AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
 

 Seirindë Shalia Arafinwë

Aller en bas 
Seirindë Shalia Arafinwë

Identité
Titre :: Capitaine Rinn
Âge: 323
Race: Elfe-Sylvain


Seirindë Shalia Arafinwë

Corsaire
Mar 29 Déc 2020, 18:37
Sujet : Seirindë Shalia Arafinwë   
Seirindë Shalia
Arafinwë

Identité


  • Titre de noblesse : Héritière déchue de Gan Eden, Capitaine du Joyau ardent, la Tempête

  • Âge : 323 ans

  • Genre :

  • Race : Elfe Sylvaine

  • Classe : Combatante Rang : ...


  • Corporation : Flotte libre

  • Don : Elément vent Niveau : 2

  • Magie : x Rang : x

  • Alignement : Chaotique bon



Physique et Psychologie

Le capitaine Rinn a toujours été une mère pour moi et les matelots, je le dis sans rougir ! Quoi ? Me regardez pas comme ça, je sais bien que je ne suis qu'un vieillard, mais ne vous fiez pas aux traits de cette femme, il suffit de la regarder quelques instants dans les yeux pour se rendre compte qu'elle en a vu beaucoup plus que vous ou votre aïeul. Sa peau lisse à peine hâlée peut laisser penser qu'elle n'est âgée que d'une trentaine d'année, mais croyez-moi, elle n'est pas faite du même bois que vous et moi. Non, je ne sais pas d'où elle vient, je n'ai jamais eu l'impertinence de lui demander, c'est une femme de mystère et avoir la chance de servir dans son équipage est le plus grand honneur que cette chienne de vie aurait pu jamais m'accorder. Alors je ne pose pas de question, je me contente de me réjouir chaque jour d'être à ses ordres à bord du Joyau Ardent, ma maison. L'équipage sait qu'elle est spéciale, elle ne vieillit pas comme nous, mais les étrangers, eux, ceux qui sont pas dignes de confiance, on va pas les contredire quand ils disent que cette famille se ressemble de mère en fille !
Capitaine Rinn … c'est une femme qui n'en dit pas beaucoup sur elle et il me semble bien ne l'avoir jamais vu impressionnée, elle n'est pas du genre à se laisser surprendre par quoi que ce soit. Elle n'est pas très expressive, ce qui peut la faire passer pour une femme froide, quand on ne la connaît que peu, mais moi je la connais et je vous le dis, cette femme est une mère, elle a le cœur d'or, la générosité, la tendresse, la bienveillance et la hargne d'une mère louve qui protège ses petits. Elle joue de son étrange luth chaque soir et nous berce de ses chants.

Ses yeux, de l'argent clair de la lune, peuvent sembler aussi tranchants que le fil d'un rasoir, mais j'ai vu à quel point ils peuvent être doux. Elle paraît toujours confiante sans être hautaine, quand je dis qu'elle a tout d'une mère, c'est qu'elle inspire cette sécurité naïve qu'on peut ressentir lorsque l'on n'est qu'un marmot et que notre monde se résume aux bras de celle qui vous rassure en vous disant que rien ne pourra vous blesser tant qu'elle est là, ce sentiment de pleine immunité quand vous la croyez, sauf que je suis la preuve vivante que ce sentiment n'est pas illusoire avec la Capitaine Rinn, puisque mes vieux os me tiennent toujours debout !

Elle a de long cheveux noirs aux reflets cuivrés sous le soleil, coiffé de son tricorne ou non, on n'y voit jamais le bout des oreilles, mais la plupart des gens n'y font même pas attention. La vie en mer lui confère un corps athlétique, même si m'est avis qu'il n'en a jamais été autrement. Et son parfum … je dirais qu'il mélange la rose sauvage avec une touche de fraise des bois. Le genre d'odeur qu'on a pas l'habitude de sentir en mer. La plupart des gens la reconnaissent d'ailleurs en grande partie à ça. C'est un parfum qui porte et impose sa présence, le genre de parfum qui reste dans l'air même quelques minutes après son passage.

Si le capitaine est bien une mère, de celles qui vous protègent mais sais aussi bien vous punir et vous élever – dans tous les sens du terme – elle est aussi le vent, parfois celui qui vous porte, d'autre fois celui qui vous fait chavirer. Elle est une brise douce la plupart du temps, mais elle peut devenir une véritable tempête, impétueuse et redoutable, lorsqu'on parvient à toucher ses cordes sensibles. Notre bonne capitaine ne supporte pas la cruauté, voyez-vous, ni les discriminations et ne tolère aucune forme d'injustice.

Je dirais enfin … que c'est elle qui m'a appris le vrai sens du mot ''Liberté''.

Quand elle vous recueille, elle vous offre un travail sur son navire ou sur l'un de ceux de sa flotte, et si elle est ferme dans ses ordres en mer, elle ne vous donnera jamais l'impression d'être enfermé dans un servage infini. Si vous en montrez l'envie et la volonté, elle vous aidera volontiers à voguer vers vos propres desseins, qu'ils soient en mer ou ailleurs.
Le vent est toujours favorable au Joyau Ardent




Histoire
Chapitre 1

« Ce ne sont là point des manières pour une princesse de votre rang, mon enfant. Ce que l'on attend de vous, »
« Ce que vous attendez de moi, mère, vous ne l'obtiendrez pas, car vous attendez de moi que je sois parfaite, n'est-il pas ? Ne vous en déplaise, je ne suis que moi. »


En tant qu'héritière de Gan Eden, mère pense que c'est mon devoir – doux euphémisme pour parler d'injustes obligations – que de me montrer exemplaire. Par cela, elle entend que je devrais toujours être bien coiffée, bien habillée, toujours calme et délicate, douce et impassible. Elle voudrait que je sois comme elle … mais père pense que c'est justement parce que je lui ressemble beaucoup trop que nous nous disputons si souvent. Il dit que l'équilibre des forces se trouve dans les différences de chacun, que c'est ce qui crée l'harmonie … entre mère et moi, il ne peut y avoir que des étincelles.
Mais je ne serai jamais une dame comme elle ! Moi, j'aime courir dans la forêt, notre domaine, j'aime l'odeur de la sève et de la terre après la pluie, j'aime me salir et manger avec les doigts. Peu importe les robes et autres soieries si peu confortables !

La reine Seiredys Arafinwë, ma mère, est très aimée du peuple. Combien de fois ai-je entendu dire à quel je peux être chanceuse d'être de son sang ? Ils ne savent pas de quoi ils parlent. Elle est connue par les salemois pour être une force tranquille, empathique et indulgente avec ses sujets, mais elle n'est pas comme ça avec moi. Elle est ferme et ne me donne pas le droit à l'erreur. Mon instructrice me dit que c'est parce qu'elle m'aime, ce serait sa façon – bien maladroite - de m'encourager à me surpasser. Tout ce que cela me fait, en réalité, c'est me donner l'impression que je ne fais jamais les choses correctement.
En réalité je me sens bien plus proche de mon père, Rhazarel. Il sait comment me parler pour canaliser mon énergie, il sait m'apaiser et me faire plaisir. Aujourd'hui, à l'aube de l'adolescence, je suis malheureusement trop grande pour qu'il me berce des contes merveilleux des célestes, de la Princesse-étoile Sei et de son frère, la Nuit, au visage de loup et au pelage nocturne. J'adorais cette histoire … et il savait la raconter mieux qui quiconque. Il reste mon plus grand soutien malgré tout. C'est lui a convaincu mère de me laisser étudier l'astronomie, il sait à quel point cela me fascine. Lors de mon dernier anniversaire il m'a offert un livre expliquant comment le ciel devient une carte en haute mer … j'aimerais tellement essayer cela un jour !



*

« C'est alors que votre père s'est approché de moi en me disant '' ma dame, me pardonnerez-vous l'audace de vous inviter à chambrer ? '' il est devenu plus rouge que sa cape en balbutiant qu'il voulait dire '' danser ''. »
« Hahaha ! Et lui avez-vous pardonnez ? »


Cela faisait si longtemps que je n'avais pas ri ainsi avec mère … Nous avons passé l'après-midi à nous exercer au tire à l'arc, mère est une pointure, c'est connu et reconnu et je ne suis pas certaine de lui arriver un jour à la cheville … mais elle m'a sincèrement félicité pour mes performances et les quelques réflexions qu'elle eut à ajouter pour me guider n'eurent en aucun cas l'air de quelconques reproches, cette fois. Après l’entraînement, nous nous sommes installée sous un saule pour grignoter quelques fruits et elle a commencé à me parler de tout et de rien, jusqu'à parler de père. Dans leur couple, j'ai toujours pensé que Père était le plus dévoué et le plus amoureux des deux, mais même si mère est moins démonstrative – en publique, en tout cas – il paraît évident qu'elle est profondément amoureuse de lui …

Je me demande si je connaîtrais cela un jour, en fait, je pense qu'elle m'a parlé de ça pour que je lui confie à mon tour mes secrets amoureux. Après tout, je suis en âge d'avoir des prétendants et de me marier, à présent, je pense qu'elle enquête pour en savoir plus … Mais il n'y a rien à savoir. Je n'ai jamais fait de rencontre aussi romanesque que celle de mère et père et je ne me sens pas de cumuler les conquêtes. Je n'en ressens pas particulièrement le besoin, seule, je suis libre. Elle a plusieurs fois fait allusion à mon ami d'enfance, Caradel, c'est un Haut Elfe qui fait partie des délégations de Sioun, mais je l'estime plus comme un frère … et en cela, je ne le supporte pas toujours.



Chapitre 2

« Qui es-tu, de toute façon ? »
« Je ne suis qu'un homme sans conséquence. »


Quel irritant personnage ! Je l'ai croisé l'autre nuit dans la forêt, alors que je faisais le mur pour aller observer les étoiles et m’initier à la cartographie céleste depuis la cime d'un grand pin. J'étais en train de dessiner une carte du ciel, comme dans les livres que j'avais étudié, quand cet imbécile a surgi de nulle-part pour me dire que l'on ne fait soit disant « pas comme ça ». J'ai tellement sursauté que j'ai perdu mon appui, dans notre dégringolade, je ne suis pas sûre de qui a vraiment sauvé l'autre … et combien de fois. Mais nous sommes finalement parvenus à mettre pied à terre sans rien se casser et j'ai commencé à abattre ma colère sur lui, le vent est venu secouer les feuillages qui nous entouraient. Cela semblait le faire rire, en plus ! Je n'ai pas réussi à savoir d'où il vient ni où il va et quand je lui ai demandé son nom, je lui ai finalement coupé la parole en disant que je m'en fichait, de toute façon … je sais juste que ça comme par « Z ». Z. Z le crétin ! Il m'a tellement mise en colère que j'ai mis plusieurs minutes à calmer les palpitations de mon cœur ! Personne ne m'avais jamais inspiré un sentiment aussi fort … de colère, bien entendu !



*

« Tu as un cœur de pierre, Rin, moi je le trouve plutôt joli garçon … il y a quelque chose de très séduisant, chez lui. »
« Pff, je ne vois pas quoi. Moi je trouve qu'il a une tête à claque. »


Mes amies semblaient toutes être tombées tout le charme de Z. Qu'est-ce qui leur prend ? Un étranger aux yeux d'ambre se pointe et c'est la folie ? Il n'a rien de plus que les autres Elfes Sylvains, mis à part ce sourire arrogant. Il fait affaire avec mère, apparemment, mais personne n'a voulu me dire de quoi il s'agissait. En attendant il flâne dans la cité de Gan Eden, toujours à l’affût pour venir ramener sa science. J'ai déjà un instructeur, franchement, je n'ai pas besoin de ses conseils !
C'est fou ça, à chaque fois qu'il s'approche de moi, je sens mon cœur s'emballer furieusement, il me suffit de l'apercevoir pour sentir une bouffée de colère m'envahir et faire bouillir mon sang. Enfin, je crois que c'est de la colère …

D'accord, il n'est pas si crétin, il sait des choses … enfin je ne suis pas sûre de pouvoir le croire, je me méfie un peu. Il a l'air de tout prendre en dérision, alors je ne sais jamais si ce qu'il me dit est sincère ou s'il le dit pour se moquer.  



*

« Prend le temps d'y réfléchir, Caradel est un bon parti et soudera les relations entre Gan Eden et Sioun. »
« J'ai déjà réfléchi, je ne l'épouserai pas, mère ! »


Je suis partie en furie de la salle des doléances, laissant mes parents et leurs conseillés en plan. Franchement, pour qui me prennent-ils ? Je n'en reviens pas qu'ils essaient d'arranger mon mariage, je ne suis pas un traité d'alliance ! Je ne comprends pas que mère me parle de cela, elle qui a elle-même créé la polémique en choisissant d'épouser père, à l'époque, à cause de son rang que tous jugeaient insuffisant.

Je suis partie dans la nuit, m'enfonçant dans la forêt sans réfléchir en courant comme si j'avais une armée de Malakh aux trousses. Je fini par m'arrêter près de la rivière, limpide, elle reflétait le ciel étoilé … Je songeais à l'infini du domaine qui s'étend dans les cieux quand il est arrivé, toujours aussi discret … Z. Notre relation a un peu changé, il me met toujours dans tous mes états mais je commence à réaliser que ce n'est pas particulièrement de la colère. Je ne sais pas ce que c'est, j'ai un peu peur de ce que ça peut être, en réalité … Moi, accroc à ce beau parleur ? Je n'ai pas envie de ressembler à toutes ces filles qui gloussent autour de lui, pourtant, il faut bien l'avouer … il savait être drôle.
Il m'a réconforté cette nuit-là, il m'a rassuré aussi sur le fait que ma mère ne me forcerait à rien, mais je n'avais pas envie de parler de ça, surtout par avec lui. Alors il m'a parlé des étoiles et de la vie qui s'étendait bien au delà d'Ada. Je me suis un peu moquée de lui, mais cela me fascinait …

Mon cœur bat toujours si vite, quand il est là …




« Tu me caches quelque chose, Z. Tu ne te montres jamais vraiment. »
« Je ne voulais pas risquer de te brûler les yeux. Crois moi, c'est ainsi que tu me vois vraiment. »


Notre relation a définitivement changé avec Zari'oré. Je continue de l’appeler Z, ce qui était un surnom méprisant au début est devenu affectueux, car ça n'a jamais été la colère qui faisait palpiter mon cœur en sa présence. J'ai eu du mal à l'admettre, heureusement, il a été le premier à faire les aveux, mais oui, je suis tombée amoureuse de cet étrange étranger qui ne vient de nulle-part. J'ai été très surprise que cela soit réciproque et que ma mère accepte si facilement de renoncer à mes fiançailles avec Caradel. J'ai l'impression qu'elle voulait juste me provoquer, me secouer pour que je me décide. Elle et sa manie de toujours vouloir tout contrôler … Enfin, peut-être que je devrais la remercier pour cela, car Z me rend vraiment heureuse.

Mais ce soir, il s'est vraiment révélé à moi. J'ai dû insister longuement, mais j'avais compris depuis un moment qu'il n'est pas un elfe comme les autres. En fait, il n'est pas un elfe du tout. J'ai vu son vrai visage et il ne m'a pas brûlé les yeux. Plus brillant que le soleil, sa beauté m'a aveuglé et fasciné, puis, l'espace d'un instant, j'ai eu peur. Je me suis demandé « pourquoi ? » et je me demande encore « pourquoi moi ? ». Voilà qui il est, un céleste, divin et suprême. Zari'oré est un Omega, alors pourquoi perdre son temps avec moi qui ne suis rien ? Ce qu'il a répondu me trouble encore … Il a dit que nos âmes sont liés depuis toujours et seront liées à jamais. Il a dit qu'il a passé de nombreux siècles à me chercher … Mon âme serait ancienne et liée à la sienne ?



*

« Tu n'as pas peur ? »
« Non. »


Il n'a pas l'air dangereux. Il a la peau grisâtre, les yeux violacés et les cheveux noirs corbeau, la mine fatigué et le corps fébrile. C'est comme s'il avait manqué de tout depuis un siècle : de nourriture, d'eau, de soleil … de contact social. Il dit venir d'une terre méconnue et s'en être enfui, mais malgré mes invitations, il ne veut pas me suivre à Gan Eden … il dit que les gens prennent peur devant lui et qu'il préfère rester cacher, je ne peux pas le forcer … alors je vais respecter son choix, mais je ne vais pas l'abandonner à son sort pour autant. Je lui apporterai de quoi se restaurer chaque jour, ainsi qu'un peu de compagnie, ce dont il semble avoir cruellement besoin. Il m'a demandé de ne parler de lui à personne, et seulement après lui en avoir fait la promesse, il me révéla son nom … Az'azel.



*

« J'ai le sentiment que ce sera une fille … »
« Son âme est nouvelle … et pure. » 


Z et moi attendons un heureux événement. Lorsque je l'ai annoncé, une véritable émotion a traversé le visage de mère pour la première fois depuis longtemps et père s'est jeté sur moi pour me prendre dans ses bras. Depuis que nous le savons, Z a un peu changé. Il semblait ravi, au début, mais il est de plus en plus soucieux à présent …
Je vais l'appeler Seilenys, mais je l'appelle déjà affectueusement « Sei », ma petite Princesse-ÉtoileZ dit que son âme nouvelle fait d'elle un être aussi pur qu'une page blanche. Il ne le dit pas toujours comme si c'était une bonne nouvelle …



*

« Qui se préoccuperait d'un être tel que moi ? »
« Moi, Az. Je donnerais mon sang pour toi. »


C'est un ami qui m'est cher, il m'a beaucoup appris sur l'illusionnisme et les magies qui existent en ce monde. Il dit que j'ai du potentiel et que je ne devrais laisser personne me freiner … Mais depuis que j'ai formulé cette promesse, il a changé, lui aussi. Il se montre de plus en plus insistant sur le fait que ma famille n'est qu'un frein … Que veut-il ? Que je quitte tout pour me vouer aux sciences occultes ?



*

« Il n'est pas ce qu'il paraît être. »

Az'azel est un malahk et je n'ai rien vu. Depuis le début, son seul but était de m'attirer dans ses filets, Z m'a expliqué qu'ils se connaissent déjà et que leur rivalité est ancienne. Il voulait vraiment me corrompre ? Et dire que j'ai eu tellement d'empathie pour lui et je dois bien l'avouer, tous ces pouvoirs dont il m'a parlé m'ont attiré. Il m'a offert tellement que j'aurais pu me faire avoir … une honte pour une Elfe, héritière de Gan Eden de surcroît !
J'ai déçu tout le monde … Mais c'est fini, à présent ? Il ne reviendra plus, il n'osera pas se présenter à nous, pas devant Z. Il ne reviendra jamais … pas vrai ?



*

« As-tu déjà oublié ? Tu m'as promis ton sang, cette enfant est mon due ! »

Voilà plusieurs mois que notre petite Sei est née, nous comblant de joie. Mère est si fière de compter une Nephilim directe comme descendante … Cette enfant est un rayon de soleil, elle ne pleure jamais. Son nez ressemble à un groin et elle a le visage boursouflé, très objectivement, c'est un bébé affreux … mais à nos yeux, elle est la plus belle merveille du monde. Nous l'aimons tellement …
Mais Il est revenu et tout est devenu … sans espoir. En me rappelant ces paroles qui me semblaient anodines à ce moment-là, il venait de révéler à tous, et moi la première, que j'avais vendu ma fille sans le vouloir. Z le chassa, mais Az promis qu'il me retrouverait toujours … Nous ne serons jamais en paix et Sei ne sera alors jamais en sécurité. Az'azel confirma ce que Zari avait déjà dit, elle est une nouvelle âme, vierge de toute influence négative … ou positive. Il pense pouvoir noircir la page blanche qu'elle est.  
Tout est de ma faute … tout est de ma faute ! Que faire ? Que le Nom me vienne en aide … je paierais n'importe quel prix pour expier cette faute innommable, mais je veux que l'on protège mon enfant.

Z avait une solution.



*

« N'oublie jamais à quel point nous t'aimons, ma petite princesse-étoile … Sei … »

J'ai embrassé mon enfant sur le front et elle m'a entouré de ses bras minuscules en riant, ne réalisant pas ce qui était en train de se passer. J'ai versé une lame et la déposai délicatement aux pattes de l'imposante Sköll qui nous faisait face. J'ai prié la louve, sa nouvelle mère, de bien prendre soin d'elle, de la protéger et de l'aimer. Je n'ai pas reçu le don de communiquer avec ces créatures, mais j'ai ressenti aussitôt une connexion s'établir entre mon enfant et la reine louve qui attendait elle aussi ses premiers enfants … je sais qu'elle la protégera, aussi fou que cela puisse être de confier son bébé qui marche à peine à une bête sauvage, je sais qu'elle sera plus en sécurité ici qu'avec moi.
Z lui fit ses adieux également. Il lui a laissé une marque sur le ventre, elle ressemble à celle qui orne son front, un soleil. Le sceau sembla légèrement colorer les yeux de ma petite Sei qui passèrent du noisette au grenat.

En me retournant pour partir, j'ai su que je ne la reverrais sûrement jamais … la protection que lui avait apporté Z serait efficace tant que personne ne saurait qui elle est, surtout moi. Az'azel est lié à moi, mais à présent, peu importe s'il me traque, tant que je serais loin de Sei, il ne la trouvera jamais. Peu importe à quel point cela serait douloureux …
Z m'a également annoncé qu'il devait quitter ces terres, que nous devrons demeurer séparé un moment … jusqu'à nouvel ordre. Il avait des choses à accomplir qui échappaient aux mortels, mais il me promit que nous nous reverrons un jour, car nos âmes sont liés à jamais, dans cette vie et toutes les autres, ici ou ailleurs.

J'attendrai.



Pour m'éloigner le plus possible de mon enfant, je dois quitter Gan Eden. De toute façon je ne saurai supporter de vivre plus longtemps là-bas après cette disgrâce que j'avais attiré sur moi et ma lignée. Je quitte ma cité natale avec une honte lourde sur les épaules, avec la conviction que je ne pourrais jamais être pardonnée.



Chapitre 3

Le cri des mouettes, l'air iodé, le vent qui s'engouffre dans mes cheveux … La mer est si belle. Je ressens une joie et un émerveillement d'enfant envahir mon cœur, mais la tristesse prend naturellement le dessus, car tout cela … c'est avec Z et Sei que j'aurais dû le découvrir.
J'avais traversé les terres de Salem jusqu'au Sud, rejoignant Ophir en Envel et prenant bien soin de cacher mes oreilles en toute circonstance. Je devais trouver un travail, à présent … j'ai déjà ma petite idée là-dessus, je voudrais trouver un moyen de voguer au loin ! Il semblerait que cela ne soit pas si simple dans cette société, apparemment, le fait que je sois une femme pose un problème à nombre de marins. C'est une autre culture …

Ici, je sais qu'il faut que je me montre discrète et que je ne fasse aucun cas de mon don. Seule à la belle étoile, isolée, je veux tout de même garder un contact avec mes racines, donc je continuerai à méditer … c'est sur le chemin de mon exile que j'ai fais un constat affreux … mon don m'avait presque quitté. Je le maîtrisais encore à la perfection à Gan Eden, mais depuis que j'ai abandonné Sei, quelque chose s'est brisé en moi, c'est comme si j'avais régressé … Je dois le retrouver. Que la méditation m'aide … Que le Nom protège ma petite Sei.



*

« Hissez-haut ! »

Me voilà à bord ! C'est ma première traversée, le navire quitte Ophir pour une île qui se trouve au Sud-est, c'est la première fois que je quitte Nehem et cela me donne l'impression d'aller visiter un tout nouveau monde. Les histoires de Z se rappellent à moi, quand il me disait que les étoiles lointaines abritaient d'autres mondes, d'autres vies … Je commence à le croire. La mer s'offre à moi comme une nouvelle chance. Peut-être que là-bas, Az ne me retrouvera pas. Peut-être qu'il se noiera en me cherchant …
Car il a tenu sa promesse. Où que je sois, quoi que je fasse, son ombre plane sur moi. Parfois, je me sens seule et tranquille, alors il arrive pour me rappeler mes péchés, qu'ils ont eut des conséquences. Malgré tout, je suis libre.

J'ai passé des semaines sur les quais, je nettoyais pour quelques pièces, puis j'ai commencé à aider des pêcheurs avec leurs cargaisons de poissons … Un capitaine de navire m'a repéré, il a dit que j'avais du cran parce que j'avais tenu tête à deux des hommes de son équipage qui refusaient de payer le prix demander par mon employeur pour les vivres qu'ils réclamaient. Il me félicita et réprimanda ses hommes … Et j'ai eu ce poste. Pour le moment, mon travail est seulement de nettoyer le pont, mais je fais partie de quelque chose et je peux prendre la mer !
Cet équipage n'est pas comme les autres, il y a des femmes aussi, certaines ont la peau plutôt foncée, un peu comme certains de mes contemporains Sylvains. Ils et elles viennent de tout horizon … Le capitaine dit qu'il a créé un foyer pour tous les bâtards et exclus de la vie.

Mon nouveau foyer.



*

« Le capitaine est mort … Vive la capitaine ! »

Les années n'ont pas épargné notre capitaine qui a fini par rendre son dernier souffle exactement comme il l'a toujours souhaité … en haute mer. Nous lui avons offert des funérailles dignes d'un roi, ses cendres offertes à la mer, sur une barque, je me suis moi-même chargée d'envoyer la flèche enflammée. J'étais devenue la seconde du capitaine depuis plusieurs années et l'équipage semble souhaiter me garder à sa tête … C'était la dernière volonté du capitaine, mais j'ai insisté pour que tout le monde vote. Et ils ont voté.

Je suis devenue la Capitaine Shalia Rinn, nom dont j'ai usage depuis mon arrivée en Envel. Je voulais couper tout lien entre moi et Gan Eden pour ne pas porter plus de préjudice à ma lignée et parce que je ne mérite plus de porter le nom d'Arafinwë. Je n'ai que rarement de nouvelle de ma terre natale. Une amie d'enfance proche des animaux m'envoie parfois un oiseau me porter des messages, elle s'est déplacée en personne une fois … cela m'a fait un bien fou de la revoir. C'est ainsi que j'ai appris que tous les Omega s'étaient endormi depuis longtemps déjà … et ne montraient plus aucun signe. Quelque chose de sombre se prépare.



*

« Archers, à bâbord ! Armez, le feu aux flèches ! Bandez, maintenez … tirez !! »

J'ai mené toute sorte de bataille en mer, souvent contre des pirates, mais cette fois, c'est bien différent. Les créatures que l'ont ne voyait que rarement au nord de Salem pullulaient depuis les terres sombres et interdites, même moi je ne m'y suis jamais aventurée, je n'aurais pas fait prendre un tel risque à mon équipage. Mais aujourd'hui, le Chaos menaçait le monde. Quand j'ai su ce qu'il se tramait, je me suis aussitôt jointe à la flotte du roi d'Envel, réunissant tous les capitaines que je connaissais pour faire de même. Les rois des deux royaumes humains se battent à terre et moi, je ferais de mon mieux pour repousser l'ennemie directement en mer. Mon équipage se battra avec bravoure, j'ai gagné leur fidélité indéfectible, génération après génération, je les recueille jeune et je veille sur eux jusqu'à leurs vieux jours … et aucun d'eux ne semblent vouloir plus d'explication à ma longévité. Aujourd'hui nous nous battons ensemble.

Ils ont fini par repartir … Mais je sais que nous n'avions pas gagné. Pourvu que cela n'ai pas atteint Salem … Z … où es-tu ?



*

« Capitaine, regardez, à l'est ! »
« Des pirates ? »
« Ils savent que la flotte d'Envel vogue vers Faye. »
« Pas toute la flotte … et nous, nous sommes là. Allons leur présenter nos hommages. »




Autre

  • Comment as-tu connu HF ? J'étais en train de me faire une tartine de camembert avec du beurre et de la crème fraiche, quand soudain est tombé du ciel une pluie de canards jaunes ! Du coup j'ai sorti mon parapluie à canard (celui avec les licornes, pas l'arc en ciel) et je suis allée acheter une baguette de pain et un berret. Sur le chemin, j'ai croisé un poney qui m'a dis "wesh, ta mère !" alors je lui ai répondu "quoi wesh t'a mère ? Azy, tu me wesh pas ma mère !" je lui donné un coup de pied et il a explosé en paillette. Et des paillettes naquirent .... Un ornithorynque ! Comme il s'est mis à pleurer, je l'ai ramener chez sa grand mère qui m'a donné des cookies et m'a parlé de Harvie Faye, j'ai trouvé ça cool, alors me voilà =)
  • A propos de moi : Je suis tout à fait normale.  
  • Quelque chose à rajouter ? J'apprécie les fruits au sirop. (Et désolée pour la longueur, voici du jambon pour votre peine  Jambon comme on dit chez nous : le nom vous le rendra (ça veut dire compte pas sur moi pour te rembourser)



_________________


Dernière édition par Seirindë Shalia Arafinwë le Mer 30 Déc 2020, 11:32, édité 8 fois

Léonessa de Faye apprécie le geste.

Uiseann d'Envel

Identité
Titre :: Maréchal
Âge: 29
Race: Humain


Uiseann d'Envel

Maréchal
Mar 29 Déc 2020, 20:16
Sujet : Re: Seirindë Shalia Arafinwë   
Yop ! Lecture de fiche terminée !

Hormis les diverses fautes d'orthographe éparses, je n'ai rien à redire ^^ encore un personnage haut en couleurs et qui sera plaisant à suivre. Je ne t'indique pas le chemin, je sais que tu sais ! N'hésite pas à faire une fiche de liens pour mettre au propre les liens actuels et futurs souhaités ou souhaitables avec des PJ ou PNJ.

Remarques tout de même : Tu as oublié Santiano dans ton histoire, c'est quand même assez déroutant. Ah, et la drogue c'est mal, même en période de Noël ! S'évader oui, mais pas au péril de ta santé !

Conclusion : tu es validée m'dame !

_________________
Seirindë Shalia Arafinwë Sean10
Léonessa de Faye

Identité
Titre :: Princesse de Faye
Âge: 19 ans
Race: Nephiliim


Léonessa de Faye

Ecuyer
Mar 29 Déc 2020, 20:24
Sujet : Re: Seirindë Shalia Arafinwë   
Bienvenue à Rinn !
Ça va plus rigoler en mer... arché elfe

_________________
Seirindë Shalia Arafinwë Lzoone11
Seirindë Shalia Arafinwë

Identité
Titre :: Capitaine Rinn
Âge: 323
Race: Elfe-Sylvain


Seirindë Shalia Arafinwë

Corsaire
Mar 29 Déc 2020, 20:27
Sujet : Re: Seirindë Shalia Arafinwë   
Hoo Hoo HOOO A pirate life for meee ♪

Merci cher gendre, non, faux pas rêver compagnon des mers !

Merci Léoni-choute, toi je te veux bien comme belle fille Cool

Promis, je fais les dernières corrections demain, à tête reposée, je pense qu'il en restera toujours, mais au moins il ne devrait plus manquer de mots après ça =p

_________________
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: