AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 Tombeau de glace

Aller en bas 
Søren Yorr Nedergaard


Søren Yorr Nedergaard

Jarl
Mar 15 Juin 2021, 10:54
Sujet : Tombeau de glace   
Dans la mer de glaceUn navire au loin, un ennemi ?
La mer est sans routes, la mer est sans explications.

Le Jarl avait déjà envoyé plusieurs de ses hommes aider les autres clans aux différentes récoltes qu'ils assuraient. Les terres gelées sur lesquelles son clan et lui vivaient, n'étaient guère propice à la culture, le climat était bien trop rude pour cela. Et pourtant il fallait bien survivre, alors il y avait bien la pêche et la chasse, mais même si les soldats de son clan étaient tous portés sur la viande, séchée, salée, crue parfois, ou simplement fraîchement cuite, il leur fallait bien aussi d'autres apports, et c'était par le biais des autres clans humains ou elfes qu'ils pouvaient récupérer certaines denrées en les aidant dans le labeur.

Une juste rétribution, une part suffisamment conséquente pour l'ensemble du clan et pour passer les jours les plus difficiles de l'année, c'était ainsi que les choses fonctionnaient dans le Nord, et de manière plus générale, dans le Royaume de Salem. Pas d'argent, pas de monnaie, tout se méritait et devait faire office d'un échange convenable et acceptable pour les deux parties. C'était le cas pour les armes, pour la nourriture, mais aussi pour l'unification de deux êtres. L'amour était présent, mais pas obligatoire, du moment que les deux parties trouvaient leur compte, on retrouvait parfois des femmes plus intéressées par leur nouvelle position dans le clan que par leur époux à proprement parler. Et puis, l'union n'était pas éternelle dans le Nord. Jusqu'à ce que la mort ne les sépare, et la Mort venait bien assez tôt avec le climat ou les incursions des créatures noires de plus en plus régulières.

A la mort d'un soldat, tous ses biens, propriétés, statuts, rangs, revenaient à son épouse puis à ses enfants. Pourtant, il n'y avait pas souvent de calculs parmi les femmes des différents clans du Nord, car bien souvent, elles prenaient elles aussi part au combat. La vie simple à s'occuper du foyer ne semblait pas vraiment intéresser grand monde par ici. Soren avait été nommé Jarl de tout un ensemble de clans plus ou moins importants, et pourtant, il ne s'encombrait pas de femmes à ses retours des combats qu'il devait mener. Les plaisirs de la vie, il les trouvait surtout dans la nourriture et la boisson, puis dans la camaraderie. Tous savaient qu'ils pouvaient compter sur lui, mais qu'il avait du mal à revenir sur un avis dès lors qu'il s'en était fait un sur une personne.

Être mal vu par le Jarl n'était pas une bonne chose. Même s'il n'irait pas jusqu'à ordonner la mort de la personne, il pouvait l'envoyer systématiquement au front, en première ligne, ou pire, ne pas l'appeler aux différents combats qu'ils menaient et le laisser sur la touche à devoir gérer la sécurité du clan. En somme, le priver de gloire. Mais ce n'est pas ce qui nous intéresse ici. Entrant dans la tente d'un pas rapide, deux hommes armés se tinrent devant l'entrée jusqu'à ce que le Jarl, bien installé sur son fauteuil dans le fond de la large pièce où se déroulaient la plupart de leurs festins, leur fasse signe de s'avancer pour annoncer ce qu'ils avaient à dire. La "tente" du Jarl était environ deux fois plus grande que celles des autres membres du clan, si ce n'est plus. Et cela s'expliquait par le simple fait qu'il présidait toutes les réunions et banquets organisés après une victoire ou pour commémorer leurs morts. Tout se passait dans sa tente, et tous les membres s'y rendaient librement. Il y avait donc une partie suffisamment importante pour pouvoir réunir tout le clan, puis ses appartements privés que seul lui avait l'autorisation pour s'y rendre.

Les deux hommes finirent donc par s'avancer jusqu'au Jarl, puis tout en gardant le silence, il leur fit signe de parler.  



« Un navire a été aperçu dans nos eaux au Nord Est.»



Soren fronça les sourcils, intrigué mais aussi embêté par cette situation. Il n'y avait normalement aucun navire qui osait se rendre dans ces eaux froides et difficilement manœuvrables. La glace présente toute l'année pouvait parfois éventrer les coques des navires ne connaissant pas bien l'endroit. Mais il n'était pas question de laisser la nature s'occuper seule de ces intrus. Cette terre était sacrée, ces eaux également, et leur mission première était d'en être les gardiens.



« Préparer deux de nos navires, nous irons à leur rencontre. »



Attrapant d'un geste sûr, son manteau de peau puis l'enfila en se levant prestement. les hommes n'avaient rien ajouté de plus et étaient déjà partis pour s'occuper de ses ordres, et quiconque croisés ou apercevant la préparation des navires, se voyait presque automatiquement en quête de s'armer et suivre le mouvement. Ils n'avaient pas besoin de faire sonner le cor, non. Ses hommes savaient reconnaître lorsque les choses bougeaient, et ils se rendaient tous disponibles pour le Jarl et pour assurer leur mission. Si bien qu'en peu de temps, les deux navires reçurent l'équipage adéquat et commencèrent à naviguer en direction du Nord Est où avait été aperçu le fameux navire. Il s'agissait clairement de navire de guerre, et pas de ces bicoques qu'ils utilisaient aussi pour la pêche. Non, le message était relativement clair pour les intrus, il allait falloir montrer patte blanche s'ils ne voulaient pas que les glaciers ne forment leur tombeau.  



Seirindë Shalia Arafinwë

Identité
Titre :: Capitaine Rinn
Âge: 323
Race: Elfe-Sylvain


Seirindë Shalia Arafinwë

Corsaire
Mer 16 Juin 2021, 21:15
Sujet : Re: Tombeau de glace   

Tombeau de glace

Capitaine Rinn & Søren







Le monde traversait parfois des eaux paisibles, si bien que l'on en oublierait presque que tout évolue constamment, inlassablement. Les enfants naissent, grandissent, vieillissent, meurent … chacun apportant sa pierre à l'édifice de la civilisation.
Après une paisible traversée en eau calme, la tempête semblait poindre à l'horizon. Tous les royaumes semblaient soudainement s'alarmer de soudaines menaces que la Capitaine du Joyau Ardent soupçonnait être liées. Le départ du prince d'Envel semblait avoir ragaillardit les pirates qui venaient à leur tour ajouter leur grain de sel, car un malheur n'arrive jamais seul. Rappeler à l’ordre ces forbans était une formalité pour Shalia Rinn et son équipage, c'était presque un hobby, même. Cependant, l'elfe en exile fut définitivement alarmée par la situation après avoir reçu un message faisant mention de la situation délicate dans laquelle se trouvait sa terre natale. La mouette avait facilement trouvé son navire, comme à son habitude, venant délivrer le message de sa maîtresse Salémoise directement dans la main de la capitaine.  

Les Créatures noires …

Et aucune trace des Omega. Son amie espérait sans doute que son lien avec l'un d'entre eux ferait d'elle une source d'information rassurante, mais le fait est que Shalia n'avait eu aucune nouvelle de son aimé depuis plus d'un siècle. Elle réalisa d'ailleurs pleinement ce temps passé en lisant ces lignes … depuis si longtemps.
Mais aujourd'hui une menace sérieuse semblait planer sur sa terre natale et sur tout le continent. Les peuples du nord avaient communiqué leur crainte face à la recrudescence de Créatures et la princesse disparu et déchue de Gan Eden commençait à se dire qu'il était peut-être temps de reprendre le chemin de la maison … ou presque.

Ces ainsi que le Joyau Ardent mit les voiles vers le nord, poussé par un vent vigoureux toujours favorable, contourner la Mer Noire ne fut pas si chronophage. Des risques, il y en avait, son équipage en était conscience mais ils suivraient leur Capitaine jusqu'au bord du monde, qui, selon les légendes des marins, se terminait par une chute d'eau infini dans le néant. L'intention était sincère, car beaucoup étaient convaincue que le bout du monde se trouvait justement dans le nord.

— Deux navires en vue !! Hurla la vigie du haut de son mat.
— Deux navires en vue, Cap'taine. Répéta Jack le mioche, son fidèle bras droit.
— Très bien, hissez le pavillon blanc.
— Navires de guerre ! Navires de guerre !!
— Ce sont deux navires de guerre, Cap'taine.

— Bien entendu.


Dans les mers du nord, l'avantage était qu'il n'y avait pas de pirate. Quelques navires de pêche ou de transport, parfois. Cependant, il est vrai que les tributs nordiques faisaient partie des moins accueillantes de Salem, pour les étrangers, en tout cas. C'était ainsi il y a un siècle, en tout cas.
Après avoir jeté un dernier coup d’œil sur sa carte, Shalia Rinn n'avait plus qu'à espérer que le territoire des Nordmadr se trouvait bien toujours ici. Même ici, elle ne pouvait se permettre de dévoiler son identité passé.

Sur le pont, vêtue de vêtements sombres et chauds, son tricorne sur la tête, la pointe de ses oreilles toujours habilement camouflée, elle observait les navires guerriers approcher dans la brume légère qu'une brise soudaine repoussa.

— Arriser les voiles.
— Arriser les voiles !!


Le joyau Ardent s'immobilisa avec sa capitaine sur le pont, entourée de son bras droit, Jack le Mioche, un vieillard à l’allure encore athlétique et nerveuse et Jack le Minus, un grand gaillard coquet, dépassant bien de deux têtes le reste de l'équipage, épais comme un bœuf.

— Peuple du nord ! S'exclama-t-elle d'une voix intelligible, en elfique, dès qu'ils furent assez prêt, puis, reconnaissant le blason sur les boucliers avec soulagement. Clan de Nordmadr, nous venons en paix. Poursuivant en langue commune. Permettez-moi de me présenter humblement, je suis Shalia Rinn, Capitaine de ce vaisseau, le Joyau Ardent.

Voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas parlé sa langue natale … c'était si étrange et pourtant elle n'avait pas l'impression d'être rouillée, presque comme si elle n'était jamais partie.



_________________


Dernière édition par Seirindë Shalia Arafinwë le Jeu 22 Juil 2021, 14:28, édité 2 fois
Søren Yorr Nedergaard


Søren Yorr Nedergaard

Jarl
Mar 22 Juin 2021, 10:29
Sujet : Re: Tombeau de glace   
Dans la mer de glaceUn navire au loin, un ennemi ?
La mer est sans routes, la mer est sans explications.

Les deux navires avaient donc été très rapidement préparés et composés d'un équipage habitué à ce genre de manoeuvre. Pourtant, la nouvelle venait d'être lancée, mais les hommes de Soren avaient ça dans le sang, c'était presque gravé dans leur ADN, ils étaient le premier rempart de ces terres, les protecteurs attitrés du Royaume de l'est, et jamais ils ne failliraient dans leur mission. Les exercices étaient réguliers, et la plupart des hommes et femmes valides étaient tous passés par là. Chacun devait savoir faire un certain nombre de tâche : la chasse, la pêche, le combat, les travaux en tout genre, il n'y avait pas de spécialistes à proprement parler dans le clan, car la mort pouvait frapper quiconque à tout moment, alors tous se devaient d'être remplaçables et de pouvoir remplacer n'importe qui.

Lorsqu'ils arrivèrent en visuel du navire potentiellement ennemi, ils se séparèrent sous les commandements de Soren, l'un partant directement à la rencontre de l'inconnu tandis que l'autre s'éloignait à travers les larges failles de cette région glacée pour le prendre à revers. Quand ils furent à distance suffisante, Soren fit arrêter de ramer à ses hommes pour qu'ils se préparent au combat. Beaucoup avaient pris des arcs pour un potentiel affrontement à distance, mais il y avait de quoi faire un abordage également. De nombreuses cordes solides étaient toujours positionnées dans la cale du navire 'au cas ou', ainsi que de longues planches en bois pour créer des ponts entre deux navires.

Pourtant, Soren ne fut pas le premier à prendre la parole. Il était attentif aux moindres mouvements adverses, prêt à donner l'ordre s'il le fallait. De l'elfique ? Voilà qui était bien particulier... Pourtant, de ce qu'il pouvait apercevoir, l'équipage était humain, cela ne collait pas avec ce qu'elle disait. Non, la voix féminine ne l'avait en rien étonné d'ailleurs. Pour lui, homme ou femme, c'était la même chose, ils avaient les mêmes capacités d'apprentissage, tout se jouait après sur le talent et la volonté de la personne pour parfaire son art. Il avait connu de piètres combattants chez les hommes, tout comme il en avait connu d'excellents chez les femmes. Alors ici, il n'y avait pas vraiment de différences entre les deux sexes.

A ses dires, elle et son équipage venaient en paix. Elle connaissait même le nom de son clan, ce qui était tout de même assez étonnant. Non pas que cela décontenançait le capitaine, mais il ne comprenait pas. Pourquoi avait elle parlé elfique ? Soit elle était elfe, mais une elfe entourée d'humains et voguant par ici, c'était complètement illogique. Soit elle était humaine et faisait dans la vente d'esclave, peut être qu'avec le temps, elle eut parvenu à capturer un ou une elfe et en apprendre davantage sur lui et son peuple d'une manière ou d'une autre. Soren était donc des plus méfiants, mais il ne donna pas l'ordre de passer à l'assaut tout de suite. Le second navire n'avait pas encore eu le temps de faire le tour pour leur empêcher toute retraite possible. Elle souhaitait pourparler, alors c'était un moyen parfait pour gagner du temps.

Il n'eut pas besoin d'un porte-voix, s'avançant plus près du côté du navire vers lequel se situait leur potentiel ennemi, puis il déclara suffisamment fort pour que tous l'entendent.  



« Vous n'avez rien à faire ici, Shalia Rinn, du Joyau Ardent ! Vous qui semblez connaître l'elfique et le nom de mon clan devriez le savoir ! Dites à vos hommes de se positionner sur le pont, désarmés. Au moindre geste suspect, nous enverrons votre navire décorer le fond de ces eaux ! »



A la fin de sa phrase, si l'équipage du Joyau Ardent obéissait à son commandement, il ordonna à ses hommes de reprendre les manœuvres pour que les deux bateaux finissent cote à cote, tout en surveillant l'équipage de l'autre navire. Évidemment, s'ils ne jouaient pas le jeu, il serait resté à distance. Tout était entre leurs mains finalement. Cela pouvait se passer sans faire couler le sang, tout comme cela pouvait dégénérer à tout moment, et ses hommes étaient entraînés pour les deux possibilités. Si elle souhaitait discuter et lui soumettre une requête, elle le fera sur son navire. L'idée était de séparer son équipage de leur capitaine, rendant plus difficile les communications en cas de tentative d'invasion. Dans le meilleur des cas donc, les deux navires seraient liés pendant un temps. Une partie de l'équipage de Soren aborderait le Joyau Ardent dans le seul but de garder à l'oeil l'équipage, tandis que Rinn se devra de rejoindre Soren pour exposer les raisons de sa venue dans cette région. Si elle connaissait si bien son clan, elle savait qu'il était composé de guerriers aguerris et qu'un affrontement dans leurs eaux ne lui était clairement pas en sa faveur.



« Que le Capitaine de ce navire me rejoigne sur le pont. »



Seirindë Shalia Arafinwë

Identité
Titre :: Capitaine Rinn
Âge: 323
Race: Elfe-Sylvain


Seirindë Shalia Arafinwë

Corsaire
Dim 04 Juil 2021, 21:30
Sujet : Re: Tombeau de glace   

Tombeau de glace

Capitaine Rinn & Søren







L'hospitalité légendaire des peuples gardiens du nord pour les étranger la fit sourire légèrement. Ce n'était pas de la défiance, ni même cette forme d'assurance qu'elle brandissait généralement face aux menaces, dans ce cas précis, c'était tout simplement de la nostalgie. C'était comme retrouver ce vieil oncle grincheux qui n'arrête pas de râler sur tout après un long voyage périlleux, un voyage dont vous n'étiez pas certain de revenir, le genre de voyage qui vous fait tout regretter de votre maison, où tout vous manque et vous semble soudain précieux, même l'infâme ou le négligeable.
Avec ses quelques siècles en ce monde, celle qui fut autrefois la princesse Seirindë avait connu bien des conflits et des batailles, avant même de devenir l'aventurière qu'on connaissait aujourd'hui. Autant dire qu'elle était habituée au danger. La peur ne lui était bien entendu pas inconnue, elle la ressentait encore régulièrement, bien que personne ne saurait s'en douter. Mais aujourd'hui, point de crainte ni même de solitude, comme elle pouvait en ressentir de temps en temps. Elle était encore loin de sa terre natale, mais aujourd'hui, elle rentrait chez elle. Pendant toutes ces années, elle s'était efforcée de se dire que Gan Eden ne lui manquait pas tant que ça, qu'après tout, elle vivait exactement comme elle l'avait souhaité dans sa jeunesse : libre, explorant le monde. Et même le froid mordant du bout du monde ne pouvait atteindre la chaleur qu'elle ressentait à l'idée d'approcher enfin les siens après plus d'un siècle …

Aucun mouvement ne suivit à la requête du capitaine d'en face, dans un premier temps, en tout cas. Les deux hommes qui encadraient la capitaine semblait attendre les ordres, observant avec un peu moins d'assurance que d'habitude ces « rustres » qui leur faisaient face. La capitaine se contentant de tourner légèrement la tête vers un des Jack pour un signe discret d'approbation qui déclencha aussitôt une vague de vociférations.

— Vous avez entendu, bande de rats d'cale !? Bougez vous l'gras des miches, tout le monde sur le pont la bouche en cœur ! Si j'entends un pet j'vous balance moi-même dessus bord ! La Cap'taine compte sur nous pour bien présenter, alors rentrez-moi tous ces ch'mises dans vot'e froc !

La capitaine jeta un œil sur son équipage qui n'avaient jamais été aussi discipliné. Elle avait une pleine confiance en eux, tout comme ils avaient confiance en elle et elle leur était reconnaissante de cette fidélité sans faille qui les avaient tous poussé à la suivre jusqu'au bout du monde. Bien sûr, la plupart d'entre eux avait plus ou moins une dette de vie envers elle, qu'elle n'avait jamais cherché à exploité, mais elle avait un charme naturel certain qui pouvait facilement pousser hommes et femmes à la suivre. Son équipage était mixte, d'ailleurs, comme il était rare d'en voir au sud de Nehem. Une dispute éclata justement entre le Mioche et la pilote privilégiée du vaisseau. Le sujet ? Il l'avait appelé par son nom complet, chose qu'elle détestait. Tout comme le Minus et le Mioche, tout monde l'appelait Jack, un diminutif, pour sa part. Le conflit se tarit rapidement alors que le navire des salémois nordiques les abordait sans violence.

Elle savait qu'elle leur en demandait beaucoup, que malgré leur détermination, ils étaient perdus, qu'ils avaient peur ...

— Cap', t'es sûre de toi ? Ces gens sont p't-être plus c'que tu crois. S'enquit la pilote.
— La confiance du peuple du nord n'est pas chose aisée à obtenir. Confia-t-elle en observant l'équipage d'en face préparer leur rencontre en sortant une planche pour son passage. Et nous ne l'obtiendront sans doute pas aujourd'hui. Mais je dispose de quelques arguments qui feront pencher la balance en notre faveur, suffisamment pour éviter qu'ils ne décident de prendre la précaution de nous exécuter.

Elle adressa un dernier regard à son équipage et bondit agilement sur le bastingage du navire pour surplomber sa petite assembler.

— Soyez sage et poli avec nos hôtes et tout se passera bien. A tout à l'heure, mes amis.

C'est avec une agilité et un naturel rare qu'elle traversa alors la planche pour rejoindre le capitaine d'en face qui ne s'était pas présenté. Elle marchait sans difficulté, avec un équilibre parfait qui ne semblait aucunement pâtir de la houle ou de la descente – car les navires de ces hommes du nord étaient plus bas que ceux de facture Envelienne comme le Joyau Ardent. De l'autre côté, elle bondit avec légèreté sur le pont du bâtiment des Nordmadrs et leva volontiers les mains en écartant légèrement les bras pour les laisser vérifier qu'elle n'était pas armée.
Elle ne se doutait pas encore qu'elle avait affaire au Jarl en personne, mais elle se doutait que l'homme devait avoir une place privilégiée dans le clan. Elle l'observa un moment droit dans les yeux, comme elle le faisait souvent pour sonder les gens de ses yeux lunaire. Cela avait le dont de mettre la plupart des humains du sud et de l'ouest mal à l'aise, mais elle savait qu'il en fallait plus pour impressionner un salémois, un homme du nord, qui plus est. Elle savait aussi qu'il fallait savoir faire preuve de présence et d'assurance pour espérer leur respect.

— Comme je vous l'annonçais, nous sommes venus en paix et je dirais même que nous espérons pouvoir nous rendre utile. J'ai eu vent de …  la situation. Elle préférait ne pas en dire plus en publique pour le moment.
— J'ai bien conscience de votre méfiance à mon égard, en cela je suis tout à fait disposée à répondre à vos questions, capitaine … ?



_________________


Dernière édition par Seirindë Shalia Arafinwë le Jeu 22 Juil 2021, 14:29, édité 1 fois
Søren Yorr Nedergaard


Søren Yorr Nedergaard

Jarl
Jeu 22 Juil 2021, 09:31
Sujet : Re: Tombeau de glace   
Dans la mer de glaceUn navire au loin, un ennemi ?
La mer est sans routes, la mer est sans explications.

Les marins qui composaient l'équipage du navire adverse semblaient être en parfaite adéquation avec leur capitaine. Et c'était suffisamment rare pour le souligner. Combien de capitaines s'étaient faits congédier de force de leur navire parce qu'une partie de leurs hommes avaient un désaccord avec eux ? Ici, malgré des ordres qui ne pouvaient pas vraiment donner confiance, ils obéissaient sans broncher, alors qu'on pouvait facilement voir qu'ils étaient prêts à faire face. Rester sur le pont, quasi inactifs et sans armes, voilà qu'ils s'étaient pliés à cette demande. Certes, on ne pouvait pas non plus dire que leur regard incitait à jouer à la dinette lorsque les hommes du Nord approchaient d'eux, ils se toisaient silencieusement puisque tous avaient plus ou moins les mêmes ordres au final.

La capitaine ne tarda d'ailleurs pas à emprunter la passerelle en bois avec une légèreté et une aisance qui prouvait à elle seule les longues et nombreuses journées qu'elle avait du passer en mer. Les hommes de Soren quant à eux avaient bien gardé leurs armes, mais ne les exhibaient pas pour autant. Ici, la situation semblait sous contrôle, alors il était inutile de faire du zèle en cherchant à humilier ou à narguer de potentiels adversaires ou alliés d'ailleurs. Non, on pouvait assez facilement déduire que son équipage devait être au moins aussi obéissant et prêt à suivre les ordres quels qu'ils soient, sans qu'il y ait de prises de position ou de décision personnelle.

Ainsi, les deux commandants se faisaient enfin face. Le grand gaillard observa longuement celle avec qui il se devait d'avoir une discussion à propos de sa présence dans ces eaux. Fine, habile, avec un regard qui ne vacillait pas, elle semblait déterminée et sans réelles mauvaises intentions. D'ailleurs, la couleurs de ses iris était différente de celles des gens d'ici. Un gris "lunaire", presque de la même couleur que le métal de ses armes, la rendait intrigante, impressionnante d'une certaine manière. Mais ce n'était pas une paire d'yeux qui allait perturber le Jarl. Ce fut elle qui prit la parole en premier, évoquant déjà la "situation", ce qui eut le mérite de faire froncer les sourcils de Soren.

C'était étonnant, si elle parlait bien de ce qu'il comprenait, c'était même presque inquiétant que ce genre d'informations fuitent aussi loin. Lorsqu'elle lui demanda son nom, il ne se fit pas prier pour la corriger.



« Jarl Soren Yorr Nedergaard. »



Et sans en dire plus, aussi froidement que la glace recouvrait les mers dans ces eaux, il lui tourna le dos et commença à marcher vers l'intérieur du navire, à l'abri des regards de ses hommes et des oreilles indiscrètes.



« Suivez-moi. »



Un petit bureau avait été créé au sein du navire en question, cela permettait de pouvoir s'entretenir avec certains de ses hommes ou avec des représentants des navires qu'ils pouvaient croiser quand cela s'avérait nécessaire. C'était d'ailleurs très minimaliste : aucun trophée, pas d'or, une simple table carrée, assez petite ainsi que quatre chaises, deux autour de la table, et deux autres dans la pièce qui avaient été déposées près des murs. Il y avait de quoi écrire, papier, encre, plumes, mais pas d'armes, pas de coffres ni de tableau. Cela pouvait encore une fois s'apparenter à une pièce "froide", elle n'avait pas été personnalisée et ne le sera pas. Ce n'était qu'un outil pour lui, il ne s'y sentait pas spécialement chez lui, et cette neutralité pouvait parfois aider à délier certaines langues, d'une manière ou d'une autre. Il était fort à parier que sur le Joyau Ardent, la pièce équivalente devait être bien plus grande, et devait contenir bien plus de choses, probablement même être réservée à la stricte utilisation de la Capitaine. Il s'installa alors sur l'une des chaises à un coin de la table, et attendit qu'elle en fasse de même avant de reprendre la parole.



« Où avez vous appris à parler l'elfique ? Comprenez que je sois intrigué et méfiant, nous avons souvent à faire à des navires de pirates baignant dans l'esclavage. Est-ce votre cas ? »



Bien sûr, il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui annonce qu'elle était effectivement esclavagiste et qu'elle venait chercher quelques esclaves rares à vendre au prix fort. Mais dans ses réactions, ses positions, dans sa manière de respirer, il saurait si elle lui disait la vérité ou pas. Et tant que le doute subsistera, elle n'était pas prête de quitter cette pièce. Le ton d'ailleurs de Soren manquait probablement de chaleur, d'hospitalité. Comme si son devoir parlait à la place de toute autre chose, car oui c'était une belle femme, mais toute belle femme qu'elle pouvait être, cela ne pouvait surpasser le rôle qu'il devait accomplir pour les Hauts Elfes et pour l'honneur de sa tribu. S'il avait été choisi et place à la place qu'il occupait aujourd'hui, c'était en partie pour ça. Il semblait être intraitable lorsqu'il endossait son rôle de Jarl. Bien sûr, dans une autre situation, dans d'autres circonstances, il l'aurait vraisemblablement observée sous toutes les coutures pour apprécier le talent et la beauté dessinée par celui que les elfes appelaient "Le Nom", dans sa création, mais ce n'était pas le jour pour ça.



Seirindë Shalia Arafinwë

Identité
Titre :: Capitaine Rinn
Âge: 323
Race: Elfe-Sylvain


Seirindë Shalia Arafinwë

Corsaire
Ven 23 Juil 2021, 19:57
Sujet : Re: Tombeau de glace   

Tombeau de glace

Capitaine Rinn & Søren







Et non, elle n'avait pas affaire à un simple capitaine de garde pour la soirée, mais bien au Jarl du clan Nordmadr en personne. Elle n'était pas particulièrement étonnée que le chef du clan se déplace en personne pour faire face à des intrus, car ces souverains nordiques avait plus du Général des armées que des Rois. Ici, la valeur d'un homme et sa force d'autorité s'évaluaient dans l'adversité, sur les champs de batail. Elle leva cependant un sourcil en entendant son nom.

— Nedergaard, vous dites ?

Disant cela, elle sembla l'observer un peu plus en détail, penchant légèrement la tête sur le côté, comme si elle se concentrait. Il se détourna cependant bien vite, juste au moment où un léger sourire énigmatique étirait légèrement le coin de ses lèvres. Nedergaard, hein ? Oui, elle voyait l'air de famille. Était-ce le fils ou le petit fils ? Elle avait parfois du mal à suivre, le temps passait si vite pour les humains … Combien de fois s'était-elle laissée surprendre par la vieillesse de ses amis ? Une visite à Gan Eden, ils étaient jeunes et fringants et à la suivante les voilà grisonnants et rongés par les rhumatismes.
En tout cas, elle se souvenait bien d'un Nedergaard, un ours mal léché qui finissait par s'adoucir après quelques verres d'hydromel. Jamais très aimable au premier abord, un poil supérieur face à une princesse sylvaine, mais elle en gardait finalement un bon souvenir. Elle avait un faible pour les bourrus et les grognons, elle savait y faire, en général.

— Mes respects, Jarl.

Tout en le suivant tranquillement, elle balaya l'équipage du regard, des hommes avec le même air froid – si ce n'est hostile – que leur meneur. La plupart la jaugeaient avec méfiance, d'autres, peut-être perturbés par son assurance, l'observait avec plus de curiosité. Il n'y avait que des humains ici, donc aucune chance que quelqu'un la reconnaisse. Après tout, au nord du nord, ils restaient encore loin de Sioun où quelques notables pourraient encore se souvenir d'elle. Enfin, elle avait tout de même pas mal changé depuis ce temps, loin de l'ombre des arbres, exposée au soleil vif des hautes mers du Sud, sa peau avait pris une teinte plus hâlée, faisant encore plus ressortir l'argenté lunaire de ses yeux. Si Seirindë avait toujours eu du mal avec les accoutrements de princesse, rien de ce qu'elle portait à l'époque ne pouvait se rapprocher de sa tenue de capitaine corsaire d'aujourd'hui. Elle en venait même à se demander si sa propre mère serait capable de la reconnaître au premier coup d’œil … mais peut-être qu'elle n'avait pas autant changé qu'elle l'imaginait … qu'elle l'aurait souhaité.

L'observation de la cabine fut très rapide car il n'y avait pas grand chose à y voir. Pour autant, elle n'était pas vide d'information. Contrairement au Joyau Ardent, qui était un véritable foyer flottant – et bénéficiait donc de tous les décors et fioritures propre à une demeure où il fait bon vivre – les Langskips des clans du nord étaient des outils – de défense, la plupart du temps.

Prenant le léger silence pour une invitation, la capitaine s'installa tranquillement sur la chaise en face de son hôte, les coudes confortablement calés sur les accoudoirs, elle croisa les jambes pour prendre une posture d'une élégante décontraction. Malgré un siècle à bourlinguer en mer, les manières de Shalia Rinn trahissait toujours une éducation sophistiquée que l'on n'imaginerait mal pour quelqu'un de sa fonction et de son milieu actuel. Dire que sa mère lui répétait constamment de « mieux se tenir » quand elle vivait encore à Gan Eden en tant qu'héritière.

Dans la petite cabine fermée, son parfum de roses sauvages et de fraises des bois imposait délicatement sa présence en ces lieux.

— Je suis surprise, y a-t-il beaucoup d'esclavagistes du sud qui parle Elfique ? Avec un sourire toujours énigmatique et le regard sûr et franc. Certains membres de mon équipage sont d'anciens esclaves et  il nous arrive d'être qualifié de pirates par les esclavagistes que nous dépossédons de leurs « biens ». En réalité, nous sommes un peu comme vous, dévoué à la protection de notre prochain … sauf que nous n'appartenons à aucun royaume et que nous n'affrontons pas quotidiennement de Créatures Noires.

Elle marqua un temps d'arrêt à cette information qui, une nouvelle fois, n'avait rien à faire dans la bouche d'une étrangère, d'une vulgaire meneuse de forbans sudistes. Mais c'était une information qui en révélait un peu plus sur qui elle était et sur ses intentions.

— Si vous voulez tout savoir, j'ai appris l'elfique dans le sud de Salem, où j'ai grandi, auprès des Elfes Sylvains.

Ne révélant pas sa nature, elle venait pourtant de dire toute la vérité. Elle aimerait éviter de dévoiler qu'elle était une elfe, même si elle le ferait si cela devenait nécessaire pour une collaboration sereine et fructueuse. Elle savait qu'elle pouvait faire confiance à la parole d'un Jarl du nord, mais elle craignait tout de même que révéler sa nature n’engendre trop d'interrogations, peut-être que cela le pousserait à mener son enquête … et à découvrir qui elle était. En réalité, elle était partie si vite après le scandale qu'elle ignorait si l'affaire avait passé les murailles de Gan Eden, si la nouvelle que l'Héritière de Gan Eden avait fréquenté un Malahk jusqu'à lui promettre son enfant Nephilim s'était rependue jusqu'au nord … et si non, quelle explication sa mère avait-elle propagé pour justifier sa disparition ? Était-elle censée être morte ? Endormie avec son bien aimé Omega ?



_________________
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une glace à l'ombre [Pv Hide, Hentaï, Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: