont elle écorchait encore le nom – sous le regard insistant du loup qui s'était assis avec une certaine distinction. Sei connaissait son petit frère, il voulait faire son impressionnant … pour elle ça ne fonctionnait pas, mais elle savait qu'aux yeux des autres, il n'avait pas besoin de faire grand chose pour être intimidant.

— C'est à nous de nourrir : viande et fruits, très bon le matin pour longue journée.

Elle déposa sa lance, son arc et ses flèches et attrapa une sorte de couteau à lame d'os qui était accroché au niveau de son mollet pour entreprendre un dépeçage minutieux. Connaissant les goûts des êtres civilisés, elle réservera les morceaux les plus tendres pour eux et gardera les pièces considérées comme moins attractives pour Fay et elle-même, bien que le loup ait déjà bien mangé pendant sa chasse.

— Pour plantes, c'est bientôt tout. Autres sur chemin ouest, c'est chemin du Roy que tu vas, non ?



_________________


Dernière édition par Sei le Jeu 29 Oct 2020, 20:58, édité 1 fois
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mer 14 Oct 2020, 18:59
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

Le soldat semblait en peine lorsqu’il dut faire face à sa question vis à vis de l’invitée surprise. C’est qu’elle était difficile à maintenir en place visiblement. Les soldats n’étaient pas parvenus à la suivre, et encore moins à la garder à l’oeil durant la matinée. Tout d’abord parce que ça ne se fait pas d’espionner une dame durant sa toilette, mais aussi parce qu’ils mettaient à peu près tout leur effort pour éviter de contrarier le loup qui l’accompagnait.

C’est donc après quelques minutes qu’elle fit de nouveau apparition avec son animal de compagnie, ou plutôt son frère comme elle l’appelait. Sean inclina légèrement la tête en guise de salut, et se contenta d’observer leur manège. Le loup transportait un sanglier qui avait été en partie dévoré. Il aurait mis sa main à couper qu’il s’agissait là de la part réservée au chasseur canin qu’il s’était automatiquement gardé pour lui. Elle les salua à son tour, puis leur annonça qu’elle se chargeait du repas pour le début de journée.

Fort bien ! Le prince alla donc s’installer à côté de celle qui dépeçait l’animal avec un couteau qui semblait être fait d’os, la regardant s’occuper habilement de la cuirasse de cet animal et du partage des portions de chairs pour les soldats et eux.



« En quoi donc est fait ce couteau ? »



C’est qu’il avait plutôt l’habitude des instruments en acier trempé, en bronze voire parfois en or, mais rarement en os. L’os était utilisé plus comme élément décoratif la plupart du temps, mais jamais pour l’instrument en tant que tel. C’est donc intéressé et curieux que le prince observa la jeune femme, jetant par instant quelques regards vers le loup immense qui les avait rejoint. Comme la veille, les soldats semblaient sur le qui-vive à l’idée d’avoir un tel animal à leur coté, comme s’il allait leur sauter à la gorge d’un instant à l’autre. Et puis quoi ? Il suffirait simplement de l'embrocher, comme ils avaient été entrainés après tout non ? Mais entre la réalité et les entraînements, visiblement pour certains d’entre eux il y avait un large gouffre. C’est dans ces instants que l’on pouvait reconnaître le soldat qui était né pour porter les armes, et ceux qui ne se distingueraient qu’à leur appartenance aux rangs de chairs à canon.

Lorsque Sei en termina avec le dépeçage et le découpage des parts, ils prirent le petit déjeuner ensemble, du moins, le prince et son invitée, quelques soldats à tour de rôle pour garder une petite partie en surveillance du campement, tandis que d’autres s’occupaient à démonter les tentes et tout ranger pour laisser une place nette et sans traces ou presque pour leur départ imminent.



« Si vous souhaitez toujours de notre aide, ne serait-ce que pour vous accompagner, je vous propose de pendre la tête du cortège, je marcherai à vos côtés et mes troupes suivront sur nos pas. »



Ce qu’il avait promis, il le tenait toujours. Ainsi la balle était dans son camp comme on dirait. Les estomacs pleins, le camp finalement disparu, ils se mirent tous en rang sur le chemin et Uiseann rejoint à nouveau Sei avant de lui adresser un large sourire.   



« Nous nous mettrons en route pour rejoindre Ophel, la capital où nous retrouverons le Roy de Faye. Je suppose que vous avez fort à faire avec les votres et les plantes que vous devez leur ramener, mais si vous le souhaitez, vous pourriez vous joindre à nous jusqu’à Ophel, je m’assurerai que vous ne manquerez de rien, et votre expérience du terrain sur vos terres ne pourra qu’être un grand appui pour que nos deux royaumes puissent unir leur effort contre ces créatures de mort et repousser toute tentative d’invasion. »



Inclinant la tête un instant, il roula des épaules, l’une après l’autre, comme pour terminer un échauffement qu’il avait déjà entamé le matin même, puis annonça aux autres qu’ils allaient bientôt reprendre la route. Il ne manquait plus que de savoir dans quelle direction. Sei était un atout imprévisible pour Seann, et il espérait bien la voir rester autant qu’il le pouvait pour en connaître davantage sur ce qui se passait sur ses terres, en apprendre plus de leurs coutumes. Un soldat lui amena sa monture, dont il prit les rennes tout en restant pour le moment à pied.  



« Utilisez vous aussi des chevaux pour vos déplacements dans vos contrées ? Ou autre chose peut être ? »



Après tout, lui n’avait aucune idée de comment ses semblables vivaient, donc toute question, même paraissant stupides, ne l’étaient pas pour lui.





_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 2 Sean10


Dernière édition par Uiseann d'Envel le Jeu 15 Oct 2020, 08:07, édité 1 fois
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Mer 14 Oct 2020, 20:26
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane








Très appliquée à sa tâche, Sei ne sembla pas perdre un instant sa concentration lorsque le prince Uiseann la rejoignit pour observer son ouvrage, elle releva simplement son couteau l'espace d'un instant après avoir essuyé la lame pour que Uiseann puisse la voir de plus près, puis elle s’attela à nouveau à détacher la chair des os avec application pour lui montrer comme cela semblait facile.

— C'est os de … Elle se massa les omoplates de sa main libre en cherchant le bon mot …
— Épaule de sanglier ! Très trancher, mais fragile, très bien pour viande et tout le tout, mais pas pour du dur.

Le fil d'une lame en os pouvait effectivement être affûtée à l'extrême mais restait assez fragile, si cela en faisait des couteaux de chasse idéaux, mieux valait se garder de l'utiliser en combat ou même pour essayer de tailler du bois ! Pour les armes, Sei préférait les lames en pierre ou en obsidienne, comme sa lance. Il fallait cependant savoir que les sangliers qui peuplaient sa forêt étaient bien plus gros que ceux que l'on pouvait trouver sur les terres de l'ouest, ce qui expliquait qu'elle ait pu obtenir une lame de couteau de cette taille même après l'avoir affûté maintes fois.
En tout cas, elle semblait toujours aussi enthousiaste à l'idée de partager son savoir ! Elle confia la viande au soldat qui était de corvée de cuisine, donna un gros os à ronger à Fay et se chargea de nettoyer le rester pour les récupérer. Elle avait donc chargé os et peau dans la cargaison de la troupe lorsqu'ils furent près à repartir – elle avait gardé les plus petits os et dents qu'elle pouvait transporter dans sa sacoche.
C'est alors qu'elle admirait cette fameuse cargaison compactée – qui semblait si petite alors que les tentes étaient si grandes lorsqu'elles étaient montées, c'était fascinant ! – que l'aimable Uiseann lui proposa à nouveau son aide. Sei ne connaissant pas vraiment la politesse, ce fut donc en toute sincérité qu'elle accepta sa proposition : même si elle se déplaçait plus rapidement et plus discrètement seule, elle n'était pas contre un peu de compagnie pour une fois.

— Oui, marcher ensemble, toi et moi. Elle avait hoché la tête avec enthousiasme, puis elle sembla chercher quelque chose.
— Je prendre tête de qui ? A cette question, elle avait haussé un sourcil perplexe en se demandant si c'était une tradition courante de marcher en tenant la tête de quelqu'un. D'ailleurs … est-ce que ça devait être une tête coupée ? Ou alors elle devait tenir la tête de Uiseann en marchant ? Ça n'avait pas l'air très pratique tout ça … Mais bon, elle voulait bien faire !

Tout le monde se préparait à prendre la route, on scellait les derniers chevaux sans leur demander leur avis, mais la plupart d'entre eux semblaient résigné à la tâche. Depuis le temps, Sei savait que c'était une pratique courante, mais elle trouvait que les humains manquaient définitivement de considération pour leurs compagnons équidés ! Les chevaux étaient des créatures très braves et fidèles, peu d'humains s'en montraient reconnaissants, malheureusement …
Mais Uiseann attira de nouveau son attention et elle hocha à nouveau la tête.
— Plantes pas problème, je save garder bon état. Si toi et Roy pouvoir aider contre Créatures noires, alors je marcher ensemble avec toi à Ophel.

Un jeune homme habillé en fer guida un grand étalon jusqu'à Uiseann, il tenait également derrière lui les rênes d'un autre cheval que Sei approcha avec un intérêt bienveillant. Elle lui caressait doucement le museau alors que Uiseann lui demandait si elle utilisait aussi les chevaux pour se déplacer dans sa forêt, du moins c'est comme ça qu'elle comprit la question. Elle ne répondit pas tout de suite, elle était en train de faire glisser ses mains sur long des côtes du cheval de l'écuyer, elle avait légèrement froncé les sourcils. Ne sachant trop comment réagir, le jeune homme essaya de se montrer serviable.

— Je vous prête le mien si vous voulez, mademoiselle … Il s'appelle Vaillant.
— Non.

Surpris, le jeune homme la dévisagea.
— Non … Vous ne voulez pas ?
— Non. Il s'appelle Suzanne. Il a dire.
Elle planta son regard sur le jeune homme. Il vouloir tu respecter ça.
Elle fouilla dans sa besace et sortit un petit pot en bois qui renfermait un baume qui semblait très fort les plantes.
— Et tu blesses avec jambes en fer : voir ? Effectivement, elle était en train de lui montrer que la peau du cheval était bien abîmé au niveau des côtes, elle entreprit alors de desceller l'animal pour lui appliquer quelques soins, Fay était venu s'imposer pour dissuader toute protestation.
— Tu laisser comme ça jusqu'à soleil haut et tu mètres plus grosses ouvertures avant siège. Oui ?
Elle lui rendit les rênes et monta sur le dos de son imposant petit frère pour aller rejoindre Uiseann, permettant enfin à la troupe de prendre la route au pas.
— Je marcher pas sur poney dans forêt maison, trop … cherchant à décrire à quel point son domaine était dense en végétation, elle agita les mains dans tous les sens.
— Trop beaucoup plein d'arbres et tout le tout, voir ? Elle tapota affectivement l'encolure de Fay qui trottinait avec agilité, il ne semblait pas du tout sentir le poids de sa sœur.
— Fay très bien.
A ces mots, le loup jeta un regard au destrier de Uiseann et sembla étrangement relever la tête avec fierté.
— Mais je déjà marcher du poney … et du ours et du biquette et du … sorte de gros oiseau mais sans vol … je crois s'appelle … baudruche ? Baudruche pas très aimable. Baudruche pince … Hein, Fay ?
Grouph.
— Tu as déjà marcher du baudruche, Ouichane ? Ou autrement ?





_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Jeu 15 Oct 2020, 08:15
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

Le campement s’était dissipé en quelques dizaines de minutes, telles de petites fourmis travailleuses, les soldats avaient tout démonté, rangé, nettoyé voire même balayé pour ne laisser que peu de traces de leur passage. Evidemment, un chasseur, un soldat ou un trappeur aurait deviné le lieu de leur halte, mais pour des personnes n’étant pas du métier, ça pouvait passer inaperçu. Quoi qu’il en soit, les chevaux avaient été apportés aux gradés ainsi qu’à l’invitée de la veille. Sean l’avait d’ailleurs quasiment accaparée puisque déjà il l’avait affublée de plusieurs questions somme toutes banales mais très instructives sur la vie que ses semblables pouvaient mener dans la forêt.

Ainsi, il s’agissait d’un os venant d’un sanglier. L’épaule. Il imaginait parfaitement la taille, le poids et la qualité d’un pareil os, de noble famille il avait été de nombreuses fois à pratiquer la chasse et donc à ramener ce genre de gibier. Il hocha donc de la tête, même si son langage n’était pas toujours le plus compréhensible qui soit, elle savait aisément manier les mots ou les gestes pour se faire comprendre, et c’était tout de même le principal. Néanmoins, il n’était pas convaincu au point d’échanger son acier par un couteau d’os de sanglier, qui comme elle l’avait si logiquement décrit, était bien trop fragile pour l’utilisation qu’il aurait pu en avoir.

Elle s’était occupé de son loup durant les derniers instants à passer à attendre le départ, puis la discussion reprit de plus belle. Elle acceptait assez facilement le fait de se joindre à eux. Ses ambitions ne devaient probablement pas être mauvaises, néanmoins il ne pouvait guère encore lui faire confiance comme à ses propres soldats. Il esquissa un rictus amusé lorsqu’elle rétorqua au fait de prendre la tête du cortège, et s’empressa de rajouter de sorte qu’elle ne cherche pas à décapiter quiconque parmi eux, sait-on jamais.



« Ahaha prendre la tête du cortège signifie chez nous que vous marcherez devant et non à l’arrière ou au milieu. En première ligne si vous préférez. »



Le détail était important, après tout c’était quand même la base de la communication de savoir se faire comprendre. Puis ce fut un de ses soldats qui lui proposa un cheval, comme il l’avait exigé quelques minutes avant. Sean se tut donc pour observer la scène, le jeune soldat semblait assez stressé, et la réaction de Sei ne fut pas pour le rendre plus serein. Elle lui faisait remarquer à juste titre que le cheval présentait un problème au niveau de son équipement, qui provoquait des dégâts sur le long terme sur les flancs de l’animal. Elle le rebaptisa d’ailleurs en lui donnant un nouveau nom, faisant comme si elle savait parler à cette bête. Sean fronça les sourcils, un peu intrigué tout de même par ce qu’elle venait de faire et dire, ça ferait une question supplémentaire à poser.

Au lieu donc de prendre le cheval, elle le refusa poliment et se contenta de grimper sur le dos de son loup. Elle devait certainement être suffisamment légère, pas sûr que lui avec son équipement puisse en faire autant. C’était probablement ce qui faisait sa particularité et sa force finalement. Elle n’avait pas grandes protections, mais à côté de cela, elle semblait avoir un lien assez étroit avec la nature, et une habileté bien plus grande que la grande majorité des personnes qu’il côtoyait. Elle arriva enfin à sa hauteur après avoir donné quelques conseils au jeune soldat, qui d’ailleurs faisait un regard assez étonné auprès de Sean. Le prince se contenta de lui faire un signe de tête pour valider les dires de l’étrangère. Après tout, elle s’y connaissait visiblement bien mieux que lui en la matière, il n’y avait donc aucune raison de la contredire auprès de ses soldats, ni même de les rassurer en jouant la carte du petit chef étant le seul à pouvoir leur donner des ordres. Non, clairement il n’était pas dans cette direction aujourd’hui, il y avait beaucoup à apprendre de Sei et ce genre de choses était peut être un point clé sur l’amélioration de leur cavalerie après tout.

Elle répondit alors à sa question sur ses habitudes en terme de montures, et ce ne fut pas sans étonner le prince. Au fur et à mesure qu’elle continuait de répondre, il ne savait si elle partait dans un délir en se moquant de lui, ou si elle était vraiment sérieuse. Elle était déjà montée sur un ours ? Et une autruche ? Enfin… Une baudruche comme elle disait. Cela semblait assez invraisemblable et il avait beaucoup de mal à imaginer la scène. L’ours était un ennemi pour lui et avait déjà causé pas mal de morts au sein de son peuple lors des chasses ou même de simples balades en forêts de villageois. Il la regarda donc, enfin… non il la dévisagea quelques instants avant de tenter une réponse.



« Des ours ? Nous, nous les chassons pour leur peau, ces animaux sont trop dangereux et ont causé beaucoup de morts au sein de notre peuple. »



Lui n’avait jamais eu de proches perdus par ce genre de prédateurs, mais tout de même, c’était assez étonnant de l’imaginer grimper sur le dos de ce genre d’animal, et encore plus d’imaginer cet animal aussi domestique qu’un chien.   



« S’agit-il d’ours élevés dès le plus jeune âge ou des ours sauvages que vous croisez en forêt ? »



Il prit quelques instants pour penser à autre chose, alors que le cortège filait à son allure de croisière vers la capitale de Faye.  



« Je n’ai jamais eu l’occasion de monter autre chose qu’un cheval. »



Il tourna à nouveau la tête vers elle et reprit amusé.



« Enfin… enfant, j’ai bien dû monter sur les épaules de mon père, mais ce n’est plus le cas dorénavant aha ! »



Avoir le Roy pour monture, c’était quand même un privilège qu’il avait eu par moment lorsqu’il avait un peu de temps à passer avec lui. Mais ça ne comptait pas vraiment. Il ne s’agissait là que de jeux et c’était relativement bref. La discussion était assez légère finalement, pas de grosses questions pour en savoir beaucoup plus sur elle, c’était plutôt de la mise en confiance d’un côté comme de l’autre. Plusieurs dizaines de minutes passèrent ainsi, à discuter de tout et de rien, sans vraiment prêter attention à une quelconque logique sur les sujets évoqués, du moins jusqu’à ce qu’à une bonne centaine de mètres devant eux, soit en vue un chariot renversé sur le chemin.

On pouvait distinguer à quelques mètres du chemin, un homme assis à même le sol, la tête bandée, et une femme qui faisait les cent pas. Sean leva la main, signe pour que s’avancent quelques soldats, puis il leur donna quelques instructions, rester sur leurs gardes, du moins plus que ce qu’ils avaient pu faire preuve depuis le début du trajet. Il se tourna alors vers Sei et lui dit simplement quelques mots.



« Et bien… Si nous voulions un chemin tranquille, je crois bien que c’est rapé. »



A peine avait-il eu le temps de dire cela, que la femme au loin les aperçut et se mit à courir en leur direction. Et ce fut donc une femme essoufflée et apeurée qui s’arrêta à deux ou trois mètres de Sean. Elle sembla dans un premier temps comme rassurée de voir une escouade armée du royaume, mais la vue de Fay rendit son visage encore plus blanchard que ce qu’il n’était en arrivant. Le prince chercha donc à nouveau son attention, histoire de savoir ce qui se passait.



« Bien le bonjour ! Pouvez vous nous dire ce qui se passe ? »



Évidemment, des gardes en arrière avaient discrètement tenu en joue et étaient prêt à tirer une salve de flèches au moindre faux pas de cette femme. Mais ce ne fut pas le cas. Elle se mit à parler vite, de manière assez haché.



« Des brigands… le chariot ils l’ont… Ma fille ! Ils ont emm’né ma fille ! Ram’nez moi ma fille ! Je vous en supplie ! »



Le prince se tourna vers un de ses officiers, un simple regard suffit pour que quatre soldats partent en reconnaissance en direction du chariot. Il allait falloir s’occuper au moins de cet homme qui devait certainement présenter des blessures. Il y avait peut être aussi d’autres blessés qu’ils ne voyaient pas, voire des morts qui sait. Sean resta avec la femme un instant car il lui manquait encore cruellement des informations essentielles.



« Pouvez vous nous dire leur nombre et par où ils sont partis ? »




_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 2 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Jeu 15 Oct 2020, 14:26
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane







Heureusement, Sei avait l'habitude de ne rien ou mal comprendre ce qu'on lui disait, parfois les gens la regardaient de travers, s'énervaient, se moquaient ou, comme Uiseann, riaient spontanément. Elle n'était pas très susceptible et si il lui arrivait de se vexer ou de se fâcher – en général par le concours d'une mauvaise interprétation – elle prenait en général assez bien qu'on corrige ses erreurs, surtout quand c'était dans la bonne humeur. Elle eut donc un sourire jusqu'aux oreilles quand Uiseann se mit à rire avant de préciser sa pensée. Elle n'avait donc à prendre la tête de personne … ça l'arrangeait, elle avait d'ailleurs l'air soulagée.

— Oh ! C'est comme … '' éclairer'', oui ?

Si ce n'était que ça, cela lui convenait et elle l’accompagna donc jusqu'à cette fameuse « tête du cortège », montée sur Fay qui suivait souplement le grand étalon du prince. Si il frôla l’incident diplomatique en évoquant la pratique de la chasse aux ours, avec toutes les excuses que les humains avaient l'habitude de servir pour justifier cette pratique, Sei resta calme. Elle avait cependant clairement perdu son sourire insouciant. Elle ne manifesta pas son désaccord tout de suite, elle fréquentait le monde 'civilisé' depuis assez longtemps pour savoir que tout était une question d'intérêt, personnel ou commun. Il semblait cependant sincèrement intéressé par ce qu'elle disait, alors elle secoua vivement la tête pour répondre à sa question sur la domestication des ours, faisant virevolter ses épais cheveux sombres.

— Juste ours de forêt. Ours plutôt gentils, en fait, mais pas très contents de voir marcher étrangers sur sa terre-maison. Son territoire.

Les humains étant des créatures en éternelle expansion territoriale, il n'était pas étonnant qu'ils tombent sur des créatures qui essaient simplement de défendre ce qui leur appartient depuis toujours.

— Mais ours méchants parfois, comme méchants loups, méchants humains … ou même méchants lapins.

Elle s'était déjà faite mordre par un lapin méchant, une fois. Elle l'avait mangé, du coup. Les guerres territoriales n'étaient pas exclusives à ces hommes en fer, cependant, il était parfois arrivé à Sei et à sa meute de devoir se défendre contre des créatures conquérantes, la fourrure qu'elle portait sur ses épaules était d'ailleurs celle d'un ours qui avait bien faillit faucher toute sa famille. Cet ours était venu de l'ouest en quête d'un nouveau territoire après avoir été chassé du sien … par les hommes. Dans la nature aussi, il est question d'intérêt commun.

Le prince parvint à détendre l'ambiance en racontant une anecdote d'enfance attendrissante, Sei avait du mal à l'imaginer enfant et minuscule. Sa petite histoire lui rappelait sa propre enfance, c'est surtout dans ses jeunes années qu'elle avait expérimenté des montures assez variées et pas toujours consentantes. Elle avait aussi l'habitude de grimper sur la tête de ses parents loups, quand sa taille le lui permettait encore. Maintenant elle devait se contenter du dos.

— Je jamais marcher du Roy … elle avait retrouvé ce sourire insouciant et curieux en reportant son regard sur Uiseann.
— Tu croire que ton Roy d'accord pour que je le marcher ?

Il lui avait donné envie, ça avait l'air amusant … cependant, le rire clair et franc qu'elle ajouta à sa question laissait penser que c'était juste une blague. Cela le laissait penser, oui, mais c'est surtout qu'elle avait cette image hilarante en tête, maintenant.
Le trajet put donc être appréhendé dans la bonne humeur, Sei était très heureuse d'avoir quelqu'un à qui parler, elle aimait beaucoup son petit frère, mais force est de constater qu'il n'était pas très causant. Il y avait une différence de langage, aussi, qui faisait que c'était très différent de discuter avec un humain. Les fioritures qui agrémentaient leurs langages la fascinaient et c'était l'occasion d'enrichir un peu son lexique et d'améliorer sa syntaxe.

Après quelques minutes de marche, ils purent distinguer quelque chose de curieux au loin. Sei savait que ce n'était pas une position conventionnelle pour une charrette et Fay se tendit légèrement … il avait flairé l'odeur du sang. Consciente de cette information, Sei resta sur ses gardes, mais si il semblait effectivement y avoir eu du grabuge ici, cela semblait calme, maintenant. Si le premier réflexe de la sauvageonne aurait été de courir pour apporter son aide, Uiseann, lui, fit un signe étrange de la main, ce qui eut pour effet d'envoyer un groupe d'homme en avant.

Elle nota dans un coin de sa tête de demander ce qu'impliquait de 'râper'.

Lorsqu'une femme se mit à courir vers eux, Sei du calmer Fay d'une caresse – il se méfiait toujours des gens pressés – et descendit tranquillement de son dos, essayant de se montrer rassurante avec un large sourire qui montrait peut-être un peu trop ses dents. Elle savait que son petit frère avait tendance à effrayer et le sourire était un signe de sympathie chez les bipèdes … en général. Ce n'est cependant que l'intervention de Uiseann qui parvint à rassurer suffisamment la femme pour qu'elle explique ce qu'il s'était passé. Sei se demanda sérieusement pourquoi ils avaient emmené une fille … otage et rançon n'était pas des concepts familiers et il lui semblait que les humains ne se mangeaient pas entre eux alors … pourquoi ?

Elle décida d'aller explorer les lieux de l'embuscade avec Fay – ce dernier fit sagement un détour pour ne pas effrayer la femme. Elle observa les traces de roues, de pas et de lutte alors que le loup commençait à renifler la zone.

— J-je n'sais pas ! I-ils … ils étaient peut-être cinq ou six j … je les ai pas vu partir. En effet, le visage de la femme était rougit, elle avait sûrement pris un coup avant la fuite des bandits.

Après quelques minutes d'investigation pendant laquelle elle était restée attentive à ce qu'ils se disaient autour, Sei fini par mettre un genou à terre, posant une sur une trace de botte et l'autre dans le pelage de Fay, elle ferma les yeux un instant et se concentra sur la terre, le vent souffla dans ses cheveux comme un murmure …

Elle ouvrit soudainement les yeux et monta sur le dos de son petit frère. Ce dernier flaira à nouveau le sol et se redressa, les oreilles droite, son regard semblait avoir capté quelque chose au loin dans les bois.

— Ouichane, je prendre la tête d'éclairer ! Suivre ouest !

Guisarme en main, elle désigna la direction avant que Fay ne s'y lance en courant souplement à travers la végétation. Le loup remonta rapidement la piste, ralentissant une fois arrivé tout proche, Sei descendit de son dos pour progresser au ras de la végétation. Elle les entendit rire avant de les voir, des voix rauque et grasse. Elle grimpa dans un arbre et sauta de branche en branche jusqu'à surplomber leur regroupement.
Une jeune fille était attachée à un arbre pendant qu'ils déballaient leur butin. Ils sentaient mauvais. Sei ne les aimait pas. D'ici, elle avait une vue sur l'ensemble : la jeune fille qui pleurait, les hommes qui riaient et Fay qui était tapis dans les hautes herbes un peu plus loin. Elle observa un moment, ils étaient huit et lourdement armés, elle préféra attendre que les hommes en fer la rejoigne, cependant, elle n'allait peut-être pas pouvoir se le permettre … Un des brigands s'était approché de la jeune fille terrifiée, il lui touchait la joue, les cheveux … Quand il lui attrapa le bras, elle se mit à crier, inquiète, Sei jeta un œil sur son petit frère qui eut un mouvement d'oreilles encourageant. C'est à ce moment là que l'homme frappa la fille au visage et que Sei lui tomba directement dessus, les pieds sur son dos l'écrasait au sol et comme il aurait eut vite fait la virer étant donné son poids plume, elle l'avait assommé d'un grand coup de pied dans la tempe.

D'un geste habile, elle sectionna les liens de la jeune fille avec sa lance et faucha les jambes d'un des brigands qui s'était jeté sur elle en hurlant l'alerte.

— Tu caches ! Lança-t-elle à la fille avant de se remettre en garde. Il y eut un hurlement de loup et Fay entra dans la danse.



_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Jeu 15 Oct 2020, 14:59
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

Le prince se contenta de hocher de la tête lorsqu’elle trouva le synonyme parfait pour l’expression “prendre la tête du cortège”. Il s’agissait bien d’en être en quelque sorte l’éclaireur. Puis vinrent les explications sur les us et coutumes assez étranges de son peuple, notamment vis à vis de leur relation avec les animaux de la forêt. Finalement, à y réfléchir, elle n’avait peut être pas tout à fait tort, dans les faits, ceux qui s’étaient appropriés le territoire et qui s’aventuraient un peu partout dans ce monde, c’était bien les humains. Alors, si ces créatures, bêtes sauvages avaient eux aussi un système de territoire, il était assez logique qu’ils n’apprécient pas de voir des humains empiéter sur leurs plates bandes. Mais le monde était ainsi fait : les plus forts dominaient et les plus faibles se contentaient des restes.

Uiseann n’allait certainement pas changer drastiquement le comportement des siens en la matière, mais il gardait quand même en tête ce qu’elle venait de dire pour éviter certains abus des siens. Non pas qu’il se mettait à s’émouvoir pour la nature et sa composition faunesque, mais s’il fallait faire certains efforts pour assurer une bonne relation avec son peuple, ou du moins une certaine forme de bienveillance, comme un pacte de non agression, ou un traité de libre passage sur les terres les uns des autres, sous certaines conditions. Tout allait vite dans sa tête, la plupart des informations ne faisaient que passer, pas suffisamment importantes pour être stockées ou même traitées, mais celle ci en était un exemple concret : d’un premier abord, c’était un sujet auquel il ne prêtait pas beaucoup d’attention, à chacun ses problèmes comme il aurait pu répondre, mais avec cette personne qui se faisait ambassadeur des peuples du Royaume de l’Est malgré elle, ce genre de petits détails pouvaient s’avérer cruciaux.

Un simple sourire amusé lorsqu’elle émit l’hypothèse de marcher sur le Roy, ou plutôt de grimper sur ses épaules. Rien que d’imaginer la scène, il pouvait aisément voir sa belle soeur chercher à l’étriper pour s’être montrée aussi proche avec son époux. Son frère lui n’y aurait probablement pas été contre, mais pas officiellement et encore moins en présence de sa femme. Le temps de l’insouciance était clairement dépassé depuis qu’il avait reçu la couronne. Sean fut sorti de ses rêvasseries par la vue de la fameuse caravane. Ce qui se passa ensuite fut clairement plus rapide que tout ce qui s’était passé précédemment. La femme expliqua non sans peine qu’ils avaient été attaqués par des bandits, qu’ils étaient cinq ou six, des informations importantes qu’il allait falloir revoir à la hausse car toute bonne embuscade devait avoir un plan de secours en cas de problème : des hommes restés en retrait prêts à intervenir en cas d’imprévus.

Elle n’avait pas pu voir où ils étaient partis, mais rapidement, Sei se dégagea du groupe avec son compagnon canidé et explora les moindres traces laissés par l’affrontement ou du moins ce qu’il en restait. Il la laissa oeuvrer à sa guise tandis que lui recueillait déjà les premiers éléments des soldats qu’il avait envoyé en éclaireur.



« Un homme blessé au flanc droit, une flèche, le chariot a été éventré sur le côté et une partie de la marchandise transportée semble avoir été volée. Nous n’avons pas vu d’autres personnes aux alentours. »



Sean remercia le soldat qui faisait son rapport avec une simplicité et une précision assez nette, puis il se mit à donner les ordres à son groupe d’hommes en armes.



« Toi, toi et toi, occupez vous des rescapés et continuez de leur soutirer le plus d’informations possible. Donnez leur les premiers soins et sauvez ce qui peut être sauvé. »



C’est à ce moment que Sei leur indiqua que les bandits se trouvaient à l’ouest d’ici, dans la forêt. Clairement, ses soldats ne faisaient pas le poids en matière de pistage, au niveau de la rapidité. Il leur aurait fallu bien une bonne demi heure de plus pour trouver ce genre d’informations. Ni une ni deux, elle avait disparu dans la végétation de la forêt sans même attendre qu’ils s’organisent. Une tête brûlée celle là pensa le prince, mais il ne put s’empêcher de sourire à l’idée de pouvoir la voir en action, ou plutôt de voir une habitante des Royaumes de l’Est en action. Il rassembla donc trois autres soldats avec lui qui s’équipèrent rapidement, puis abandonnèrent leur monture pour suivre le chemin indiqué par Sei à travers la végétation. Ils avancèrent assez lentement pour faire le moins de bruit possible, mais en essayant tout de même de ne pas trop trainer pour ne pas laisser Sei seule à combattre.

Après quelques minutes de marche, ils entendirent les premiers bruits émanant du campement des bandits. Il y avait clairement de l’agitation, Sei semblait donc déjà être passée à l’action. Levant le poing en l’air, les trois soldats s’arrêtèrent net dans leur avancée, puis suivirent plusieurs signalétiques militaires de ses mains, indiquant aux trois soldats de s’éparpiller autour du campement et de les couvrir de leurs flèches, lui se contenta de sortir son épée de son fourreau et d’avancer en direction du campement. Lorsqu’il put voir enfin ce qui s’y passait, il fut étonné de voir Sei en plein milieu du campement avec son loup, déjà aux côtés de la jeune fille. Il chercha à compter le nombre d’ennemis, huit visibles, mais potentiellement plus s’il y en avait qui s’étaient aventurés hors du campement. Cette possibilité n’était pas à oublier non plus. Aux pieds de Sei, un homme gisait déjà hors d’état de nuir, tandis qu’un autre à quelques pas se relevait difficilement.

Les mouvements de l’ennemi étaient assez logique, elle était seule donc la stratégie la plus efficace allait d’être de l’entourer et de l’attaquer de toute part. C’est donc lentement qu’ils se déplacèrent en l’encerclant petit à petit. Le calme ne fut pas très long, si tôt furent-ils prêts que l’un d’entre eux attaqua de face, puis un autre dans le même temps du côté droit tandis que deux semblaient chercher à maîtriser le loup du bout de leurs lances. Mais ce n’était pas sans compter l’habileté de Sei au combat qui put non sans mal éviter les deux attaques. Elle n’allait pouvoir tenir très longtemps ainsi de toute façon, il suffisait d’une simple erreur de jugement ou d’une faille dans sa défense et le combat serait plié, et ça, les bandits le savaient que trop bien. Même s’ils étaient moins doués qu’elle unitairement, elle n’allait pas pouvoir se débrouiller seule face au nombre qu’ils étaient.

La prochaine attaque se préparait déjà, et tandis que Sei para la première de sa lance, un second tenta de l’attaquer à nouveau sur le côté, comme lors de la première attaque, ce qui se solda à nouveau par une esquive magistrale de la jeune femme, mais un cri venant de son dos allait porter la troisième attaque combinée de ce groupe, la prenant quasiment au dépourvu. Elle n’eut donc que le temps de tourner la tête et bouger le corps afin de protéger ses organes vitaux, comme par réflexe et sentir la lame de l’épée de cet homme lui entailler légèrement l’épaule droite. Et puis, pourquoi une pointe d’épée sortait du thorax de ce brigand déjà ? En quelques secondes, il s’écroula, poussé par Sean lui même qui vint essuyer la lame de son épée avant de rejoindre en deux pas son alliée du moment. Un temps d’incompréhension s’en suivit dans les rangs ennemis. D’où sortait-il ? Etait-il seul ? Et à la vue de son équipement, de sa tenue, il était clairement soldat du royaume d’Envel.   



« Navré pour le retard. »



Il adressa un sourire à Sei, puis empoigna à nouveau son épée avant de se mettre dos à dos avec elle, ainsi ils pourraient se couvrir l’un l’autre. Le son d’une flèche déchirant les airs se fit entendre, puis deux autres, une avait atteint sa cible dans le dos, un des brigands qui tenait le loup à distance s’était écroulé, une autre atteint un de ceux qui les entouraient au niveau de l’épaule, lui extirpant un cri de rage, la troisième elle se logea sur le tronc d’arbre non loin d’un autre brigand. Qui encerclait qui finalement ? Le doute commença à s’installer parmi les brigands qui ne comprirent pas vraiment ce qui était en train de se passer. Déjà trois d’entre eux avaient été terrassés. Et ces instants de confusion, Sean les appréciait par dessus tout, c’était clairement les instants optimum pour asséner un coup critique à ses adversaires. Peut être pas le coup de grâce, mais au moins un qui parviendrait à détruire une partie de leur moral. Et on sait tous qu’une troupe sans moral était une troupe d’ores et déjà défaite.

Il ne chercha donc pas à attendre la prochaine salve d’attaques de l’ennemi non, au contraire, il choisit l’un de ceux qui semblaient le moins prêt à se battre suite à cette désorganisation, puis il fonça vers lui pour braver le fer. Toute cette violence, ce sang, ces cris, c’était du pain béni pour le prince qui allait pouvoir enfin se lâcher complètement sans crainte de blesser ses soldats ou ses alliés. C’était comme un autre homme lorsqu’il combattait, usant de tous les stratagèmes possibles pour la victoire, n’hésitant pas à utiliser ses poings, ses pieds, son corps ou même l’environnement pour amener un combat à son avantage. Parmi les nobles, beaucoup pensaient sa manière de combattre comme chaotique et presque honteuse pour une personne de son rang, mais pour lui, la victoire était la seule chose à laquelle il accordait de l’importance : pas le temps pour l’honneur, les styles de combats conventionnels, non lui cherchait à faire mal et il y parvenait parfaitement quand il s’y mettait sérieusement. C’est pourquoi il était souvent envoyé lors des conflits ouverts avec d’autres peuples : sa stratégie prête à tout leur assurait quasiment toujours de remporter le combat.

Mais maintenant que le combat était devenu plus équilibré, les brigands avaient vu leur nombre assez fortement diminué, celui que le prince venait d’attaquer avait reçu des entailles au niveau des bras et des cuisses, avant d’être envoyé au sol non loin de Fay d’un violent coup d’épaule. La jeune fille qui avait été emmenée par ce groupe de brigand s’était caché derrière un tronc d’arbre, se cachant les yeux pour ne pas avoir à voir toute cette violence. C’est d’ailleurs un des soldats qui avait fait le tour du campement, qui lui attrapa la main doucement pour la faire fuir et rejoindre ses parents. Elle eut d’abord le réflexe de se débattre et de refuser de bouger, mais en voyant l’uniforme du soldat, elle finit par le suivre de près pour quitter cet endroit le plus rapidement possible. Un autre des soldats accompagna donc la prisonnière jusqu’au chariot, ne laissant donc sur place que le prince, Sei, Fay et un autre archer qui avait déjà changé de position, prêt à tirer à nouveau de son obscurité. Les brigands quant à eux avaient été pas mal diminués : un assomé par Sei, un tué sur le coup par une flèche, un autre avait été transpercé par la lame de Sean à son arrivée dans la mêlée, puis trois furent légèrement blessés par Sei, une flèche et la dernière attaque de Sean. Il ne restait donc plus que deux à n’avoir subi aucun dégâts. 




_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 2 Sean10
Sei

Identité
Titre :: Princesse des loups
Âge: 123
Race: Nephiliim


Sei

Princesse des Loups
Jeu 15 Oct 2020, 20:54
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   

Dessine-moi du jambon

Sei & Ouichane







L'intervention de Fay eut le mérite d'alléger un peu le groupe qui l'encerclait, mais ça ne suffirait pas bien longtemps, surtout que maintenant elle s’inquiétait un peu pour lui. Le loup était en position de défense, les muscles contractés, babines retroussées, oreilles couchées, il avait gonflé son épais pelage noir pour se faire paraître encore plus gros et impressionnant qu'il ne l'était déjà : les soldats allaient y réfléchir à deux fois avant de lever leurs lances. D’ailleurs, une d'elle finit broyée entre ses crocs et il s'était servi de la prise pour bousculer ses deux assaillants l'un contre l'autre.
Sei, de son côté, faisait de son mieux pour en découdre. Elle subissait cependant deux désavantages, l'un était évident : ils étaient en surnombre, l'autre était un peu plus subtil, mais le fait est qu'elle ne cherchait pas à les tuer. Bien entendu, si sa vie ou celle de Fay était directement en jeu, elle n'hésiterait pas, mais tant qu'elle pouvait avoir une autre solution, elle préférait l'employer. En revanche, en face, ces malfrats ne semblaient pas s'occuper de ce genre de détail, ils essayaient de planter leurs pointes où ils pouvaient. Malheureusement pour eux, elle ne comptait pas pour autant leur faciliter la tâche ! Elle était très agile et rapide, roulant, glissant et se faufilant comme une truite qui remonte le courant. Une louve-truite, donc.

Les échanges s’enchaînaient comme une danse à la chorégraphie hasardeuse et sans répit. A peine dépêtrée, une nouvelle attaque tombait ! Parade, esquive et aïe ! Son épaule fut entaillée, mais ça aurait pu être pire, surtout que cela ne faisait pas si mal que ça, trop d'adrénaline parcourait actuellement ses veines ! Elle eut juste un moment d'arrêt le temps de se demander ce que pouvait bien faire cet homme avec une lame qui lui sortait du ventre, ce fut juste avant qu'il ne s'effondre pour laisser apparaître Uiseann. Après un sourire complice, ils se retrouvèrent dos à dos. Ce n'était pas tous les jours que Sei se battait aux côtés d'un homme de fer !

— Hm ? Pas remarquer retard !

Serait-ce une petite pointe d’arrogance ? Désolée, elle ne connaissait pas ce mot, je ne vois pas ce que vous voulez dire. Le prince n'était pas venu seul et des tirs de flèches ne tardèrent pas à venir les soutenir. Sei continua en souplesse mais frappant fort dès qu'elle pouvait toucher : elle n'utilisait que peu le tranchant de sa guisarme. Maintenant qu'elle devait supporter un peu moins d'assauts, elle pouvait prendre le temps de jeter quelques coups d’œil ailleurs pour remarquer le style de combat assez brute de décoffrage du chevalier. Elle n'avait jamais vu quelqu'un se battre comme ça avec autant de force que d'ingéniosité. Il faisait même un bon duo avec Fay qui se fit une joie d'abattre ses crocs dans l'épaule de l'homme que Uiseann venait de faire tomber devant lui, le traînant jusqu'à une pierre contre laquelle il l'assomma. Sei nota également que la fille qu'ils étaient venus chercher avait été évacuée. Parfait.

Trois blessés, deux valides : c'est ce qu'il restait de ce groupe d'infâmes individus ! Un blessé faisait face à chacun, les valides, en revanche, était du côté de Sei et Uiseann. L'homme qui faisait face au loup n'en menait pas large avec sa flèche dans l'épaule et le loup referma sa gueule sur sa main armée avant qu'il ne décide s'il devait fuir ou non. Il aurait dû.
Son cri de détresse sembla animer les autres : le valide commença à foncer sur elle, alors elle lui envoya le bâton de sa lance droit dans le menton, lui faisant violemment basculer la tête en arrière et tout son corps suivit. Elle planta son pied contre son plexus et faucha les jambes de celui qui était déjà blessé. Elle avait cependant sous-estimé la résistance du premier qui parvint à surmonter l'étouffement et la douleur de son torse pour lui attraper la cheville et tirer dessus pour la faire tomber. Elle bascula sur le côté mais eut le temps de se rattraper sur ses mains, elle en profita pour ramener violemment son genou contre le visage du bougre, s'arrachant à sa prise sur sa cheville. Entre temps, l'autre s'était relevé, il tendit le bras pour l'attraper mais elle y planta ses dents, juste avant que Fay ne s'y mettre aussi pour le traîner un peu plus loin. Libérée (délivrée), elle redonna un bon coup de genou dans la tête de l'autre qui perdit connaissance – ou eut au moins le bon sens de faire semblant en entendant un autre de ses camarades hurler sous les crocs du loup.

A genou, elle attrapa sa lance et fit le dos rond dans l'intention de se relever, c'est juste à ce moment là qu'un des brigands fut projeté vers elle, loin de la bousculer, il tomba de l'autre côté et elle se releva tranquillement, lançant un regard à Uiseann avant de donner un grand coup de pied dans le visage de celui qu'elle avait participé involontairement à faire tomber.

Apparemment, Uiseann s'était bien débrouillé puisqu'il ne restait plus aucun bandit debout. Fay se rapprocha d'eux en se léchant les babines, il regarda un instant Uiseann droit dans les yeux puis se tourna vers sa sœur pour aller la renifler doucement, la passant au crible. Elle lui caressa affectueusement la tête pour le rassurer, grattant derrière oreille. Le loup se redressa alors sur ses pattes arrières pour prendre appuis sur elle avec ses pattes avants, venant lécher son épaule blessé.

— Oui, réparer après.

Fay s'assied alors calmement et la jeune sauvageonne reporta son attention sur le prince, elle s'approcha, un peu à la manière de Fay -c'est à dire qu'elle semblait le jauger, le flairer, elle n'avait pas posé ses 'pattes avants' sur ses épaules! - pour vérifier s'il n'était pas blessé.

— Du mal quelque part ?




_________________
Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Dim 18 Oct 2020, 17:57
Sujet : Re: Dessine-moi du jambon [TERMINE]   
Dessine moi
du jambon
Avec Sei
Une tête de loup en trophée ?

L’arrivée du prince et de ses acolytes avait eu au moins l’effet de diminuer les rangs des brigands, et en plus de cela, mettre le doute de leur côté. Eux qui se sentaient en puissance, en surnombre face à Sei et son loup, les voilà pris au piège en devant faire face à un homme maniant l’épée, et des tireurs embusqués qu’ils ne pouvaient pas prendre le temps de compter. Pour le moment, seules deux flèches avaient été tirées, mais rien n’indiquait que d’autres n’allaient pas suivre. Et c’est bien de cette confusion que les deux complices du jours profitèrent. Les blessés furent tentés de fuir, les valides quant à eux se lancèrent dans une ruée presque désorientée. Il avait suffit de peu finalement pour briser ce semblant de synchronisation qu’ils avaient pu mettre en oeuvre. Le loup s’occupa d’au moins un blessé, peut être même un autre valide, le prince ne chercha pas vraiment à le savoir, seuls les cris apeurés du brigand au proie de ses crocs lui tiraient un certain sourire qu’on aurait pu qualifier de sadique. Non, il ne prenait pas plaisir à entendre ou voir les autres souffrir, au contraire, mais le moindre détail pouvait jouer lors d’un affrontement, et même un sourire d’auto-suffisance pouvait laisser croire à une victoire assurée, ou juste mettre l’opposant sur les nerfs. De quoi permettre de nombreuses ouvertures supplémentaires.

La seule chose qui le tracassait au final, c’est que tous ceux qui tombaient sous les coups de la sauvageonne, ne tombaient pas pour ne plus se relever. Elle se retenait et il pouvait clairement le voir. Les minutes s’écoulèrent et un ultime affrontement entre les valides s’en suivit et termina complètement de briser tout espoir pour les brigands. Celui qui avait fait face au prince ne pouvait d’ailleurs plus émettre un seul souffle, la gorge tranchée de long en large, il baignait simplement dans une mare de sang, le sien, les yeux encore écarquillés, mais totalement inerte. On pouvait entendre la respiration plus lourde du prince qui reprenait son souffle après les mouvements en armure d’apparat qu’il avait du faire. C’est qu’elle n’était pas spécialement faite pour le combat optimisé, plus lourde et encombrante, mais bon c’était tout de même une armure sur laquelle il n’aurait pas craché, étant donné que la lame du dernier brigand avait tout de même bien glissé sur l’acier au niveau de ses flancs.



« Et bien… Voilà qui est fait… »



Il planta la pointe de son épée dans le torse d’un brigand blessé qui succomba dans un râle aussi bref que rauque, puis il s’étira un peu en levant la tête vers la cime des arbres. Il ne parvenait pas à voir si le temps s’était longuement écoulé ou non, c’est qu’en plein combat, difficile de juger. Il accueillit la remarque néanmoins de Sei avec un sourire.



« Je vais bien, mon armure m’a protégé du dernier échange. Et vous ? »



Sans attendre de réponse, il se décala légèrement sur le côté et posa une de ses mains sur le bras blessé pour avancer un peu plus le visage afin de mieux voir la plaie ouverte. Bon… Rien de très grave, quelques points de sutures et le tour était joué normalement. Mais, c’était sans compter Seann qui se mit à grimacer sévèrement. Il se recula d’un pas et lui fit face avec une mine déconfite avant de lui annoncer.



« Tssssssssss…. Plus grave que c’que je pensais… Va falloir amputer… »



Il se tourna vers le dernier des soldats qui était avec eux, puis il lui demanda en haussant le ton. 



« Ramène moi une hache ! »



Il se tourna à nouveau vers Sei, puis il regarda Fay en haussant les épaules, lui faisant un clin d’oeil complice tout de même assez discrètement. Mais bon, c’était un loup hin !



« Ne vous inquiétez pas, ce sera une coupe nette et rapide ! »



Il ne fallut que peu de temps avant que le soldat n’arrive avec une hache à long manche, qu’il tendit au prince. Il regarda à nouveau la sauvageonne, puis ne put s’empêcher de sourire amusé. Le croyait-elle ? Il n’en était pas bien certain, mais il finit par rire de cette situation avant de poser le côté métal de la hache sur le sol.



« Allez, venez on va rejoindre les autres ! Vous n’allez pas pleurer pour une blessure superficielle quand même ! »



A nouveau taquin, il se mit à marcher en direction du chariot qui avait été mis à mal par les brigands, sans vraiment se soucier si la jeune femme le suivait de près ou pas. Il l’espérait tout de même, l’humour était une chose universelle théoriquement, mais parfois… Enfin qu’importe. Quand il arriva à destination, le chariot avait été relevé par les soldats, et la jeune fille qui avait été faite prisonnière se faisait caliner outrageusement entre sa mère et son père. A se demander comment elle pouvait respirer dans tout ça. Les choses s’étaient donc plutôt bien passées finalement, le père finit par relâcher sa fille et la laisser avec sa mère pour se rapprocher de ses “sauveurs” et les remercier avec beaucoup de respect.




_________________
Dessine-moi du jambon [TERMINE] - Page 2 Sean10
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: